Les fausses alarmes-in­cen­die...

L'Informateur - - SPORTS -

Le corps de pom­piers consi­dère qu’une alarme est non fon­dée lors­qu’elle est dé­clen­chée sans né­ces­si­té en rai­son d’une ins­tal­la­tion in­ap­pro­priée d’un sys­tème, d’un dé­faut de son fonc­tion­ne­ment, d’une né­gli­gence de son en­tre­tien, d’une ma­ni­pu­la­tion in­adé­quate ou d’une né­gli­gence in­ter­fé­rant avec son fonc­tion­ne­ment. Les alarmes ré­sul­tant d’une fu­mée lé­gère (ci­ga­rette, grille-pain, ali­ments sur­chauf­fés, etc.) ne sont pas as­su­jet­ties à cette ré­gle­men­ta­tion. Il en est de même pour un dé­clen­che­ment ac­ci­den­tel at­tri­buable à une panne élec­trique gé­né­ra­li­sée ou à la foudre. Par consé­quent, il n’y au­ra pas de frais dans ces deux cas.

Le pré­sident du co­mi­té exé­cu­tif et res­pon­sable de la sé­cu­ri­té pu­blique à la Ville de Mon­tréal, Claude Dau­phin, croit que la nou­velle ré­gle­men­ta­tion per­met­tra aux pom­piers d’as­su­rer un meilleur ser­vice à l’en­semble des ci­toyens de l’ag­glo­mé­ra­tion de Mon­tréal. « L’ob­jec­tif vi­sé par ces nou­velles me­sures est d’abord et avant tout de sen­si­bi­li­ser les ci­toyens qui ré­agissent de moins en moins aux alarmes. Consé­quem­ment, ce pro­gramme de­vrait aus­si in­ci­ter les pro­prié­taires de bâ­ti­ments à en­tre­te­nir adé­qua­te­ment leur sys­tème d’alarme et per­mettre au Ser­vice de sé­cu­ri­té in­cen­die de Mon­tréal d’as­su­rer la dis­po­ni­bi­li­té des ef­fec­tifs qui au­ront à ré­pondre aux ur­gences et aux ap­pels de pre­miers ré­pon­dants. »

De­puis dé­jà quelques an­nées, bon nombre de mu­ni­ci­pa­li­tés de la pro­vince du Qué­bec et ailleurs au Ca­na­da ont adop­té une telle ré­gle­men­ta­tion. Pour sa part, To­ron­to s’est do­té d’un rè­gle­ment du genre en 1998.

Les coûts af­fé­rents aux alarmes-in­cen­dies non fon­dées va­rie­ront en fonction du nombre de dé­pla­ce­ments in­utiles des pom­piers. La ré­gle­men­ta­tion pré­voit une dis­tinc­tion entre les ca­té­go­ries de bâ­ti­ments ( voir ta­bleau ci-contre).

Le nou­veau rè­gle­ment ne vise pas les dé­tec­teurs de fu­mée mais plu­tôt les sys­tèmes d’alarme-in­cen­die for­més d’une com­bi­nai­son de dis­po­si­tifs conçus pour aver­tir les oc­cu­pants d’un bâ­ti­ment d’une ur­gence. Ce­lui-ci peut être lo­cal ou en­core re­lié à une cen­trale. Ce mode de sur­veillance doit com­prendre au moins les dis­po­si­tifs sui­vants : un poste de com­mande ou un autre mode d’alimentation du sys­tème, une sta­tion ma­nuelle et un ap­pa­reil à si­gnal so­nore.

(Photo: Pa­trick Des­champs)

À la mai­son, il est es­sen­tiel d’avoir un aver­tis­seur de fu­mée en état de fonc­tion­ner puis­qu’il est re­con­nu que ce type d’ap­pa­reil sauve des vies en pré­ve­nant les oc­cu­pants d’un lo­ge­ment lors­qu’il y a

pré­sence de fu­mée. Le nou­veau rè­gle­ment ne vise pas les dé­tec­teurs de fu­mée

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.