« Un écran de fu­mée »,af­firme Chantal Rou­leau

L'Informateur - - ACTUALITÉS - > Yvan For­tin for­ti­ny@trans­con­ti­nen­tal.ca

Les élus de Vi­sion Mon­tréal de l’ar­ron­dis­se­ment de RDP-PAT trouvent que le ver­se­ment par la Ville-centre d’une somme de 730 830 dol­lars au bud­get d’opé­ra­tion de l’ar­ron­dis­se­ment ne règle pas la pro­blé­ma­tique de sous-do­ta­tion fi­nan­cière de l’un des sec­teurs de Mon­tréal qui connaît une crois­sance ré­si­den­tielle sou­te­nue et une ex­plo­sion dé­mo­gra­phique.

La mai­resse de l’ar­ron­dis­se­ment Chantal Rou­leau rap­pelle que l’ad­mi­nis­tra­tion du maire Gérald Trem­blay a exi­gé, en juillet 2009, une coupe de 1 % dans tous les bud­gets de RDP-PAT. Ce­la a en­traî­né des com­pres­sions et des re­ports d’in­ves­tis­se­ments pu­blics de l’ordre de 580 000 $. « On donne d’une main, mais on en­lève de l’autre. En réa­li­té, l’an­nonce du 17 sep­tembre ne crée pas de sur­plus pour amé­lio­rer les ser­vices de proxi­mi­té. C’est ri­di­cule! Ça ne ré­sout pas le vrai pro­blème de sous-do­ta­tion de notre ar­ron­dis­se­ment », ajoute Mme Rou­leau.

L’édile sou­ligne qu’avec la mé­thode ac­tuelle de ré­par­ti­tion des taxes fon­cières et de la « taxe de bien­ve­nue » et celle re­te­nue pour la ré­par­ti­tion des 12 M$ ve­nant de la Ville-centre, il est dif­fi­cile pour l’ar­ron­dis­se­ment de sou­te­nir sa crois­sance tout en main­te­nant une qua­li­té de ser­vices avan­ta­geuse pour l’en­semble de ses ci­toyens. « On veut at­ti­rer des non-ré­si­dents à s’éta­blir chez nous et on ne nous donne pas les moyens fi­nan­ciers pour four­nir les ser­vices de proxi­mi­té aux nou­veaux ve­nus. Fi­na­le­ment, on s’en­dette à chaque fois qu’un nou­veau per­mis de construc­tion est ac­cor­dé », a fait re­mar­quer la mai­resse. Elle dé­nonce le fait que l’ar

ron­dis­se­ment de Ville-Marie, avec une po­pu­la- tion moindre et une su­per­fi­cie trois fois plus pe­tite, s’est vu ac­cor­der près de 860 000 $.

« Les sommes qui nous sont al­louées dé­montrent que l’ad­mi­nis­tra­tion Trem­blay, ne com­prend pas la réa­li­té de notre ar­ron­dis­se­ment. Nous avons un énorme ter­ri­toire à dé­ve­lop­per et plus de 10 000 uni­tés do­mi­ci­liaires qui de­vraient être dé­ve­lop­pées. Ce­la si­gni­fie­rait l’ar­ri­vée de plus ou moins 40 000 ré­si­dents », sou­ligne Mme Rou­leau. Celle-ci rap­pelle que la Ville-centre re­çoit 100 % des taxes fon­cières et de bien­ve­nue alors que les sommes re­tour­nées à l’ar­ron­dis­se­ment pour les ser­vices de proxi­mi­té comme l’en­lè­ve­ment des dé­chets, la construc­tion de nou­veaux parcs, l’en­tre­tien et le dé­nei­ge­ment des nou­velles rues ne comblent pas les coûts dé­cou­lant des nou­veaux dé­ve­lop­pe­ments. « Fau­drait-il ces­ser le dé­ve­lop­pe­ment de de­man­der? », la mai­resse de RDP-PAT à M. Trem­blay, en men­tion­nant que le seul ar­gent que l’ar­ron­dis­se­ment re­çoit di­rec­te­ment de l’im­plan­ta­tion de nou­veaux pro­jets est ce­lui pro­ve­nant des per­mis de construc­tion.

(Photo: archives)

La mai­resse Rou­leau croit que la ré­par­ti­tion bud­gé­taire entre la Ville-centre et les ar­ron­dis­se­ments « doit se faire sur des cri­tères ob­jec­tifs, sur une mé­tho­do­lo­gie ri­gou­reuse », te­nant compte de la taille de la po­pu­la­tion, de la su­per­fi­cie du ter­ri­toire et de la crois­sance de ces der­niers.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.