Voya­ger au­tre­ment, hors des sen­tiers bat­tus

DÉ­COU­VRIR CU­BA PAR LE BIAIS DE STAGES D’INI­TIA­TION À LA CO­OPÉ­RA­TION

L'Informateur - - ACTUALITÉS - > Steve Caron

Vivre dans une fa­mille ty­pi­que­ment cu­baine loin des iti­né­raires tou­ris­tiques conven­tion­nels, tra­vailler bé­né­vo­le­ment et dé­cou­vrir un peuple tout aus­si ac­cueillant que cha­leu­reux, c’est ce qu’offre Aro In­ter­na­tio­nal, un or­ga­nisme à but non lu­cra­tif, par le biais de ses di­vers pro­grammes.

C’est à la suite d’un voyage, qui l’a en­chan­té, dans l’île des Ca­raïbes que la fon­da­trice de l’or­ga­nisme a dé­ci­dé, il y a 15 ans, de par­ta­ger sa pas­sion et ses dé­cou­vertes. Pour bien faire connaître le peuple et sa joie de vivre, elle a dé­ve­lop­pé des stages d’ini­tia­tion à la co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale.

La for­mule est simple et elle per­met une vé­ri­table in­ter­ac­tion avec les Cu­bains. Les gens vivent en im­mer­sion au rythme de leur com­mu­nau­té d’ac­cueil. Ils par­tagent les re­pas de leurs hôtes, tra­vaillent en leur com­pa­gnie et après les tâches, ils peuvent pro­fi­ter de l’après­mi­di pour vi­si­ter et faire quelques ex­cur­sions. Les gens font lit­té­ra­le­ment par­tie de la fa­mille.

Le pro­gramme Chan­tier so­li­daire s’adresse prin­ci­pa­le­ment aux re­trai­tés. Il ré­pond aux as­pi­ra­tions d’une clien­tèle adulte dé­si­reuse de vivre une ex­pé­rience en­ri­chis­sante et in­ou­bliable. Le pro­jet se dé­roule en im­mer­sion to­tale dans une fa­mille d’ac­cueil d’une com­mu­nau­té de San­ta Cla­ra en cam­pagne, en mon­tagne et dans un vil­lage de pê­cheurs.

L’ex­pé­rience est in­ou­bliable pour des NordA­mé­ri­cains. Les mai­sons ne dis­posent pas de l’eau cou­rante et bien sou­vent, on n’y re­trouve qu’une grande chambre. C’est ce qui rend l’aven­ture si par­ti­cu­lière. Pour com­battre la bar­rière de la langue, des cours d’es­pa­gnol sont dis­pen­sés à des­ti­na­tion. Le sé­jour est d’une du­rée de trois se­maines.

Pour ceux qui sont un peu moins aven­tu­riers, le pro­gramme Au coeur du monde est une alternative. C’est une ap­proche pro­gres­sive per­met­tant aux par­ti­ci­pants de s’im­pré­gner peu à peu de la réa­li­té cu­baine. Il s’adresse à une clien­tèle adulte dé­si­rant éga­le­ment dé­cou­vrir le coeur et l’âme de Cu­ba, sans tou­te­fois ha­bi­ter dans une fa­mille d’ac­cueil. L’hé­ber­ge­ment se fait dans de pe­tits hô­tels.

Des pro­grammes existent aus­si pour les jeunes de 12 à 17 ans et les adultes qui ne sont pas en­core à la re­traite (Chan­tiers com­mu­nau­taires).

« J’ai long­temps tra­vaillé comme re­pré­sen­tante à des­ti­na­tion pour une agence de voyage. Je croyais bien connaître Cu­ba, mais je me suis trom­pée. Vivre comme les Cu­bains, dans une com­mu­nau­té loin des grands hô­tels de luxe, n’a rien à voir avec l’image qu’on peut se faire de Cu­ba. Le peuple n’est pas riche ma­té­riel­le­ment, mais hu­mai­ne­ment, c’est une toute autre chose » , sou­ligne Gi­nette Car­rière, d’Aro In­ter­na­tio­nal.

Avec un mi­ni­mum de forme phy­sique, un es­prit ou­vert et une bonne dose d’hu­mour, tout le monde peut se lan­cer dans l’aven­ture.

Pour Mme Car­rière, le choc cultu­rel vaut vrai­ment la peine d’être vé­cu. Ce que les voya­geurs en re­tirent sur les plans hu­main, des émo­tions ou des va­leurs sont de belles prises de conscience.

« C’est une ex­pé­rience très forte à vivre. On se dé­couvre ou re­dé­couvre. Les liens qui se créent entre les gens ou les voya­geurs sont uniques. Il n’est pas rare que l’on se re­voit après. Moi, j’ai ado­ré mon ex­pé­rience et je m’ap­prête à re­par­tir », té­moigne Jo­hanne, une par­ti­ci­pante.

De­puis quelques mois, Aro In­ter­na­tio­nal offre une nou­velle des­ti­na­tion à dé­cou­vrir, soit le Pé­rou. Cette fois, les voya­geurs vivent dans un or­phe­li­nat et tra­vaillent dans les champs. Ils donnent des cours de cou­ture, de lec­ture et d’écri­ture aux gens de la com­mu­nau­té.

Des stages et des sé­jours au­ront lieu au cours des pro­chaines se­maines. Pour in­for­ma­tion, on contacte Aro In­ter­na­tio­nal au 514 728-7222.

(Pho­to : Pa­trick Des­champs) (Pho­to : Pa­trick Des­champs)

Pour Gi­nette Car­rière, le choc cultu­rel vaut vrai­ment

la peine d’être vé­cu. Des pro­grammes existent aus­si pour les jeunes de 12 à 17 ans et les adultes qui ne sont pas en­core à la

re­traite (Chan­tiers com­mu­nau­taires).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.