Le cor­ri­dor de bouées est ef­fi­cace

L'Hebdo Journal - - ACTUALITÉS - MA­RIE-EVE ALA­RIE ma­rie-eve.bour­goin-ala­rie@tc.tc

SÉ­CU­RI­TÉ. Au prin­temps 2016, la Ville de Trois-Ri­vières avait ins­tal­lé des bouées de sen­si­bi­li­sa­tion pour dé­li­mi­ter un cor­ri­dor des­ti­né aux ca­nots et kayaks sur la ri­vière Saint-Mau­rice. Deux étés plus tard, les ré­sul­tats de ce pro­jet-pi­lote sont plus qu’en­cou­ra­geants.

« Au­pa­ra­vant, il y avait beau­coup de plaintes à ce su­jet, mais de­puis deux ans, on n’a re­çu au­cune plainte, af­firme An­dré Pel­le­tier, res­pon­sable de la pa­trouille nau­tique de la Sé­cu­ri­té pu­blique de Trois-Ri­vières. Avec mon vieux ré­flexe de po­li­cier, je ne croyais pas vrai­ment que ça au­rait cet im­pact. Je dois faire le constat que ce cor­ri­dor de sen­si­bi­li­sa­tion a vrai­ment ai­dé la si­tua­tion. »

M. Pel­le­tier s’étonne de consta­ter à quel point, tout na­tu­rel­le­ment, les ba­teaux à mo­teurs se sont écar­tés du sen­tier de bouées. D’une lon­gueur de trois ki­lo­mètres, ce cor­ri­dor dé­bute à la hau­teur du pont Duplessis et re­joint l’île Saint-Quen­tin.

Iden­ti­fié par des bouées jaunes, ce cor­ri­dor vise à as­su­rer une pro­tec­tion ac­crue aux ama­teurs de canot et de kayak.

« Je m’at­ten­dais à de­voir y faire beau­coup de sen­si­bi­li­sa­tion du­rant le pre­mier été, mais les bouées parlent toutes seules. Les ba­teaux à mo­teurs com­prennent qu’ils n’ont pas à y al­ler. Ces deux der­nières an­nées, j’ai eu connais­sance d’une seule fois où l’on a dû se dé­pla­cer pour sen­si­bi­li­ser le conduc­teur d’une em­bar­ca­tion. J’ai l’im­pres­sion que ça a ra­pe­tis­sé la lar­geur de la ri­vière et que, con­sé­quem­ment, la vi­tesse a di­mi­nué sur la ri­vière », sou­ligne An­dré Pel­le­tier.

EN­CORE DES CONTRE­VE­NANTS À L’ÎLE SAINT-QUEN­TIN

La si­tua­tion est tou­te­fois plus ha­sar­deuse du cô­té de l’Île Saint-Quen­tin où les em­bar­ca­tions à mo­teurs ont en­core ten­dance à ve­nir em­pié­ter dans le pé­ri­mètre de bai­gnade. En dix sor­ties au cours de l’été 2017, la pa­trouille nau­tique a re­mis 20 constats d’in­frac­tion, prin­ci­pa­le­ment pour être en­trée dans la zone de bai­gnade, dé­li­mi­tée par des bouées blanches re­con­nues par le mi­nis­tère des Trans­ports.

Au­pa­ra­vant, il y avait beau­coup de plaintes à ce su­jet, mais de­puis deux ans, on n’a re­çu au­cune plainte » -An­dré Pel­le­tier

« C’est l’in­frac­tion la plus com­mune à l’Île Saint-Quen­tin. On a l’ordre d’ap­pli­quer la to­lé­rance zé­ro pour les ba­teaux qui fran­chissent le pé­ri­mètre de bai­gnade. Ça s’amé­liore tout de même un peu », conclut le res­pon­sable de la pa­trouille nau­tique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.