Léa Re­naud : une cheer­lea­der en or

L'Hebdo Journal - - SPORTS - MA­RIE-EVE VEILLETTE ma­rie-eve.veillette@tc.tc

SPORTS. Réa­li­ser le rêve de sa vie à 16 ans, ce n’est pas don­né à tout le monde. Léa Re­naud l’a fait à la fin du mois d’avril, alors que son équipe de cheerleading rem­por­tait le cham­pion­nat du monde (The Cheerleading Worlds), dans la ca­té­go­rie In­ter­na­tio­nal Open Le­vel 5.

Pas moins de 44 équipes en pro­ve­nance de par­tout dans le monde s’étaient don­né ren­dez-vous à Or­lan­do, en Flo­ride, dans l’es­poir de mettre la main sur le pres­ti­gieux tro­phée as­so­cié à cette ca­té­go­rie. C’est fi­na­le­ment l’équipe des Flyers all starz, dans la­quelle évo­lue la Tri­flu­vienne, qui a eu le pri­vi­lège de le sou­le­ver.

Elle l’a fait au terme d’une grosse an­née de tra­vail. « L’an der­nier, on avait fi­ni cin­quième. On avait une rou­tine avec un grand degré de dif­fi­cul­té. Cette an­née, on a beau­coup tra­vaillé l’exé­cu­tion, et ce, à tous les ni­veaux : syn­chro­ni­sa­tion, spa­cing [la place des ath­lètes sur le ta­pis], pi­rouettes, etc. Je pense que ça a fait toute la dif­fé­rence », ra­conte Léa Re­naud, qui en est à sa deuxième sai­son avec les Flyers, une équipe ba­sée à Mon­tréal.

La cho­ré­gra­phie pré­sen­tée était bien fi­ce­lée et, sur­tout, bien ren­due par les 23 membres de l’équipe. Elle était très exi­geante phy­si­que­ment pour les jeunes filles, mais celles-ci ont été en me­sure de la pré­sen­ter de ma­nière à ce que tout ait l’air fa­cile ; une qua­li­té re­cher­chée par les juges.

PAS­SION « TOUT-EN-UN »

Léa Re­naud a com­men­cé à faire du cheerleading il y a quatre ans. Au­pa­ra­vant, elle évo­luait en gym­nas­tique.

« Le cheerleading ras­semble vrai­ment tout ce que j’aime. Ça met à l’épreuve ma force phy­sique (le­ver des per­sonnes) et mon agi­li­té (faire des pi­rouettes). C’est le meilleur des deux mondes », dit la jeune fille, qui ter­mine cette an­née ses études à l’école se­con­daire Cha­vi­gny.

C’est d’ailleurs à cette école qu’elle a fait ses pre­miers pas en cheerleading. « Cha­vi­gny a, se­lon moi, la meilleure équipe sco­laire dans ce sport en Mau­ri­cie. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai choi­si d’y faire mon se­con­daire. J’ai fait par­tie de l’équipe à mes dé­buts, mais j’ai réa­li­sé que je pou­vais évo­luer ra­pi­de­ment et que j’avais un bon po­ten­tiel. J’ai alors fait des es­sais à Mon­tréal [au pri­vé]. J’ai fait un an avec l’équipe RND et deux avec les Flyers. C’est le plus gros club au Qué­bec. »

Du­rant trois ans, elle mul­ti­plie donc les al­lers-re­tours à Mon­tréal pour par­faire son en­traî­ne­ment. Elle s’y rend trois fois par se­maine pour tra­vailler avec l’équipe, en plus de s’en­traî­ner en gym.

Un choix qu’elle a fait avec le sup­port de ses pa­rents. « Je suis fier qu’elle réus­sisse à ac­com­plir tout ça à tra­vers ses études, men­tionne son père, Alain Re­naud. En rem­por­tant le cham­pion­nat avec son équipe, elle réa­lise son rêve ; elle est chan­ceuse car on ne gagne pas tout le temps dans la vie. Je le ré­pète constam­ment : quel­qu’un qui y met les ef­forts peut juste amé­lio­rer son sort. Je trouve ça le fun de les voir al­ler. C’est beau. »

Léa Re­naud.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.