Vi­sion Mon­tréal ré­clame un ser­vice ani­ma­lier mu­ni­ci­pal

L'Informateur - - C HA NLEGEMONOSNDE - Steve Ca­ron ca­rons@trans­con­ti­nen­tal.ca

À la suite de la dif­fu­sion du re­por­tage de l’émis­sion En­quête de Ra­dio-Ca­na­da sur le Ber­ger Blanc, les élus de Vi­sion Mon­tréal sou­haitent que la Ville de Mon­tréal se dote d’un ser­vice ani­ma­lier mu­ni­ci­pal.

« J’ai écrit au maire Trem­blay pour l’en­joindre d’étu­dier la fai­sa­bi­li­té d’un tel pro­jet de ser­vice ani­ma­lier mu­ni­ci­pal, de dé­po­ser un rap­port sur cette ques­tion lors du con­seil du 20 juin pro­chain, et de mettre en place une cam­pagne de sen­si­bi­li­sa­tion pour contrer l’aban­don ef­fa­rant d’ani­maux do­mes­tiques », a pré­ci­sé Louise Ha­rel, chef de Vi­sion Mon­tréal.

Les maires d’ar­ron­dis­se­ment Réal Mé­nard, Anie Sam­son, Be­noit Do­rais, Chan­tal Rou­leau et Fran­çois W. Cro­teau ai­me­raient bien pou­voir ré­si­lier leur contrat avec le Ber­ger Blanc, par contre, au­cune en­tre­prise a la ca­pa­ci­té d’of­frir le ser­vice équi­valent.

À la suite des ap­pels d’offres lan­cés par les ar­ron­dis­se­ments, le ser­vice de four­rière Ber­ger Blanc, qui des­ser­vait jus­qu’à cette se­maine 10 des 19 ar­ron­dis­se­ments de la Ville de Mon­tréal, a été le seul four­nis­seur à dé­po­ser une sou­mis­sion.

« Nous nous trou­vons dans un cul-de-sac. Il se­rait ir­res­pon­sable de ré­si­lier nos contrats avec le Ber­ger Blanc si nous n’avons pas, en contre­par­tie, une offre de ser­vice res­pon­sable vers qui nous tour­ner », a in­di­qué M. Mé­nard.

Vi­sion Mon­tréal mi­lite en fa­veur de la créa­tion d’un ser­vice ani­ma­lier mu­ni­ci­pal, qui se­rait te­nu et ad­mi­nis­tré par la Ville de Mon­tréal. Il s’agi­rait d’un ser­vice d’ag­glo­mé­ra­tion re­grou­pant au­tant les ar­ron­dis­se­ments que les villes dé­fu­sion­nées. Tout le monde fi­nan­ce­rait équi­ta­ble­ment la struc­ture.

Le ser­vice ani­ma­lier mu­ni­ci­pal se­rait res­pon­sable de la cap­ture, de la sté­ri­li­sa­tion et de la re­lâche des ani­maux. Il fa­vo­ri­se­rait la mise en adop­tion plu­tôt que l’eu­tha­na­sie.

Pour un seul ar­ron­dis­se­ment à Mon­tréal, ce sont plus de 2000 ani­maux qui ont été eu­tha­na­siés au Ber­ger Blanc, de jan­vier à no­vembre 2010. Mme Ha­rel est d’avis qu’il faut mo­di­fier cette fa­çon de faire.

La Ville de Mon­tréal est une cham­pionne de l’aban­don des ani­maux. La So­cié­té pour la pré­ven­tion de la cruau­té en­vers les ani­maux (SPCA) es­time ce nombre à 50 000 sur l’île de Mon­tréal. Pour­tant, à To­ron­to, où l’on compte trois mil­lions de per­sonnes, on dé­nombre 10 000 cas d’ani­maux aban­don­nés.

« Nous avons d’im­por­tants dé­fis à re­le­ver en ce qui concerne la res­pon­sa­bi­li­sa­tion des pro­prié­taires d’ani­maux de com­pa­gnie, no­tam­ment en ce qui a trait aux achats im­pul­sifs et à la mul­ti­pli­ca­tion des aban­dons.

« Nous croyons qu’il est es­sen­tiel d’édu­quer le pu­blic et d’in­ter­ve­nir en ma­tière de sen­si­bi­li­sa­tion au­près des jeunes d’âge sco­laire pour que les men­ta­li­tés évo­luent. Cette res­pon­sa­bi­li­té pour­rait aus­si faire par­tie de la mis­sion du ser­vice ani­ma­lier mu­ni­ci­pal », es­time Mme Rou­leau, mai­resse de l’ar­ron­dis­se­ment de Ri­vière-des-Prai­ries – Pointe-aux-Trembles.

La pé­riode des dé­mé­na­ge­ments ap­pro­chant à grands pas, les cinq maires sou­haitent que la ville in­ter­vienne ra­pi­de­ment.

« Nous es­pé­rons que les autres ar­ron­dis­se­ments nous sui­vront dans cette dé­marche », conclut M. Do­rais, maire de l’ar­ron­dis­se­ment du Sud-Ouest.

(Pho­to : Pa­trick Des­champs)

Les maires Fran­çois W. Cro­teau, Anie Sam­son, Réal Mé­nard, Chan­tal Rou­leau et Be­noit Do­rais posent en com­pa­gnie de Louise Ha­rel, chef de Vi­sion Mon­tréal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.