Inau­gu­ra­tion de la nou­velle École Hô­te­lière de Mon­tréal – Ca­lixa-La­val­lée

L'Informateur - - VIEDEQUARTIER - > Guillaume Pi­card

Dix ans après avoir rê­vé pour la pre­mière fois de la construc­tion de l’École hô­te­lière de Mon­tréal – Ca­lixa-La­val­lée et avoir ré­cla­mé du fi­nan­ce­ment à maintes re­prises à la mi­nistre Line Beau­champ, qui est aus­si dé­pu­tée de Bou­ras­saSau­vé, le pré­sident de la Com­mis­sion sco­laire de la Pointe-de-l’Île (CSPI), Vincent Ar­ci­re­si, n’était pas peu fier d’inau­gu­rer cet été le nou­vel éta­blis­se­ment mo­derne ayant pi­gnon sur rue sur le bou­le­vard Hen­ri-Bou­ras­sa.

Flan­qué de Mme Beau­champ, du dé­pu­té fé­dé­ral de Bou­ras­sa, De­nis Co­derre, et du maire de Mon­tréal-Nord, Gilles Deguire, M. Ar­ci­re­si a par­lé d’un hé­ri­tage qu’il lègue à la CSPI, mais aus­si à l’ar­ron­dis­se­ment et à l’est de Mon­tréal.

Il a, avec émo­tion, pré­ci­sé avoir tra­vaillé très fort pour la concré­ti­sa­tion de ce pro­jet. Son équipe et lui ont ren­con­tré plu­sieurs im­pré­vus en cours de route, dont la dé­cou­verte d’un ruis­seau sous le fu­tur bâ­ti­ment, dans le­quel le ca­davre d’un homme avait été en­se­ve­li dans le ci­ment. L’ajout d’un puits et d’une pompe ont à eux seuls fait gon­fler la fac­ture de 1 M$.

Le à l’ins­tar de la cin­quan­taine d’in­vi­tés triés sur le vo­let, a eu droit à un tour gui­dé des trois étages de l’édi­fice où, chaque an­née, jus­qu’à 450 élèves se­ront for­més dans des lo­caux plus vastes qu’au­pa­ra­vant et avec des équi­pe­ments à la fine pointe. Avec un taux de pla­ce­ment de plus de 90 %, l’alimentation, l’hô­tel­le­rie et le ser­vice de res­tau­ra­tion de­meurent des choix de car­rière al­lé­chants pour la re­lève.

Une sec­tion com­pre­nant neuf chambres per­met­tra aus­si d’ac­cueillir les étu­diants étran­gers qui choi­sissent Mon­tréal, l’école jouis­sant main­te­nant d’une re­nom­mée igno­rant les fron­tières. On croit d’ailleurs pou­voir tripler les ad­mis­sions à l’in­ter­na­tio­nal à court ou moyen terme.

Dès le 2 août, les élèves et leurs en­sei­gnants s’y ins­tal­le­ront à de­meure. La nou­velle adresse re­grou­pe­ra do­ré­na­vant toutes les spé­cia­li­tés of­fertes de­puis le dé­but des an­nées 1970, rue Amos, dans un bâ­ti­ment ju­gé vé­tuste où l’es­pace fait cruel­le­ment dé­faut.

« Tout est fa­ci­li­té ici et toutes les spé­cia­li­tés y trouvent leur compte avec les nou­veaux équi­pe­ments. C’est plus grand et plus adé­quat à la fois pour l’en­sei­gne­ment, ain­si que pour l’ac­cueil du pu­blic », confie Isabelle Du­fresne, en­sei­gnante en ser­vice de res­tau­ra­tion.

Son confrère dans le sec­teur de la bou­che­rie, Pa­trick Ga­gnon, ren­ché­rit: « Nos nou­veaux lo­caux re­flètent bien le fu­tur en­vi­ron­ne­ment de tra­vail des élèves, mais ici nous sommes dé­fi­ni­ti­ve­ment plus équi­pés », dit-il en sou­riant.

QUÉBEC ET LA CSPI PAIE LA NOTE MOI­TIÉ-MOI­TIÉ

L’in­ves­tis­se­ment de 16 M$, com­pre­nant 2 M$ d’équi­pe­ments, a été fi­nan­cé par le gou­ver­ne­ment du Québec grâce à une en­ve­loppe de 8 M$. L’autre moi­tié pro­vient de la CSPI qui, au cours des dix der­nières an­nées, in­dique An­toine El-Khou­ry, di­rec­teur du ré­seau de l’édu­ca­tion des adultes et de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle, « a pro­vi­sion­né, à même ses sur­plus et en grat­tant les fonds de ti­roir, la somme né­ces­saire pour que la CSPI paie la dif­fé­rence entre le coût de construc­tion et l’ar­gent pro­ve­nant du gou­ver­ne­ment. Avec un bud­get an­nuel de 300 M$, nous avons pu nous pré­pa­rer en consé­quence. »

« Nous avons dû re­voir notre pro­jet en cours de route et le ré­duire de quatre à trois étages, car les coûts étaient trop éle­vés et les 2 M$ consentis aux équi­pe­ments pro­viennent des fonds ver­sés chaque an­née par Québec, à même le pro­gramme MAO (Ma­té­riel, ap­pa­reillage et ou­tillage), rap­pelle-t-il. On a donc consti­tué une ré­serve ces 10 der­nières an­nées, sa­chant que le pro­jet était en cours de réa­li­sa­tion. »

M. El-Khou­ry ne cache pas lui non plus sa sa­tis­fac­tion et sou­ligne que l’École hô­te­lière de Mon­tréal – Ca­lixa-La­val­lée est la seule à re­grou­per sous un même toit l’en­semble des for­ma­tions propres à cette in­dus­trie, dont la cui­sine, la cui­sine du mar­ché, la bou­che­rie, la pâ­tis­se­rie et le ser­vice de res­tau­ra­tion.

« Nous sommes aus­si par­mi les seuls à tra­vailler di­rec­te­ment avec les en­tre­prises pour ac­cueillir des gens évo­luant dé­jà sur le mar­ché du tra­vail et qui veulent par­faire leurs connais­sances ou ob­te­nir un di­plôme », pré­cise-t-il. Le res­tau­rant Max Rupp, nom­mé en l’hon­neur du fon­da­teur et pre­mier pré­sident, en 1953, de la So­cié­té des chefs, cui­si­niers et pâ­tis­siers du Québec, a dou­blé de ca­pa­ci­té et pour­ra ac­cueillir, dès la fin de l’été, plus de 200 convives à la fois. Une vue im­pre­nable à par­tir de la salle à man­ger don­ne­ra sur le ter­rain si­tué entre l’école se­con­daire Ca­lixa-La­val­lée et l’école d’hô­tel­le­rie, ter­rain qui de­vien­dra d’ailleurs un ilot de fraî­cheur grâce à l’in­ves­tis­se­ment de 2 M$ an­non­cé ré­cem­ment pour la créa­tion d’un es­pace vert.

La bou­tique Le Gour­met a elle aus­si plus d’es­pace pour ac­cueillir le pu­blic et leur pro­po­ser des plats cui­si­nés frais ou conge­lés, ain­si que des spé­cia­li­tés à dé­gus­ter à la mai­son.

(Photo: Pa­trick Deschamps)

DEUX FOIS PLUS DE SIÈGES AU RES­TAU­RANT MAX RUPP

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.