Gare aux cyberprédateurs

L'Informateur - - ACTUALITÉS -

Mal­heu­reu­se­ment, le beau Jim, 15 ans, est sou­vent un adulte aux in­ten­tions sexuelles illi­cites et le gar­çon ou la fille ci­blé peut tom­ber dans un guet-apens.

« Tous les jeunes savent qu’ils ne doivent pas ac­cep­ter des bon­bons d’un mon­sieur ou l’ai­der à cher­cher son chien dis­pa­ru dans le boi­sé. Mais après trois mois de «chat», les jeunes ont le sen­ti­ment de connaître la per­sonne et c’est là que ce­la de­vient dan­ge­reux », fait re­mar­quer M. Séguin.

« Il n’est pas tou­jours fa­cile de re­fu­ser les in­vi­ta­tions de quel­qu’un qui veut être notre ami, même s’il ne par­tage pas les mêmes va­leurs que nous. Sou­vent ces gens sont très in­sis­tants et peuvent vous ame­ner à faire des choses que l’on ne sou­hai­tait vrai­ment pas faire. On risque aus­si de se re­trou­ver avec des per­sonnes plus vieilles et in­con­nues, dans des en­droits où l’on a au­cun contrôle sur ce qu’il va se pas­ser », dé­plore le po­li­cier.

Ce­lui-ci in­cite les jeunes à être pru­dents dans leur cla­var­dage. Il les in­vite à tou­jours pen­ser aux consé­quences fa­mi­liales, psy­cho­lo­giques, phy­siques, ju­di­ciaires des gestes que cer­taines per­sonnes mal­in­ten­tion­nées pour­raient les en­cou­ra­ger à po­ser.

« Vous de­vez choi­sir vos amis avec at­ten­tion et dé­ve­lop­per les cô­tés po­si­tifs de vos ta­lents. Il faut aus­si ap­prendre à dire non et à se so­li­di­fier dans vos choix et vos dé­ci­sions », d’en­cou­ra­ger M. Séguin.

Les vi­sages de l’in­ti­mi­da­tion

Les jeunes ne doivent pas don­ner leur mot de passe à leurs amis, car ceux-ci pour­raient en faire un mau­vais usage. De plus, l’ami d’au­jourd’hui peut être le ri­val ou l’ad­ver­saire de de­main.

Cer­tains jeunes se servent de pro­fil qui ne sont pas les leurs pour faire de l’in­ti­mi­da­tion ou pour ré­pandre des ru­meurs et des mé­chan­ce­tés vi­sant de leurs ca­ma­rades de classe, des pro­fes­seurs, des pa­rents d’autres jeunes ou de par­faits in­con­nus, voire faire cir­cu­ler des pho­tos tra­fi­quées.

Les at­teintes à la ré­pu­ta­tion peuvent en­traî­ner des pour­suites au ci­vil. Quant au li­belle dif­fa­ma­toire, c’est bel et bien une of­fense cri­mi­nelle.

Le po­li­cier in­siste au­près des jeunes sur un point ma­jeur. « Tant les gar­çons que les filles ne doivent ja­mais faire de pho­tos dé­nu­dées. De telles pho­tos res­tent pour tou­jours dans le ré­seau In­ter­net. Celles-ci peuvent être uti­li­sées plus tard contre la per­sonne pour dé­truire sa ré­pu­ta­tion ou faire du chan­tage. »

L’Im­por­tance d’agir

Le po­li­cier si­gnale que de plus en plus de jeunes créent des re­grou­pe­ments contre l’in­ti­mi­da­tion.

Au col­lège Saint-Jean-Vian­ney, l’agent so­cio­com­mu­nau­taire a des dis­cus­sions avec des élèves de se­con­daire II. Une sé­rie de pré­sen­ta­tions sur l’in­ti­mi­da­tion est en pla­ni­fi­ca­tion avec les élèves de l’école se­con­daire JeanG­rou. Les ren­contres au­raient lieu au cours des pro­chaines se­maines.

« Il y a une belle ré­cep­ti­vi­té des élèves, des en­sei­gnants, des di­rec­tions. Les écoles pri­vées et pu­bliques de notre sec­teur ont une at­ti­tude proac­tive, c’est à leur hon­neur. Dans le dos­sier de l’in­ti­mi­da­tion et de la cy­be­rin­ti­mi­da­tion, les écoles ne doivent pas faire l’au­truche et se cacher la tête dans le sable. Si­non, leurs élèves vont souf­frir. Il faut po­ser des ac­tions concrètes contre les agres­seurs et ap­puyer les vic­times. »

Les vio­lences psy­cho­lo­gique et phy­sique laissent des traces et peuvent ame­ner des consé­quences tra­giques comme le sui­cide et la ven­geance. « Au dé­part, cer­tains font de l’in­ti­mi­da­tion pour rire. Le re­jet est aus­si une forme d’in­ti­mi­da­tion. Quand il y a une dé­non­cia­tion, une ac­tion est prise – ren­contre avec les pa­rents, sus­pen­sion, sui­vi psy­cho­so­cial, chan­ge­ment d’école ou plainte au cri­mi­nel – et dans la grande ma­jo­ri­té des cas le jeune agres­seur ne re­com­mence pas », de conclure l’agent de po­lice.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.