Les gangs de rue au-de­là du mythe

L'Informateur - - LA UNE - > Lucile de Pes­loüan

Le «Grand Ren­dez-vous d’au­tomne 2008 », or­ga­ni­sé par la Cor­po­ra­tion de dé­ve­lop­pe­ment com­mu­nau­taire (CDC) de Ri­vière-desP­rai­ries, avait fait res­sor­tir comme prio­ri­té la pro­blé­ma­tique des gangs de rue. L’idée d’une re­cherche, nom­mée « Le pouls de la com­mu­nau­té », est ve­nue grâce à l’ini­tia­tive d’un groupe com­mu­nau­taire, Les jeunes au coeur. Bos­co­ville 2000 a donc lan­cé cette re­cherche en leur nom.

Entre mai et août 2009, Nou­té­pé Ta­go­doé est par­ti avec un col­lègue, ques­tion­naire à la main, ar­pen­ter le sec­teur. Plus de 800 per­sonnes ont par­ti­ci­pé à la re­cherche: 749 élèves de l’école Jean-Grou, 46 jeunes adultes, 26 in­ter­ve­nants et 18 com­mer­çants.

« Un pa­nel as­sez bien di­ver­si­fié, et sur­tout, in­siste Nou­té­pé Ta­go­doé, neutre. Les jeunes que nous avons in­ter­ro­gés étaient af­fi­liés ou non à des gangs de rue. On ne le leur de­man­dait même pas, nous les avons choi­sis au ha­sard. »

L’échan­tillon est no­tam­ment com­po­sé de 41 % de gens d’ori­gine haï­tienne, 27 % d’ori­gine qué­bé­coise et 6 % d’ori­gine ita­lienne. « Ce sont les prin­ci­paux groupes qui peuplent Ri­vière-desP­rai­ries », rap­pelle Nou­té­pé Ta­go­doé.

La re­cherche dresse un por­trait sta­tis­tique de l’ar­ron­dis­se­ment en termes de fac­teurs de risque. Elle s’in­té­resse aus­si au cli­mat so­cial, avec le de­gré de qua­li­té de vie, le sen­ti­ment d’ap­par­te­nance, de sé­cu­ri­té, etc.

« Il est im­por­tant de voir comment la com­mu­nau­té se per­çoit » , es­time l’agent de re­cherche. Une des par­ties de la re­cherche rend compte des mythes et réa­li­tés, la per­cep­tion de la pré­sence et de l’in­fluence des gangs de rue.

« On ob­serve, par­fois avec éton­ne­ment, re­late Nou­té­pé Ta­go­doé, qu’il y a une vi­sion er­ro­née des gangs de rue. Jeunes, comme adultes, Noirs comme Blancs, peu savent réel­le­ment éta­blir la dé­fi­ni­tion d’un gang de rue. Non, ça ne se ré­sume pas à l’eth­nie ou à la te­nue ves­ti­men­taire. »

Ce pro­jet s’ins­pire de la dé­marche in­ter­sec­to­rielle, uti­li­sée dans le cadre du pro­jet Jeu­nesse et Gangs de rue, di­ri­gé par Syl­vie Ha­mel, pro­fes­seur et cher­cheur à l’Uni­ver­si­té du Qué­bec à Trois-Ri­vi è re s . Cette re­cherche est lo­cale. « C’est ce­la qui nous dé­marque, in­siste Nou­té­pé Ta­go­doé. Elle a été me­née au nom de la com­mu­nau­té. »

Les ré­sul­tats de ce « pouls de la com­mu­nau­té », se­ront pré­sen­tés le 23 mars pro­chain, de 17 h à 19 h 30, à l’au­di­to­rium Claude-Bi­lo­deau de Bos­co­ville 2000. En plus d’être une pré­sen­ta­tion, il s’agit de l’abou­tis­se­ment d’une dé­marche et le dé­but d‘une aven­ture.

« L’ob­jec­tif est bien en­ten­du d’al­ler vers une stra­té­gie de pré­ven­tion et de lutte au phé­no­mène des gangs de rue à Ri­vière-des-Prai­ries », ter­mine Nou­té­pé Ta­go­doé.

(Photo: Éric Car­rière)

Une par­tie de la re­cherche rend compte des mythes et réa­li­tés, la per­cep­tion de la pré­sence et de l’in­fluence des gangs de rue

à Ri­vière-des-Prai­ries.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.