Quatre conseillers d’Union Mon­tréal en désac­cord avec M. Ma­cio­cia

L'Informateur - - ACTUALITÉS -

L’idée lan­cée la se­maine der­nière, par Cos­mo Ma­cio­cia, de di­mi­nuer de moi­tié le nombre d’ar­ron­dis­se­ments et d’en re­voir le dé­cou­page a créé des sou­bre­sauts jusque dans le cau­cus d’Union Mon­tréal de l’ar­ron­dis­se­ment de Ri­vière-des-Prai­ries-Pointe-aux-Trembles.

Les conseillers An­dré Bé­lisle, Ma­ria Cal­de­rone, Joe Ma­gri et Jo­seph Di Pie­tro disent ne pas par­ta­ger les opi­nions opi­nions per­son­nel- les de M. Ma­cio­cia, par­ti­cu­liè­re­ment celles re­la­tives à la com­po­si­tion ac­tuelle de l’ar­ron­dis­se­ment. Ils lui ont fait part de cette dif­fé­rence de point de vue dans une lettre.

« Tout au long de l’ar­ticle, vous énu­mé­rez en dé­tail de nom­breux as­pects aux­quels vous n’avez ja­mais fait ré­fé­rence dans le pas­sé en tant que maire de notre ar­ron­dis­se­ment. Par­mi ceux-ci, nous re­te­nons sur- tout le pas­sage sui­vant : “Re­gar­dez mon ar­ron­dis­se­ment, la fu­sion de Ri­vière-desP­rai­ries avec Pointe-aux-Trembles n’a rien de lo­gique, tant du point de vue démographique que du point de vue géo­gra­phique. Pointe- aux- Trembles pour­rait être très bien rat­ta­ché à Mer­cier-Ho­che­la­ga-Mai­son­neuve”. Nous confir­mons par la pré­sente, en tant que membres de l’équipe d’Union Mon­tréal dans RDP-PAT, que nous ne par­ta­geons pas cette vi­sion de l’ar­ron­dis­se­ment. Nous croyons que celle-ci ne re­flète pas la somme du tra­vail ac­com­pli par les élus lo­caux de­puis le dé­but du man­dat en cours, soit un ar­ron­dis­se­ment gé­ré en fonc­tion des be­soins des ci­toyens d’abord » , sou­tiennent les quatre si­gna­taires.

Se­lon eux, le con­seil d’ar­ron­dis­se­ment as­sure un contact di­rect et conti­nu entre les élus et les ci­toyens. Ils af­firment que leur ob­jec­tif « (...) est de tra­vailler en équipe et de tou­jours amé­lio­rer la qua­li­té de vie des ci­toyens de l’en­semble de l’ar­ron­dis­se­ment ». Les quatre éche­vins d’Union Mon­tréal sou­tiennent avoir tou­jours pré­co­ni­sé l’harmonie et l’équi­libre entre les deux quar­tiers de l’ar­ron­dis­se­ment, tant au point de vue éco­no­mique, so­cial, spor­tif, cultu­rel que com­mu­nau­taire.

Ces conseillers font voix com­mune avec leur chef Gé­rald Trem­blay, qui a af­fir­mé ne pas être op­po­sé à l’évo­lu­tion de la struc­ture de la Ville et de ses ar­ron­dis­se­ments, « mais avec la si­tua­tion fi­nan­cière que nous vi­vons, il est pré­fé­rable de tout faire pour amé­lio­rer l’ef­fi­ca­ci­té du mo­dèle ac­tuel. Il faut main­te­nir une cer­taine sta­bi­li­té et ne pas créer de l’in­cer­ti­tude. Il y a moyen de re­voir les ser­vices et les équi­pe­ments des dif­fé­rents ar­ron­dis­se­ments et d’op­ti­mi­ser les meilleures pra­tiques pos­sibles pour amé­lio­rer les ser­vices aux ci­toyens ».

M. Ma­gri a te­nu à men­tion­ner que cette di­ver­gence de vue n’est pas une fronde à l’égard de M. Ma­cio­cia avec qui ils conti­nuent de par­ta­ger les mêmes orien­ta­tions concer­nant le dé­ve­lop­pe­ment du ter­ri­toire et la ges­tion des ser­vices mu­ni­ci­paux.

(Y.F.)

...Suite sur In­ter­net

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.