Sur­po­pu­la­tion de cerfs au parc-na­ture

L'Informateur - - ACTUALITÉS -

Suite de la Une

En com­pa­rai­son, dans les mi­lieux sau­vages de l’Es­trie, la den­si­té est d’en­vi­ron six bêtes par km2. Le Qué­bec comp­te­rait un chep­tel de 400 000 cerfs de Virginie sur son ter­ri­toire.

« On a dé­jà vu des coyotes dans le parc, mais la pré­da­tion des bé­bés et des bêtes ma­lades n’est pas as­sez grande pour as­su­rer le contrôle de la population. Un pe­tit nombre de cerfs perdent la vie lors de col­li­sions avec les trains. De trois à six bêtes sont heur­tées par des ca­mions et des au­to­mo­biles sur les rues Sher­brooke et Notre-Dame. À notre connais­sance, au­cun cerf n’a été tué sur la 40. »

Clô­tures pro­tec­trices

Il y a quelques se­maines, le con­seil de ville de Montréal au­to­ri­sait le lan­ce­ment d’ap­pel d’offres pour l’amé­na­ge­ment et la ré­fec­tion des ha­bi­tats des cer­vi­dés.

Les clô­tures pro­té­ge­ront les sec­teurs les plus tou­chés par le brou­tage, en em­pê­chant aux cerfs d’al­ler dans ces zones de re­na­tu­ra­li­sa­tion. « Ces clô­tures d’ex­clu­sion pro­té­ge­ront des zones de 300 à 400 mètres car­rés. Cette me­sure a été ten­tée, avec un cer­tain suc­cès, sur l’île d’An­ti­cos­ti. »

On dres­se­ra des clô­tures en broche de 2,4 mètres de hau­teur. Le contrat se­ra ac­cor­dé à la fin du pré­sent mois de mai. Les tra­vaux dé­bu­te­ront à la mi-juillet et se ter­mi­ne­ront au dé­but sep­tembre.

Contrô­ler la dé­mo­gra­phie

« Nous ne vou­lons pas éli­mi­ner le cerf de Virginie du parc, mais il faut ré­ta­blir l’équi­libre », fait re­mar­quer M. Four­nier. Ce der­nier rap­pelle aux vi­si­teurs et voi­sins du parc-na­ture de ne pas nour­rir les cerfs, car ce­la fa­vo­rise leur re­pro­duc­tion.

La sté­ri­li­sa­tion par in­jec­tion d’une par­tie des cerfs est consi­dé­rée, bien que ce type d’in­ter­ven­tion n’ait ja­mais été es­sayé au Qué­bec.

Une chasse contrô­lée est aus­si en­vi­sa­geable, une me­sure dé­li­cate dans un mi­lieu où il y a des ré­si­dences et des ins­ti­tu­tions à proxi­mi­té. « Du­rant une courte pé­riode de temps et dans un sec­teur pré­cis, des chas­seurs pro­fes­sion­nels abat­traient à l’arc un cer­tain nombre de bêtes », ex­plique le tech­ni­cien en amé­na­ge­ment de la faune.

Pour ce qui est de cap­tu­rer et de re­lo­ca­li­ser des ani­maux dans une autre ré­gion du Qué­bec, ce­la re­vien­drait à dé­pla­cer le pro­blème, car d’autres ré­gions des en­vi­rons sont aux prises avec un boom dé­mo­gra­phique des cer­vi­dés. De plus, les cerfs sont des ani­maux dé­li­cats qui, sou­vent, ré­agissent mal à une anes­thé­sie.

Dans un autre ordre d’idées, sou­li­gnons que, lors de la séance du con­seil d’ar­ron­dis­se­ment du dé­but mai, So­lange Fil­lion, s’est plainte de ce que les cerfs du parc ve­naient man­ger ses plantes dé­co­ra­tives. Elle a de­man­dé si les en­clos au­raient pour but de main­te­nir les ani­maux à l’in­té­rieur du parc. Se­lon M. Four­nier, une telle me­sure se­rait ir­réa­liste et très coû­teuse, car dans le scé­na­rio pro­po­sé par la ci­toyenne, il fau­drait cein­tu­rer l’en­semble

du parc-na­ture d’une haute clô­ture.

(Pho­to : Pa­trick Des­champs) (Pho­to : Pa­trick Des­champs)

À force de voir leurs branches brou­tées cer­taines va­rié­tés d’ar­bustes, comme le cor­nouiller, sont me­na­cées de dis­pa­raître de cer­tains sec­teurs du parc. La faim pousse aus­si les cerfs à gru­ger l’écorce des vi­nai­griers. De­nis Four­nier, agent tech­nique amé­na­ge­ment de la faune à la Di­rec­tion des grands parcs et du ver­dis­se­ment de la Ville de Montréal, in­dique que di­verses me­sures de contrôle de la population de cerfs sont en­vi­sa­gées.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.