Les bri­ga­diers sco­laires, des Prai­ri­vois en­ga­gés, à res­pec­ter!

L'Informateur - - ACTUALITÉS - > Yvan For­tin for­ti­ny@trans­con­ti­nen­tal.ca

Les agents du poste de quar­tier 45 sou­lignent que les éco­liers mont­réa­lais peuvent comp­ter sur la pro­tec­tion de 521 bri­ga­diers qui as­surent leur sé­cu­ri­té aux abords des éta­blis­se­ments sco­laires. « Avec le re­tour en classe des plus jeunes, les conduc­teurs doivent re­prendre l’ha­bi­tude de gar­der l’oeil ou­vert et le pied alerte à la vue de ceux-ci » , ré­itèrent les po­li­ciers prai­ri­vois.

Dans le sec­teur Ri­vière-des-Prai­ries, ce sont 20 hommes et femmes qui as­surent la sé­cu­ri­té des éco­liers à au­tant de pas­sages sco­laires. Par­mi eux, Ni­cole Champagne pos­sède le plus d’an­cien­ne­té. Bri­ga­dière à l’in­ter­sec­tion An­dréAm­père et Clé­ment-Ader, Mme Champagne se rap­pelle en­core très bien du 5 sep­tembre 1978, jour où elle com­men­çait son nou­vel em­ploi au coin acha­lan­dé des bou­le­vards Saint-Mi­chel et Cré­ma­zie.

À l’époque, elle avait réus­si à trou­ver un em­ploi qui s’ac­cor­dait bien avec l’ho­raire de gar­de­rie de son jeune gar­çon. Sa vo­ca­tion l’a en­suite ame­née à tra­vailler dans l’ar­ron­dis­se­ment Mon­tréal-Nord. En­fin, ce­la fait plus d’un quart de siècle qu’elle as­sure la sé­cu­ri­té des éco­liers dans le sec­teur prai­ri­vois.

Mme Champagne s’est ra­pi­de­ment at­ta­chée à ce tra­vail qui lui per­met­tait de pas­ser du temps au grand air et avec des jeunes. Elle nous confie que ce­la lui fait tou­jours chaud au coeur de se faire sa­luer par des an­ciens éco­liers et éco­lières main­te­nant adultes, les­quels ont sou­vent eux­mêmes des en­fants !

Elle s’adresse aux au­to­mo­bi­listes par­fois un peu trop pres­sés en leur rap­pe­lant que ce sont leurs en­fants à eux aus­si qui tra­versent aux in­ter­sec­tions et qu’il vaut mieux par­tir un peu plus tôt de la mai­son que de rou­ler de fa­çon im­pru­dente.

UN STA­TUT PAR­TI­CU­LIER POUR LES BRI­GA­DIERS

Les po­li­ciers rap­pellent aux usa­gers des voies pu­bliques que les bri­ga­diers tra­vaillent pour le Ser­vice de po­lice de la Ville de Mon­tréal (SPVM) sous la res­pon­sa­bi­li­té du com­man­dant du poste de quar­tier.

Au Québec, le Code de la sé­cu­ri­té rou­tière ac­corde un sta­tut par­ti­cu­lier aux bri­ga­diers dans l’ac­com­plis­se­ment de leurs tâches. « Lorsque la cir­cu­la­tion est di­ri­gée par un agent de la paix, un bri­ga­dier sco­laire ou un si­gna­leur char­gé de di­ri­ger la cir­cu­la­tion lors de tra­vaux, toute per­sonne doit, mal­gré une si­gna­li­sa­tion contraire, obéir à leurs ordres et si­gnaux », peut-on lire à l’ar­ticle 311. La fonc­tion du bri­ga­dier sco­laire est: – d’ac­com­pa­gner les en­fants afin de pré­ve­nir

les ac­ci­dents de la cir­cu­la­tion; – d’in­ter­rompre la cir­cu­la­tion des vé­hi­cules au moyen de son en­seigne d’ar­rêt por­ta­tif aux en­droits où il n’y a pas de feu de cir­cu­la­tion, si la si­tua­tion l’exige; – d’in­for­mer les en­fants sur le res­pect des

règles de sé­cu­ri­té; – de por­ter une at­ten­tion par­ti­cu­lière aux flâ­neurs aper­çus aux abords de la cour d’école; – d’avi­ser im­mé­dia­te­ment le 9-1-1, lors­qu’un en­fant se blesse, et de s’oc­cu­per de lui jus­qu’à l’ar­ri­vée des pa­trouilleurs ou de l’am­bu­lance. L’équipe du PDQ 45 rap­pelle aux au­to­mo­bi­listes et aux autres usa­gers de la route que la cour­toi­sie et la pru­dence sont de mise à la vue de nos bri­ga­diers sco­laires.

(Photo: gra­cieu­se­té)

La bri­ga­dière Ni­cole Champagne est fi­dèle au poste sur son coin de rue.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.