L’autre ta­lent de Pas­cal Élie

LES AVEN­TURES DE DJAK

L'Informateur - - VIE DE QUARTIER - Mi­chel Joan­ny-Fur­tin

Vous ap­pré­ciez ses ca­ri­ca­tures chaque se­maine sur notre site in­ter­net. Or, Pas­cal Élie écrit et des­sine des livres pour en­fants au­tour d’un sym­pa­thique pe­tit per­son­nage nom­mé Djak qu’il avait in­ven­té pour ses en­fants. Quelle aven­ture!

Après Le Rêve de Djak et Djack à la mer, voi­ci Djak au cirque, le troi­sième tome des aven­tures de ce pe­tit gar­çon croqué par notre ca­ri­ca­tu­riste.

Djak est un gar­çon fan­tai­siste, ru­sé, in­tel­li­gent, ima­gi­na­tif et… an­gois­sé. Ses pa­rents sont, comme tous les pa­rents, ab­so­lu­ment im­par­faits! L’hu­mour de Pas­cal Élie a ce don rare de faire rire et de tou­cher les lec­teurs de tous âges.

Un clown in­ter­pelle Djak sur la piste, qui voit là l’oc­ca­sion de se faire re­mar­quer et de, peut-être, connaître la gloire. Or le piège que lui temps le clown est cruel et le jeune gar­çon sort meur­tri de l’ex­pé­rience. D’abord convain­cu qu’il ne pos­sède au­cun ta­lent, il met son es­prit in­ven­tif au ser­vice de ses am­bi­tions. Grâce à une re­cette dont les se­crets nous échappent, il in­vente une gomme puis­sante qui de­vien­dra, un peu mal­gré lui, l’ins­tru­ment de sa ven­geance…

«Au dé­part, c’était des his­toires que je ra­con­tais à mes gar­çons lors­qu’ils étaient pe­tits, re­late Pas­cal Élie. Ils ont 11 et 13 ans main­te­nant, mais ils aiment en­core bien ces pe­tites his­toires hu­mo­ris­tiques. Il n’y a pas vrai­ment d’âge cible. On peut les lire dès qu’on peut jus­qu’à 10 ans et plus si les pa­rents aiment ces his­toires ri­go­lotes…»

UN PER­SON­NAGE IM­PRO­VI­SÉ

«Pour mes en­fants, j’ai créé Djak, mais sans lui don­ner d’exis­tence vi­suelle, sans ja­mais l’avoir des­si­né. Djak était une im­pro to­tale. C’est lors de va­cances fa­mi­liales au bord d’un lac que l’idée m’est ve­nue de le gri­bouiller, puis de lui don­ner un style et d’en faire un per­son­nage.»

Et le pe­tit per­son­nage est en quelque sorte à l’image de son créa­teur. «Le stress et l’an­goisse de la page blanche du ca­ri­ca­tu­riste, je les ai trans­fé­rés à Djak, qui se ques­tionne sans ar­rêt sur ce qu’il veut et ce qu’il doit faire pour l’ob­te­nir. Dans Djak au cirque, il se de­mande comment de­ve­nir cé­lèbre et épa­ter les foules; dans Djak à la mer, il cherche à de­ve­nir riche sans tra­vailler; dans Le Rêve de Djak, il veut convaincre son père ré­cal­ci­trant d’adop­ter un chien. Dans tous les cas, il met toute son éner­gie et sa créa­ti­vi­té à at­teindre son but…»

DJAK LE LI­BÉ­RA­TEUR

Écrire et des­si­ner les aven­tures de Djak changent les idées des exi­gences de la ca­ri­ca­ture, constate Pas­cal Élie. Le ca­ri­ca­tu­riste doit chaque se­maine, au mo­ment de des­si­ner, pen­ser ac­tua­li­tés, punch, hu­mour et per­ti­nence. Cette créa­tion vient donc cal­mer le rythme.

«Je re­trouve le simple plai­sir de des­si­ner en écou­tant de la mu­sique ou la ra­dio. Et puis, il est tou­jours gra­ti­fiant de conce­voir une his­toire et de la dé­ve­lop­per en sui­vant son rythme d’écri­ture…»

Ce type de pe­tit ou­vrage a tout de même des exi­gences tech­niques pré­cises comme le nombre de pages – une tren­taine – et quelques phrases qui com­plètent le des­sin sans le ré­pé­ter. Mal­gré tout, écrire pour le pe­tit Djak est une forme de li­bé­ra­tion pour Pas­cal Élie.

Notre ca­ri­ca­tu­riste Pas­cal Élie pu­blie aux édi­tions de la Ba­gnole le troi­sième tome des aven­tures de

Jack. (Pho­to: Cour­toi­sie)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.