REVDEC : 25 ans à gui­der les jeunes en dif­fi­cul­té sco­laire

L'Informateur - - ACTUALITÉS - > Steve Ca­ron

De­puis 25 ans, REVDEC offre des ac­ti­vi­tés pour les jeunes de moins de 16 ans en dif­fi­cul­té sco­laire ou qui ne fré­quentent plus l’école. L’ob­jec­tif de l’or­ga­nisme n’est pas de sor­tir les jeunes de l’école, mais de leur of­frir une al­ter­na­tive qui sort du cadre conven­tion­nel lors­qu’ils ont be­soin d’un mo­ment de ré­pit, qu’ils tra­versent une pé­riode dif­fi­cile ou en­core qu’ils vivent dif­fi­ci­le­ment un chan­ge­ment d’école.

REVDEC est là pour les ai­der à re­trou­ver leur mo­ti­va­tion à pour­suivre leur an­née sco­laire.

« La loi qué­bé­coise oblige les jeunes à fré­quen­ter l’école jus­qu’à l’âge de 16 ans. Il va donc sans dire qu’au dé­part, l’or­ga­nisme était un peu mal vu. Nous avons dû faire nos preuves et main­te­nant, ce­la se passe plu­tôt bien », de sou­li­gner Ju­lie Ca­mi­rand, co­di­rec­trice de REVDEC.

Le mo­dèle de l’or­ga­nisme com­mu­nau­taire com­bine l’ap­pren­tis­sage des ma­tières de base, en pe­tits groupes le ma­tin, à des ate­liers de va­lo­ri­sa­tion l’après-mi­di. Dans le vo­let aca­dé­mique, il s’agit de sé­jours de courte du­rée de plus ou moins un mois. Le tout se passe en col­la­bo­ra­tion avec l’école du jeune.

Quant aux ate­liers, ils sont là pour per­mettre aux jeunes de vivre des suc­cès à tra­vers des pro­jets concrets, de vivre une ex­pé­rience po­si­tive et construc­tive, de re­trou­ver confiance en eux et même de dé­ve­lop­per de nou­velles ap­ti­tudes.

Les ate­liers sont au­tant ar­tis­tiques, créa­tifs, ma­nuels que spor­tifs. Ils sont conçus en fonction des dé­si­rs des jeunes et de la dis­po­ni­bi­li­té des bé­né­voles re­cru­tés. Des ate­liers de pho­to­gra­phie, me­nui­se­rie, cui­sine et bien d’autres sont au pro­gramme.

« Nous tra­vaillons dans l’ins­tant pré­sent, in­siste Marie-Hé­lène Bo­huon, co­di­rec­trice de REVDEC. L’im­por­tant est de faire prendre conscience aux jeunes qu’ils peuvent ap­prendre au­tre­ment et agréa­ble­ment. »

Comme tous les or­ga­nismes com­mu­nau­taires, le nerf de la guerre est l’ar­gent. La re­cherche de fi­nan­ce­ment est tou­jours à re­com­men­cer pour as­su­rer le main­tien des ser­vices.

La sta­bi­li­té du per­son­nel est un en­jeu im­por­tant au­quel doit faire face l’or­ga­nisme. Le fi­nan­ce­ment de REVDEC se fait sur­tout par des pro­jets ponc­tuels. On parle tou­jours de court terme et dans ce contexte, il est dif­fi­cile de pré­voir l’ave­nir ou à tout le moins de se fixer des ob­jec­tifs pour plus de deux ans.

Les in­ter­ve­nants ne perdent pas espoir. Ce n’est pas tou­jours fa­cile, par contre, les réus­sites de chaque jeune valent son pe­sant d’or, ce qui per­met d’ac­com­plir des mi­racles avec peu.

Plus de 120 jeunes passent an­nuel­le­ment par REVDEC ou le Pe­tit REVDEC (qui lui s’adresse spé­ci­fi­que­ment aux filles en­ceintes ou aux jeunes mères) sur une base ré­gu­lière. Après, cer­tains re­tournent aux études à l’in­té­rieur du cadre con- ven­tion­nel, bi­furquent vers des pro­grammes de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle ou optent pour un autre che­mi­ne­ment.

Par ailleurs, pour sou­li­gner ses 25 ans, l’or­ga­nisme or­ga­nise une grande fête de re­trou­vailles. La cé­lé­bra­tion au­ra lieu en mai et les an­ciens par­ti­ci­pants et bé­né­voles de REVDEC sont in­vi­tés à y prendre part. Pour ren­sei­gne­ment, on contacte Mé­la­nie Gagnon au 514 255-9893.

(Photo : gra­cieu­se­té)

Des ate­liers de pho­to­gra­phie, me­nui­se­rie, cui­sine et bien d’autres sont au pro­gramme de REVDEC.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.