L’élé­ment dé­clen­cheur?

La CSPI a de­man­dé à la fondation plus de 40 000 $ pour un pro­jet de construc­tion en Haï­ti

L'Informateur - - DOSSIER – FONDATION DE LA POINTE-DE-L'ÎLE - An­toine Dion-Or­te­ga an­toine.dio­nor­te­ga@trans­con­ti­nen­tal.ca

À l’hi­ver 2010, la CSPI a de­man­dé à la Fondation de la Pointe-de-l’Île de lui cé­der la moi­tié des pro­fits de sa soi­rée-bé­né­fice IMAX, soit plus de 40 000 $, pour un pro­jet de construc­tion en Haï­ti – quitte à dé­ro­ger de sa mis­sion pre­mière. La ré­ponse né­ga­tive des ad­mi­nis­tra­teurs de la fondation se­rait à l’ori­gine des fric­tions qui per­durent entre les deux or­ga­nismes de­puis plu­sieurs mois.

Rap­pe­lons qu’à la suite du séisme dé­vas­ta­teur du 12 jan­vier 2010 en Haï­ti, la CSPI a lan­cé, dans le cadre de son pro­jet « Bâ­tis­sons une école pour Haï­ti – En­semble, on fait la dif­fé­rence », une im­por­tante cam­pagne de fi­nan­ce­ment.

Ap­prou­vée par le con­seil des com­mis­saires le 18 mars 2010, celle-ci a pour ob­jec­tif d’amas­ser 500 000 $ pour fi­nan­cer la construc­tion d’une école pri­maire à Haï­ti. À ce jour, quelque 90 500 $ ont été amas­sés, se­lon la CSPI.

Dans les jours qui ont sui­vi le séisme, la com­mis­sion sco­laire a ma­ni­fes­té le sou­hait de voir la fondation par­ti­ci­per ac­ti­ve­ment à sa cam­pagne.

En tant qu’or­ga­nisme de bien­fai­sance, la fondation a ac­cep­té d’ad­mi­nis­trer les dons recueillis par la CSPI et d’émettre des re­çus de cha­ri­té. Un fonds spé­ci­fi­que­ment dé­dié au pro­jet d’Haï­ti a été ou­vert à cet ef­fet.

C’est d’ailleurs dans ce même fonds dé­dié que les sommes amas­sées lors du tour­noi de golf du pré­sident de la CSPI de l’été 2010 – soit quelque 58 000 $ – ont été ver­sées. Ces pro­fits étaient au­pa­ra­vant ver­sés à la fondation.

Or, il semble que la CSPI au­rait ai­mé que la fondation en fasse da­van­tage pour son pro­jet, quitte à dé­ro­ger à sa propre mis­sion.

Ain­si, à la suite de la soi­rée-bé­né­fice IMAX de fé­vrier 2010 – une ac­ti­vi­té pour­tant dé­diée au seul fi­nan­ce­ment de la fondation –, la CSPI a de­man­dé à l’or­ga­nisme de lui ver­ser la moi­tié des pro­fits amas­sés, soit quelque 42 000 $. Cette somme de­vait ser­vir de « mise de dé­part » pour la cam­pagne d’Haï­ti qui s’amor­çait alors, se­lon nos sources.

La fondation a re­je­té la de­mande de la CSPI, le pro­jet s’écar­tant trop de sa propre mis­sion, d’en­ver­gure plus lo­cale. En ef­fet, la fondation cible des élèves « ins­crits dans les écoles pri­maires, se­con­daires et dans les centres d’édu­ca­tion des adultes et de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle de la Com­mis­sion sco­laire de la Pointe-de-l’Île », est-il pré­ci­sé dans sa mis­sion.

Ce re­fus au­rait pro­vo­qué un cer­tain émoi à la CSPI. On au­rait ai­mé que les membres du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion qui y oeuvrent votent dans le sens de sa de­mande.

Se­lon nos sources, c’est à par­tir de cet épi­sode que les re­la­tions entre les deux or­ga­nismes se sont re­froi­dies, la CSPI mul­ti­pliant les ef­forts pour s’as­su­rer, via ses cadres et ses com­mis­saires, un meilleur contrôle de la fondation.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.