Gangs de rue: 5 meurtres et 25 ten­ta­tives dans l’Est en 30 mois

L'Informateur - - ACTUALITÉS - > Phi­lippe Beau­che­min

L’as­sis­tant-di­rec­teur au Ser­vice de po­lice de la Ville de Mon­tréal et res­pon­sable du dos­sier des gangs de rue, Jacques Ro­bi­nette, est ca­té­go­rique: « Au­cun ar­ron­dis­se­ment n’est épar­gné par le phé­no­mène des gangs de rue. Ils sont pré­sents par­tout et nous de­vons agir sur tout le ter­ri­toire mon­tréa­lais, d’un bout à l’autre de l’île ».

Las d’en­tendre cer­tains ci­toyens et or­ga­nismes dire que le phé­no­mène est cir­cons­crit au centre- ville, M. Ro­bi­nette al­lègue, chiffres à l’ap­pui, que « des gangs de rue, il y en a aus­si dans l’est et dans l’ouest de Mon­tréal ».

On dé­nombre d’ailleurs, au cours des 30 der­niers mois, 5 meurtres et 25 ten­ta­tives qui sont re­liés aux gangs de rue pré­sents dans l’est de l’île de Mon­tréal. « On a des don­nées si­mi­laires pour l’Ouest ( 8 meurtres / 21 ten­ta­tives), le Sud ( 6 meurtres / 36 ten­ta­tives) et le Nord ( 6 meurtres / 34 ten­ta­tives). Il faut ar­rê­ter de se mettre la tête dans le sable; des gangs de rue, il y en a par­tout », dit le po­li­cier.

« La pré­ven­tion aide énor­mé­ment, pour­suit-il. Avec l’aide des or­ga­nismes lo­caux, on adopte notre mes­sage et nos tac­tiques d’in­ter­ven­tion. Chaque ar­ron­dis­se­ment a ses pro­blé­ma­tiques dif­fé­rentes, il faut donc en te­nir compte et faire confiance aux gens qui sont sur le ter­rain. C’est la seule fa­çon d’avoir des ré­sul­tats concrets. »

(Pho­to: Mar­tin Ala­rie)

Des gangs de rue sont pré­sents dans le nord comme

dans le sud de l’île.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.