po­li­cière

L'Informateur - - À LIRE SUR INTERNET : - >Yvan Fortin

GARE AUX CHIENS!

Un em­ployé d’Hy­dro-Qué­bec a été at­ta­qué par un chien er­rant alors qu’il al­lait cou­per le cou­rant dans une mai­son aban­donn­née du bou­le­vard Gouin Est.

Le 26 avril, vers 16 h 30, l’élec­tri­cien de la so­cié­té d’État se rend dans la cour ar­rière du do­mi­cile. Une fois sur place, un chien le mord. Le tech­ni­cien se re­plie vers son vé­hi­cule et ap­pelle les po­li­ciers. Quand ils ar­rivent sur les lieux, les agents em­ploient un pul­vé­ri­sa­teur de poivre de Cayenne pour neu­tra­li­ser l’ani­mal qui est jusque là agres­sif et in­con­trô­lable. Par la suite, ils uti­lisent une perche-las­so pour char­ger le chien dans leur vé­hi­cule. L’ani­mal, qui n’avait pas de col­lier d’iden­ti­fi­ca­tion, a été ame­né au che­nil du ser­vice ani­ma­lier Le Ber­ger blanc.

De­puis l’ar­ri­vée du prin­temps, le ser­vice de po­lice re­çoit de plus en plus d’ap­pels concer­nant des chiens er­rants. Les pré­ven­teurs rap­pellent di­verses dis­po­si­tions du Rè­gle­ment sur le contrôle des chiens et autres ani­maux.

- Un chien doit por­ter, en tout temps, une mé­daille d’iden­ti­té de l’an­née en cours.

- L’ani­mal doit tou­jours être te­nu au moyen d’une laisse d’une lon­gueur maxi­male de deux mètres, que ce soit en pro­me­nade, dans les parcs ou sur un ter­rain non clô­tu­ré.

- Un chien ne doit pas mordre une per­sonne ou un autre chien,

- La per­sonne qui a la garde d’un chien doit tou­jours ra­mas­ser les crottes de l’ani­mal à l’aide d’un sac et en dis­po­ser pro­pre­ment dans une pou­belle.

Des amendes al­lant de 100 $ à 300 $ (plus les frais) sont rat­ta­chées à chaque in­frac­tion dans le cas d’une pre­mière of­fense; de 300 $ à 500 $ pour une deuxième et de 500 $ à 1000 $ pour toute autre ré­ci­dive.

Toute per­sonne qui dé­sire por­ter plainte concer­nant une nui­sance cau­sée par un chien (ani­mal er­rant, aboie­ments ex­ces­sifs, ex­cré­ments non ra­mas­sés, com­por­te­ment agres­sif, etc.) doit contac­ter le 311, du lun­di au ven­dre­di, de 8 h 30 à 17 h. L’in­for­ma­tion re­çue est trai­tée confi­den­tiel­le­ment.

Ad­ve­nant une mor­sure en­vers une per­sonne ou un autre ani­mal, il faut por­ter plainte au­près des po­li­ciers qui fe­ront par­ve­nir un rap­port d’évé­ne­ment à la pa­trouille ca­nine. S’il est ju­gé dan­ge­reux, un chien ayant mor­du se­ra eu­tha­na­sié.

PRU­DENCE LORS DES DÉ­PÔTS COM­MER­CIAUX

Deux hommes blancs ou la­ti­no-amé­ri­cains et une femme blanche, tous âgés de plus ou moins 25 ans, sont re­cher­chés re­la­ti­ve­ment à des vols qua­li­fiés vi­sant des per­sonnes qui al­laient ef­fec­tuer des dé­pôts com­mer­ciaux dans des ins­ti­tu­tions fi­nan­cières.

L’évé­ne­ment le plus ré­cent est ar­ri­vé, vers 13 h, le 27 avril, quand une em­ployée d’un com­merce du quar­tier se rend à la suc­cur­sale de la Banque de Mon­tréal., si­tuée à l’in­ter­sec­tion de Mau­rice-Du­ples­sis et de Gil­bert-Bar­bier. Au mo­ment où la vic­time s’ap­prête à pé­né­trer à l’in­té­rieur de l’ins­ti­tu­tion fi­nan­cière, un homme sur­git et tire sur le sac de celle-ci. La femme tombe à ge­noux quand l’une des poi­gnées du sac cède. Le mal­fai­teur s’en­fuit avec le ma­got.

Le trio de mal­frats au­rait uti­li­sé une Mazda noire quatre portes et une ca­mion­nette beige de marque in­dé­ter­mi­née.

Les en­quê­teurs ont ren­con­tré les té­moins de la scène et ont vi­sion­né les en­re­gis­tre­ments des ca­mé­ras de sur­veillance de la banque et du com­merce d’où ori­gine le dé­pôt.

Les po­li­ciers in­citent les mar­chands et les res­tau­ra­teurs à être pru­dents quand ils ef­fec­tuent leurs dé­pôts. Ils doivent évi­ter les rou­tines et chan­ger l’heure de leur dé­pôt et se sta­tion­ner le plus près pos­sible de l’en­trée de l’ins­ti­tu­tion fi­nan­cière en pre­nant garde aux in­di­vi­dus suspects. Il est aus­si plus sé­cu­ri­taire d’être ac­com­pa­gné.

Les po­li­ciers in­vitent les gens dé­te­nant des in­for­ma­tions sur cette af­faire à se bran­cher sur le site In­fo­crime.qc.ca ou à ap­pe­ler au 514 393-1133, en men­tion­nant le nu­mé­ro d’évé­ne­ment 45-090427-009. Les ap­pels sont trai­tés de ma­nière confi­den­tielle.

Tous les chiens doivent être te­nus en laisse dans les lieux pu­blics et lors des ba­lades grandes ou

pe­tites.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.