Su­zanne Dé­ca­rie se donne une se­maine pour y pen­ser

L'Informateur - - Actualités - > Yvan Fortin re­dac­tion_est@trans­con­ti­nen­tal.ca

Su­zanne Dé­ca­rie, de­ve­nue mai­resse de ma­nière in­té­ri­maire à la suite de la dé­mis­sion de Joe Ma­gri, se donne en­vi­ron une se­maine pour éva­luer la pos­si­bi­li­té de se pré­sen­ter à la course à la mai­rie d’ar­ron­dis­se­ment.

« Je n’ai pas en­core pris de dé­ci­sions concer­nant une éven­tuelle can­di­da­ture. Au cours des der­nières se­maines, j’ai par­lé à plein de gens, dont de nom­breuses per­sonnes de la com­mu­nau­té ita­lienne. Je suis agréa­ble­ment sur­prise des contacts éta­blis », a in­di­qué Mme Dé­ca­rie, lors d’un en­tre­tien té­lé­pho­nique.

Pré­sen­te­ment, elle sonde les es­prits et les coeurs afin de dé­ter­mi­ner où elle se­rait le plus ef­fi­cace et utile pour les ci­toyens de l’ar­ron­dis­se­ment. Mais, peu im­porte la dé­ci­sion qu’elle pren­dra, l’élue poin­te­lière sou­haite que le con­seil d’ar­ron­dis­se­ment de­meure le plus fonc­tion­nel pos­sible.

Dans les der­niers jours, elle s’est af­fai­rée à mieux connaître les dif­fé­rents dos­siers tou­chant à l’ar­ron­dis­se­ment. « Même si j’étais mai­resse sup­pléante, cer­taines in­for­ma­tions ne m’avaient pas tou­jours été trans­mises dans le pas­sé. Je pense ici à la ren­contre sur la bio­mé­tha­ni­sa­tion ou au centre d’aide aux vic­times d’Haïti. ».

Mme Dé­ca­rie dé­plore le fait que l’ad­mi­nis­tra­tion Trem­blay ait l’ha­bi­tude de faire pas­ser les in­for­ma­tions concer­nant les dos­siers im­por­tants par les maires d’ar­ron­dis­se­ment. « Il n’est pas vrai que le maire d’ar­ron­dis­se­ment doit tout cen­tra­li­ser et gar­der pour lui tous les pou­voirs et les in­for­ma­tions. Il y a sept élus au­tour de la table du con­seil d’ar­ron­dis­se­ment. Ces sept per­sonnes doivent avoir l’en­semble des in­for­ma­tions afin que tous soient en me­sure de prendre les meilleures dé­ci­sions. La dif­fu­sion de l’in­for­ma­tion est une ques­tion de res­pect de la dé­mo­cra­tie. » Se­lon elle, on ne doit pas faire de po­li­tique sur l’in­for­ma­tion aux élus « parce qu’en bout de la ligne, ce sont les ci­toyens qui s’en re­trouvent désa­van­ta­gés ».

D’après elle, l’ad­mi­nis­tra­tion de l’ar­ron­dis­se­ment a aus­si be­soin de l’im­pli­ca­tion des ci­toyens afin d’in­ves­tir l’ar­gent de leurs taxes aux bonnes places. « Il faut être à l’écoute des sug­ges­tions et des cri­tiques po­si­tives et gé­rer de fa­çon res­pon­sable.»

(Photo: Pa­trick Des­champs)

La mai­resse sup­pléante Su­zanne Dé­ca­rie est tou­jours en ré­flexion face à une éven­tuelle can­di­da­ture à l’élec­tion par­tielle à la mai­rie d’ar­ron­dis­se­ment. « Je de­meure sin­cère face à mon en­ga­ge­ment po­li­tique. C’est sûr que c’est ten­tant, mais ce se­ra une dé­ci­sion

ré­flé­chie. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.