Un ci­toyen dé­bou­té par l’om­buds­man de Mon­tréal

L'Informateur - - ACTUALITÉS - > Yvan For­tin

L’om­buds­man de Mon­tréal a dé­bou­té Gian­car­lo Far­ne­si, pro­prié­taire d’un ga­rage de mo­to­cy­clettes et qui ha­bite au haut de l’édi­fice si­tué au 8995 du bou­le­vard Gouin. Sa dé­marche au­près des au­to­ri­tés mu­ni­ci­pales vi­sait à faire di­mi­nuer la taille de la clô­ture et de la haie que son voi­sin a ins­tal­lées voi­là quelques an­nées entre les deux pro­prié­tés et aus­si à éli­mi­ner un dé­pôt de neige.

« Quant au fait que la clô­ture et les haies de votre voi­sin de gauche dé­pas­se­raient la hau­teur per­mise par le rè­gle­ment mu­ni­ci­pal, notre en­quête a dé­mon­tré, que, de fa­çon as­sez gé­né­ra­li­sée, l’ar­ron­dis­se­ment to­lère les clô­ture et les haies plus hautes, sauf si ce­la pose un pro­blème de sé­cu­ri­té », a écrit l’om­buds­man Jo­hanne Sa­vard, dans une lettre adres­sée à M. Far­ne­si. Celle-ci pré­cise qu’étant don­née la confi­gu­ra­tion du ter­rain – la cour de l’édi­fice de M. Far­ne­si oc­cu­pant l’en­semble de la fa­çade de son ter­rain – « nous ne pou­vons pas conclure que cette clô­ture et cette haie vous posent un pro­blème de sé­cu­ri­té, nous n’in­ter­vien­drons donc pas sur cet as­pect du dos­sier ».

Après plus d’une dou­zaine de pré­sences à au­tant de séances du conseil d’ar­ron­dis­se­ment et une de­mande d’in­ter­ven­tion au pro­tec­teur des ci­toyens de Mon­tréal, M. Far­ne­si n’était pas vrai­ment sa­tis­fait du rap­port de l’om­buds­man concer­nant l’ap­pli­ca­tion de cer­tains rè­gle­ments mu­ni­ci­paux par l’ar­ron­dis­se­ment.

« Pour­quoi la Ville et l’ar­ron­dis­se­ment mettent des rè­gle­ments de l’avant si c’est pour ne pas les ap­pli­quer ? », se de­mande-t-il tou­jours.

De son cô­té, le voi­sin im­pli­qué est sa­tis­fait de la ré­ponse de l’om­buds­man. Ce der­nier, qui tra­vaille dans le do­maine du pay­sage, ex­plique que si sa clô- ture et sa haie sont un peu plus hautes que la norme mu­ni­ci­pale c’est parce que le bâ­ti­ment com­mer­cial et ré­si­den­tiel de M. Far­ne­si est en sur­plomb de son do­mi­cile fa­mi­lial. « Ce­la contri­bue à pré­ser­ver notre in­ti­mi­té. J’ai des en­fants qui jouent dans ma cour et ce­la em­pêche leurs bal­lons et balles de se re­trou­ver chez le voi­sin. »

La haie et la clô­ture per­mettent aus­si de ne pas voir le ga­rage et les mo­tos en ré­pa­ra­tion.

Par ailleurs, le si­gna­taire de ces lignes a cir­cu­lé tout au long du bou­le­vard Gouin, à RDP, et de la rue Notre-Dame, à PAT, et a consta­té que plu­sieurs pro­prié­tés ri­ve­raines de la ri­vière et du fleuve ont des clô­tures et des haies de bonnes tailles.

BANC DE NEIGE

Concer­nant la plainte sur la pré­sence d’un banc de neige en fa­çade du ter­rain du voi­sin, Mme Sa­vard rap­pelle que dans le sec­teur, le do­maine pu­blic com­prend une bande de ter­rains non as­phal­tés, large d’en­vi­ron 3 mètres (10 pieds), entre le bou­le­vard Gouin et la ligne des ter­rains pri­vés.

« Se­lon les res­pon­sables du dé­nei­ge­ment de votre ar­ron­dis­se­ment, il se­rait as­sez fré­quent que de la neige soit pous­sée ou en­tas­sée sur cette bande, lors du pas­sage des char­rues ou lorsque les pro­prié­taires net­toient leur en­trée. À moins que ce­la ne pose un pro­blème sé­rieux, tel un pro­blème de sé­cu­ri­té, l’ar­ron­dis­se­ment to­lère cette pra­tique », men­tionne Mme Sa­vard

La pro­tec­trice du ci­toyen rap­pelle que l’en­trée de M. Far­ne­si s’étend sur toute la par­tie avant de son ter­rain et « qu’il ap­pa­raît peu pro­bable que le banc de neige, du cô­té gauche pose un pro­blème de sé­cu­ri­té ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.