Dame Na­ture bap­tise le pont dans l’est

L'Informateur - - ACTUALITÉS -

Suite de la Une

Bri­sant la glace, Da­niel Tou­tant, pré­si­dent­di­rec­teur gé­né­ral de Conces­sion A25, le consor­tium res­pon­sable de la concep­tion, la construc­tion, le fi­nan­ce­ment, l’ex­ploi­ta­tion et l’en­tre­tien de la nou­velle struc­ture, a sou­li­gné que le bud­get, l’en­vi­ron­ne­ment et l’échéan­cier avaient tous été res­pec­tés.

Même qu’à sa si­gna­ture en sep­tembre 2007, l’En­tente de par­te­na­riat pu­blic pri­vé (PPP) avec le gou­ver­ne­ment pré­voyait l’ou­ver­ture de ce lien rou­tier pour le 13 sep­tembre 2011, a-t-il men­tion­né.

Construit au coût de 500 M$, ce tron­çon de 7,2 ki­lo­mètres, bou­clant l’au­to­route 25, com­prend une di­zaine de ponts d’éta­ge­ment en mi­lieu ter­restre en plus du «plus long pont hau­ba­né au Qué­bec». Sa réa­li­sa­tion au­ra né­ces­si­té 1,8 mil­lion d’heures tra­vaillées au cours des trois der­nières an­nées et de­mie.

Po­li­tique

«Il se passe beau­coup de choses à La­val et, pour une fois, ça se passe dans l’Est».

Ce cri du coeur est ve­nu de la dé­pu­tée des Mille- Îles, Fran­cine Char­bon­neau, seule re­pré­sen­tante du gou­ver­ne­ment Cha­rest à la tri­bune d’hon­neur.

La mai­resse de l’ar­ron­dis­se­ment de Ri­vière des Prai­ries – Pointe-aux-Trembles, Chan­tal Rou­leau, a pour sa part par­lé d’un “mo­ment réel­le­ment his­to­rique”, rap­pe­lant les 40 ans d’at­tente et les nom­breux dé­bats qu’a sus­ci­tés ce pont dont Mont­réal ne vou­lait pas.

Quant au maire de La­val, Gilles Vaillan­court, qui ré­cla­mait ce pont de­puis qu’il est en po­li­tique, il a sou­hai­té la bien­ve­nue aux Mon­tréa­lais, qui se trou­vaient sur le pont.

«Ça fait 30 ans qu’on vou­lait vous y in­vi­ter», a-t-il lan­cé d’en­trée de jeu, avant de pour­suivre en di­sant que «des ponts, ça unit des rives bien sûr, mais ça unit aus­si des po­pu­la­tions».

M. Vaillan­court a aus­si évo­qué 1984, an­née où la ville et la Chambre de com­merce de La­val avait dé­po­sé à l’As­sem­blée na­tio­nale une pé­ti­tion de 204 000 si­gna­tures.

«Nous ré­cla­mions deux choses : un mé­tro et un pont dans l’est», a-t-il fait va­loir.

À l’ins­tar du mé­tro, il est convain­cu que le suc­cès qu’est ap­pe­lé à connaître le par­achè­ve­ment de l’au­to­route 25 sau­ra ra­pi­de­ment confondre les plus scep­tiques.

Un spec­tacle met­tant en ve­dette Ma­rie-Ève Jan­vier et Jean-Fran­çois Breau a sui­vi les dis­cours of­fi­ciels.

Rap­pe­lons que c’est le sa­me­di 21 mai sur le coup de 12 h 30, que le pont dans l’est ou­vri­ra à la circulation. Le ta­rif ap­pli­cable pour un vé­hi­cule de pro­me­nade se­ra de 2,40 $ du pas­sage en pé­riode de pointe (6 h à 9 h et 15 h 30 à 18 h 30) et de 1,80 $ en d’autres temps.

Veuillez tou­te­fois prendre note qu’un usa­ger qui au­rait né­gli­gé d’équi­per son vé­hi­cule d’un trans­pon­deur (vi­gnette élec­tro­nique) se ver­ra fac­tu­rer des frais ad­di­tion­nels de 3 $ à 5 $ à chaque pas­sage, se­lon qu’il ait ou non en­re­gis­tré au préa­lable son vé­hi­cule au­près de Conces­sion A25.

(Pho­to: Ala­rie Pho­tos)

C’est sous la pluie que quelques mil­liers de vi­si­teurs ont fou­lé le ta­blier du pont de l’au­to­route 25. Cette jour­née inau­gu­rale de­van­çait de six jours l’ou­ver­ture à la circulation, qui a eu lieu le sa­me­di 21 mai.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.