Une touche fé­mi­nine chez les Élec­triks

L'Hebdo Journal - - SPORTS - PA­TRICK VAILLAN­COURT pa­trick.vaillan­court@tc.tc

FOOT­BALL. Se­lon les in­for­ma­tions pro­ve­nant du ré­seau qué­bé­cois en foot­ball col­lé­gial, la bot­teuse des Élec­triks de Sha­wi­ni­gan, Ariane Le­bel, se­rait la pre­mière femme à ins­crire des points dans l’histoire du foot­ball col­lé­gial du Qué­bec.

Le 8 sep­tembre der­nier contre SaintHya­cinthe, la jeune femme de 17 ans a réus­si un simple lors d’un bot­té pour pro­cu­rer un point à son équipe. Puis, le 30 sep­tembre der­nier contre Vic­to­ria­ville, son bot­té de pla­ce­ment est pas­sé entre les po­teaux des buts pour un pla­ce­ment, ce qui per­met à l’équipe d’ins­crire trois points.

Ariane Le­bel est ori­gi­naire de Trois-Ri­vières, mais elle étu­die au Col­lège Sha­wi­ni­gan puisque son pro­gramme, Soins pré­hos­pi­ta­liers d’ur­gence (SPU) n’est pas dis­pen­sé au Cé­gep de Trois-Ri­vières. D’ailleurs, Ariane était du groupe qui a par­ti­ci­pé à la grande si­mu­la­tion d’un ac­ci­dent or­ga­ni­sée par le Col­lège le 16 oc­tobre der­nier.

Ariane a tou­jours été une fille spor­tive, elle a com­men­cé le soc­cer alors qu’elle avait 6 ans. Elle joue tou­jours au soc­cer l’été avec l’équipe des Rebelles de l’Est. « J’ai dé­jà joué au ni­veau com­pé­ti­tif, et main­te­nant au ni­veau se­nior, je joue plus pour m’amu­ser. J’ai aus­si dé­cou­vert l’ar­bi­trage et j’ar­bitre de­puis quelques an­nées. J’ai aus­si joué au flag-foot­ball pen­dant mon se­con­daire, alors quand on parle des jeux au foot­ball, je ne suis pas trop dé­pay­sée. »

C’est comment d’être la seule fille dans un monde de gars ?

« Ça ne me dé­range pas vrai­ment d’être dans un uni­vers de gars. Dans mon pro­gramme SPU, il y a quand même beau­coup de gars. Ils sont su­per fins avec moi. Ça fait quelques an­nées qu’on voit des filles au foot­ball col­lé­gial. Mais de ce que j’ai en­ten­du, elles n’em­bar­quaient pas vrai­ment sur le ter­rain, et il n’y a pas de fille qui a dé­jà mar­qué des points. (…) Pour moi, c’est clair que je vais conti­nuer le foot­ball pen­dant mes études. J’aime ça ! »

Ariane a quand même dû adap­ter sa tech­nique de bot­té pour pas­ser du soc­cer au foot­ball. «Pour les bot­tés de pla­ce­ment, la tech­nique est si­mi­laire, il faut juste que je botte le bal­lon plus haut qu’au soc­cer. Mais c’est sur­tout pour les bot­tés de dé­ga­ge­ment que c’est dif­fé­rent. Je ne fais pas en­core les bot­tés de dé­ga­ge­ment, mais je les pra­tique beau­coup.

C’est l’en­traî­neur en chef des Élec­triks Guy Ber­ge­ron qui a vu le po­ten­tiel d’Ariane pour de­ve­nir la bot­teuse de l’équipe. « Ariane a fait sa place. Mais elle a vrai­ment le pro­fil type du bot­teur : elle est re­ti­rée, elle fait ses af­faires, quand c’est le temps de sau­ter sur le ter­rain pour un bot­té elle est dans sa bulle. Elle a toutes les qua­li­tés, et elle est là pour trois ans avec nous. »

Est-ce que c’est com­mun de voir une per­sonne pas­ser du soc­cer pour être un bot­teur au foot­ball ?

« J’ai tou­jours scru­té dans joueurs de soc­cer pour qu’il soit des bot­teurs au foot­ball. Ç’a tou­jours mar­ché. Ce n’est pas rien de dire qu’Ariane est la pre­mière fille à mar­quer des points au col­lé­gial. On est fier de ça ! En plus, elle est ac­cep­tée dans l’équipe. C’est comme la petite soeur des gars. Quand on joue à l’ex­té­rieur, les gars sont les pre­miers à al­ler voir les ap­pa­ri­teurs pour de­man­der une chambre pri­vée pour elle. Ce n’est pas une fille qui joue au foot­ball, c’est un Élec­triks ! »

(Pho­to TC Me­dia – Pa­trick Vaillan­court)

Ariane Le­bel se­rait la pre­mière fille à ins­crire des points au ni­veau col­lé­gial.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.