Pour le plai­sir de lire haut et fort

L'Hebdo Journal - - CULTURE - MA­RIE-EVE ALARIE ma­rie-eve.bour­goin-alarie@tc.tc

LEC­TURE. Lire des his­toires à voix haute à des en­fants dès leur plus jeune âge fa­vo­rise un meilleur ap­pren­tis­sage du lan­gage et de la lec­ture, sou­tient l’As­so­cia­tion amé­ri­caine des pé­diatres. La Semaine Lis avec moi a fait du plai­sir de lire haut et fort sa thé­ma­tique an­nuelle.

La Semaine Lis avec moi se tien­dra du 1er au 8 oc­tobre. Cette an­née, l’évé­ne­ment met ain­si l’ac­cent sur l’ora­li­té comme moyen de par­ta­ger, tis­ser des liens et trans­mettre le goût de la lec­ture aux en­fants.

Pour l’oc­ca­sion, plus d’une tren­taine de ren­contres d’au­teurs et d’illus­tra­teurs sont or­ga­ni­sés aux quatre coins de la pro­vince.

À Trois-Ri­vières, le ro­man­cier Ma­thieu For­tin ira à la ren­contre des lec­teurs pas­sion­nés de science-fic­tion le 4 oc­tobre à 9 h et à 10 h 15 à la bi­blio­thèque Mau­rice-Lo­ran­ger. C’est la troi­sième an­née que l’au­teur ni­co­lé­tain prend part à l’évé­ne­ment.

« J’aime beau­coup faire des ren­contres d’au­teur et de pou­voir ex­pli­quer le pro­ces­sus d’écri­ture. Ça rend le livre hu­main et vi­vant et ça per­met de faire vivre une ex­pé­rience en lien avec la lec­ture. C’est in­té­res­sant, aus­si, de faire une ren­contre en Mau­ri­cie/Centre-du-Qué­bec. J’en pro­fite pour ra­con­ter des lieux de la ré­gion qui m’ins­pirent. Les jeunes peuvent alors plus iden­ti­fier les lieux », ex­plique Ma­thieu For­tin.

La thé­ma­tique « Pour le plai­sir de lire haut et fort » vient par­ti­cu­liè­re­ment cher­cher l’au­teur. « On né­glige sou­vent de lire à voix haute. Dans le tra­vail d’écri­ture, c’est une étape im­por­tante aus­si parce que lire un dia­logue à voix haute est le meilleur moyen de sa­voir si le dia­logue tient de­bout », pré­cise-t-il.

«Je pense qu’on est nom­breux à le faire. N’ou­blions pas que le pre­mier contact avec la lec­ture, ce sont les pa­rents qui lisent à leurs en­fants. Cette tra­di­tion de lire à voix haute vient de l’en­fance. Per­son­nel­le­ment, j’aime lire sur scène, comme adulte. C’est un plai­sir in­croyable de voir la ré­ac­tion des gens en di­rect. C’est un contact que les écri­vains n’ont pas, com­pa­ra­ti­ve­ment aux conteurs et hu­mo­ristes qui font de la scène. Quand on voit en di­rect la ré­ac­tion des gens à nos mots, il s’en dé­gage une ma­gie à la­quelle on n’a pas ac­cès sou­vent », conclut-il.

(Photo gra­cieu­se­té)

Ma­thieu For­tin, au­teur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.