Gé­né­ra­tion C, sy­no­nyme de com­mu­ni­ca­tion ins­tan­ta­née

TWIT­TER ET FA­CE­BOOK, DES OU­TILS À PRI­VI­LÉ­GIER

L'Informateur - - GRANDE LIQUIDATION - > Yvan For­tin

Se­lon le Centre fran­co­phone d’in­for­ma­ti­sa­tion des or­ga­ni­sa­tions, la gé­né­ra­tion C, c’est un mil­lion et de­mi de Qué­bé­cois nés entre 1984 et 1996, des jeunes qui ont gran­di avec un mi­croor­di­na­teur bran­ché à In­ter­net et qui s’en servent pour com­mu­ni­quer, col­la­bo­rer et créer comme ja­mais au­pa­ra­vant. Lens­ky Ge­lin, agent pro­mo­tion­nel au­dio­vi­suel, est re­pré­sen­ta­tif de sa gé­né­ra­tion axée sur la com­mu­ni­ca­tion ins­tan­ta­née.

Âgé de 25 ans, il a gran­di à Mon­tréal-Nord et ses amis ha­bitent dans les di­vers quar­tiers de l’Est mé­tro­po­li­tain. « À la base, j’ai étu­dié en comp­ta­bi­li­té au cé­gep de Mai­son­neuve, pour avoir des bases en mar­ke­ting, donc en pré­sen­ta­tion de pro­duits, en éco­no­mie, tout en ayant une com­pré­hen­sion des états fi­nan­ciers », ex­plique-t-il.

Les amis et proches avaient une va­rié­té de ta­lents ar­tis­tiques : ani­ma­tion mu­si­cale (DJ), chan­son, danse. Lui-même vou­lait oeu­vrer dans le mi­lieu du spec­tacle. Il a alors dé­ci­dé de faire la pro­mo­tion de ceux et celles qui avaient du ta­lent, mais qui n’avaient pas eux la chance de se faire dé­cou­vrir. « L’union fait la force! », af­firme-t-il.

Fa­ce­book, Twit­ter, Mys­pace et les dif­fé­rents mo­teurs de re­cherche fi­gurent au nombre de ses ou­tils pro­mo­tion­nels et de com­mu­ni­ca­tion in­di­vi­duelle et de masse.

CHAQUE OU­TIL À SON PU­BLIC

« Il faut sa­voir quel pu­blic cible on veut re­joindre, trou­ver la pla­te­forme où il y a le plus de rou­le­ment et d’acha­lan­dage et pro­duire le mes­sage à dif­fu­ser en consé­quence des at­tentes du pu­blic », ex­plique Lens­ky Ge­lin.

Twit­ter, Fa­ce­book, Mys­pace sont au­tant d’en­droits vir­tuels qui peuvent ame­ner des consom­ma­teurs cultu­rels vers les sites des ar­tistes connus ou en émer­gence. L’in­te­rac­ti­vi­té et les échanges di­rects avec les ar­tistes sont aus­si au ren­dez-vous.

LE NOU­VEAU RÉ­SEAU­TAGE PER­SON­NEL ET MON­DIAL

Lens­ky sou­tient que la gé­né­ra­tion C a bien des choses à dire et a adop­té les nou­velles tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion pour se faire en­tendre vite et fort.

« Les nou­velles tech­no­lo­gies sont beau­coup plus per­son­nelles que la té­lé­vi­sion, les lettres ou les sites In­ter­net tra­di­tion­nels. Avec les nou­veaux ou­tils de com­mu­ni­ca­tion, les uti­li­sa­teurs ont un feed- back im­mé­diat. Il y a un contact hu­main, une vé­ri­table dis­cus­sion même si cette com­mu­ni­ca­tion passe à tra­vers une ma­chine » , af­firme-t-il. Contrai­re­ment à ce que plu­sieurs ana­lystes et pa­rents avancent, Lens­ky sou­tient que grâce aux nou­velles tech­no­lo­gies les jeunes de la gé­né­ra­tion C en­tre­tiennent une com­mu­ni­ca­tion « sin­cère » entre eux.

Il y a aus­si l’avan­tage de bâ­tir et d’en­tre­te­nir un ré­seau de contacts don­nant ac­cès à di­verses connais­sances et com­pé­tences.

« Avec Twit­ter, nous avons l’im­pres­sion de suivre la per­sonne dans son quo­ti­dien. Chaque per­sonne que l’on suit est en contact avec d’autres per­sonnes des quatre coins du monde et qui ont des choses à lui dire ou à par­ta­ger. Bien sou­vent, c’est comme si ces per­sonnes étaient là phy­si­que­ment. »

Se­lon ce jeune spé­cia­liste, la pro­chaine étape pour­rait être celle de la vi­déo­con­fé­rence et du vi­déo­livre, le tout dis­po­nible en tout temps sur les cel­lu­laires 4G.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.