SER­VIR LES CI­TOYENS ET CI­TOYENNES

L'Informateur - - VIE DE QUARTIER -

Non. De­nis Co­derre n’au­rait pas pu exer­cer une autre pro­fes­sion. Le po­li­ti­cien est né pour faire ce qu’il fait. Un point c’est tout. Et il veut le faire pour tout le reste de sa vie. À l’âge de cinq ans, il a pro­non­cé un pe­tit dis­cours et il a su que c’est ce qu’il vou­lait faire plus tard. Pour De­nis Co­derre ce n’est pas que de la po­li­tique, c’est tout sim­ple­ment un état d’être.

ÊTRE DÉ­PU­TÉ

Tou­jours très oc­cu­pé, en cam­pagne élec­to­rale ou non, il donne des en­tre­vues à gauche et à droite, il se rend aux quatre coins du Qué­bec pour lan­cer les cam­pagnes élec­to­rales d’autres dé­pu­tés et, bien sûr, il est tou­jours très ac­tif sur les ré­seaux sociaux. De­nis Co­derre se re­trouve au mi­ni­mum trois jours par se­maine à son bu­reau de cir­cons­crip­tion. « Être dé­pu­té, c’est être un trait d’union ain­si que le porte-éten­dard des sans voix » , lance De­nis Co­derre. Il af­firme aus­si qu’un dé­pu­té c’est en quelque sorte le « so­lage » de la po­li­tique fé­dé­rale. Il a tou­jours été fier de ses fonc­tions de dé­pu­té et lors­qu’il est en voyage po­li­tique il se pré­sente tou­jours d’abord comme dé­pu­té de Bou­ras­sa. Ce­lui qui avait rem­por­té la der­nière élec­tion par près de 20 000 voix s’ef­force de faire de la po­li­tique comme au mu­ni­ci­pal, de la po­li­tique de proxi­mi­té, « ce qui fait que je suis ca­pable d’avoir une chi­mie in­croyable avec la population », s’en­thou­siasme le dé­pu­té. Pour De­nis Co­derre il n’y a rien de plus noble que d’avoir la confiance des gens. Le plus beau com­pli­ment que les gens peuvent lui faire ; « vous mon­sieur Co­derre, vous êtes comme nous autres » . Le test pour sa­voir ce que les pensent de lui? « Lorsque je vais faire l’épi­ce­rie, les gens me sou­rient ou viennent me par­ler, lors­qu’ils chan­ge­ront d’al­lée en me voyant je sau­rai qu’il y a un pro­blème » , dit-il en riant. Ce n’est pas en­core ar­ri­vé. Il avoue du même souffle que lors­qu’il a le mo­ral un peu à plat, son plus grand bon­heur est de prendre une marche pour ren­con­trer les ci­toyens, ser­rer des mains et dis­cu­ter. « Les ci­toyens te passent la ron­delle pour que tu ailles mar­quer pour eux, c’est pré­cieux, c’est un pou­voir d’usu­fruit et il faut que tu y fasses at­ten­tion » , af­firme-t-il. Pas­sion­né vous dites?

MONTRÉAL-NORD

On le sent, De­nis Co­derre pour­rait par­ler de son com­té et de Montréal-Nord pen­dant des heures et réus­si­rait pro­ba­ble­ment à convaincre beau­coup de gens de dé­mé­na­ger dans le quar­tier; il y vit de­puis main­te­nant 37 ans et est très fier de l’en­traide ex­cep­tion­nelle qui existe dans l’ar­ron­dis­se­ment. « Ici, il n’y pas des com­mu­nau­tés, il y a une com­mu­nau­té, Montréal-Nord c’est vé­ri­ta­ble­ment un mo­dèle d’in­té­gra­tion », af­firme le dé­pu­té. « Montréal-Nord vibre par ses gens, par la très grande so­li­da­ri­té et par un sens de la fa­mille in­croya­ble­ment pré­sent ici », lance le dé­pu­té. Dans l’ar­ron­dis­se­ment, les dif­fé­rents or­ga­nismes, ins­ti­tu­tions ou élus se parlent et tra­vaillent en­semble. « Si un ci­toyen vient me voir et que ce n’est pas dans ma ju­ri­dic­tion, je le ré­fère ou j’entre en con­tact avec le bon in­ter­ve­nant et vi­ce­ver­sa », as­sure-t-il fiè­re­ment.

Au cours des pro­chains mois, s’il est ré­élu le 2 mai pro­chain, mon­sieur Co­derre dé­sire conti­nuer son tra­vail de ter­rain au­près des ré­si­dants de Bou­ras­sa afin de por­ter leur voix à la Chambre des Com­munes. Il conti­nue­ra aus­si de s’im­pli­quer au­près de pro­jets des­ti­nés aux aî­nés, qui sont de plus de 26 000 soit plus d’une per­sonne sur qua- tre. Il veut aus­si conti­nuer d’in­ves­tir des sommes im­por­tantes dans les or­ga­nismes com­mu­nau­taires de son com­té parce qu’ils sont très nom­breux et qu’ils ef­fec­tuent un tra­vail for­mi­dable et aus­si, « parce chaque dol­lar in­ves­ti dans le com­mu­nau­taire en rap­porte 100 », lance-t-il. L’homme po­li­tique sou­haite aus­si sou­te­nir les jeunes pour les ai­der à al­ler au cé­gep et à l’uni­ver­si­té et ain­si abais­ser le

taux de

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.