Un en­tre­tien de tous les ins­tants

Le confort au rou­le­ment as­su­ré jus­qu’en 2042

L'Informateur - - LE PONT DE L’AUTOROUTE 25 - Sté­phane St-Amour sta­mours@trans­con­ti­nen­tal.ca

La par­ti­cu­la­ri­té d’un pro­jet réa­li­sé en mode de par­te­na­riat pu­blic-pri­vé (PPP) est que le conces­sion­naire à qui on a confié la concep­tion, le fi­nan­ce­ment et la construc­tion est aus­si res­pon­sable de l’en­tre­tien, l’ex­ploi­ta­tion et la ré­ha­bi­li­ta­tion de la struc­ture pour la du­rée de l’en­tente de par­te­na­riat. Dans le cas du tron­çon au­to­rou­tier de 7,2 ki­lo­mètres re­liant le bou­le­vard Hen­ri-Bou­ras­sa, à Montréal, à l’au­to­route 440, à La­val, l’en­tente si­gnée le 24 sep­tembre 2007 entre le mi­nis­tère des Trans­ports et Conces­sion A25 s’étend sur 35 ans.

Obli­ga­tion

L’En­tente, qui oblige le conces­sion­naire à li­vrer au mi­nis­tère une in­fra­struc­ture en par­fait état en 2042, contraint aus­si le consor­tium à of­frir en tout temps un ser­vice de qua­li­té aux usa­gers, no­tam­ment en termes de dis­po­ni­bi­li­té des voies, de confort de rou­le­ment, de sé­cu­ri­té, d’en­tre­tien et de re­mor­quage, à dé­faut de quoi il se ver­ra im­po­ser des dé­duc­tions de non-per­for­mance. Cette res­pon­sa­bi­li­té in­combe à En­tre­tien Miller Ltée, le par­te­naire du consor­tium af­fec­té à cette tâche, pour la­quelle un im­por­tant fonds dé­dié a été créé.

« Vous al­lez sen­tir la dif­fé­rence » , pro­met Claude Blais, qui pré­side aux des­ti­nées de la di­vi­sion qué­bé­coise du Groupe Miller, Ta­lon Sebq.

En plus de l’en­tre­tien quo­ti­dien du tron­çon au­to­rou­tier, du pont prin­ci­pal, d’une dou­zaine de ponts d’éta­ge­ment et au­tant de bre­telles d’ac­cès et de sor­tie, son équipe main­tien­dra le confort au rou­le­ment, en pro­cé­dant no­tam­ment au re­sur­fa­çage de la chaus­sée aux huit ans. Un sys­tème de ges­tion des ac­tifs en­cadre et pla­ni­fie an­nuel­le­ment les in­ter­ven­tions d’en­tre­tien et de ré­ha­bi­li­ta­tion de l’en­semble des struc­tures dans l’em­prise du cor­ri­dor.

Sur­veillance

À l’ins­pec­tion du ré­seau s’ajoutent la sur­veillance et la pa­trouille de ce lien au­to­rou­tier à péage, men­tionne Claude Blais. «C’est la pre­mière fois que de telles res­pon­sa­bi­li­tés [qui re­lèvent de Trans­ports Qué­bec] sont trans­fé­rées à l’en­tre­prise pri­vée à l’in­té­rieur d’un PPP au Qué­bec», pour­suit-il, tout en fai­sant va­loir l’ex­per­tise riche d’une quin­zaine d’an­nées du Groupe Miller dans ce type de par­te­na­riat pu­blic-pri­vé im­pli­quant des in­fra­struc­tures au­to­rou­tières en On­ta­rio, au Nou­veauB­runs­wick et en Co­lom­bie-Bri­tan­nique.

Ali­men­té par les images re­trans­mises par les 19 ca­mé­ras dis­sé­mi­nées le long du tron­çon de l’au­to­route 25, un centre de mo­ni­to­rage as­sure un temps de ré­ponse très ra­pide en cas de pro­blème ou d’ac­ci­dent. «Notre pa­trouille de pre­miers ré­pon­dants peut ain­si in­ter­ve­nir ra­pi­de­ment pour sé­cu­ri­ser les lieux en at­ten­dant les se­cours», in­dique M. Blais.

La dou­zaine d’em­ployés af­fec­tés à l’en­tre­tien et la sur­veillance du ré­seau en été pas­se­ra à une ving­taine d’ef­fec­tifs en hi­ver, consi­dé­rant les be­soins que re­quièrent les opé­ra­tions de dé­nei­ge­ment du tron­çon et du pont prin­ci­pal, des ponts d’éta­ge­ment et de ses bre­telles d’ac­cès et de sor­tie. Quel bud­get pré­voit-on pour cou­vrir ces frais d’en­tre­tien, d’ex­ploi­ta­tion et de ré­ha­bi­li­ta­tion du ré­seau sur une pé­riode de 31 ans ? «C’est as­sez se­cret», ré­pond le pré­si­dent­di­rec­teur gé­né­ral du consor­tium Conces­sion A25, Da­niel Tou­tant, avant d’évo­quer un mon­tant de « quelques cen­taines de mil­lions de dol­lars».

(Pho­to : Ala­rie Pho­tos)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.