Main-d’oeuvre re­cher­chée !

L'Informateur - - DOSSIER ÉCONOMIQUE - Phi­lippe Bois­vert phi­lippe.bois­vert@trans­con­ti­nen­tal.ca

Pour la plu­part des gens, l’est de Montréal est un sec­teur éloi­gné de la ville centre et mal des­ser­vi en termes de trans­port en com­mun.

Ain­si, maintes en­tre­prises de la ré­gion éprouvent des dif­fi­cul­tés lors­qu’ar­rive le temps de trou­ver la main d’oeuvre né­ces­saire pour ses opé­ra­tions de tous les jours ou pour prendre de l’ex­pan­sion.

Di­rec­trice gé­né­rale de la So­cié­té de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique (SODEC) de Ri­viè­redes-Prai­ries, Pointe-aux-Trembles et Mon­tréalEst, An­nie Bour­goin doit tra­vailler quo­ti­dien­ne­ment avec cette pro­blé­ma­tique.

« Les en­tre­prises de notre ter­ri­toire ont en ef­fet des dif­fi­cul­tés à com­bler tous leurs postes. On a consta­té que la ma­jo­ri­té de leurs em­ployés sont des per­sonnes qui ha­bitent soit la Ri­venord, soit la Rive-sud, et qui se dé­placent en au­to­mo­bile », ex­plique-t-elle.

Si les en­tre­prises de l’est de Montréal sont en me­sure d’at­ti­rer les gens de la ban­lieue, elles ont dif­fi­ci­le­ment la cote chez les ha­bi­tants de l’île.

En­tre­prises et cher­cheurs d’em­plois es­pèrent trou­ver le « match » par­fait. Cette quête s’avère par­fois bien pé­nible. Les per­sonnes ha­bi­tant la ré­gion plus cen­trale de Montréal ne veulent pas al­ler tra­vailler du cô­té est de l’île.

Sur l’en­semble du ter­ri­toire de la Ville de Montréal, 53,2 % des gens se rendent au bou­lot en au­to, tan­dis que 34,8 % prennent les trans­ports en com­mun. À Ri­vière-des-Prai­ries– Pointe-aux-Trembles, 72,2 % des ré­si­dents se ra­battent sur leur vé­hi­cule pour al­ler tra­vailler, alors que seule­ment 23,1 % d’entre eux font ap­pel aux ser­vices de la STM.

« La dif­fé­rence n’est pas si énorme. Même chez les gens qui ha­bitent plus au centre, il y a quand même 53 % d’entre eux qui uti­lisent leur voi­ture. Le pro­blème, c’est que les gens ne veulent pas al­ler tra­vailler "aus­si loin". Neuf per­sonnes sur dix qui viennent de l’ex­té­rieur du sec­teur nous disent qu’elles ne sont pas in­té­res­sées à faire ce "tra­jet in­fer­nal" », re­grette An­nie Bour­goin.

L’offre dé­fi­ciente en trans­port col­lec­tif fait en sorte que cer­taines en­tre­prises ne peuvent prendre de l’ex­pan­sion. Plu­sieurs em­ployeurs doivent re­non­cer à des quarts de soir, de nuit et de fin de se­maine, car les em­ployés ne se­raient tout sim­ple­ment pas au ren­dez-vous.

An­nie Bour­goin croit tout de même qu’il est pos­sible de re­mé­dier à cette si­tua­tion. « Les agences de trans­port de­vront être proac­tives afin d’aug­men­ter leur offre de trans­port sur notre ter­ri­toire. De notre cô­té, nous tra­vaillons à vendre le sec­teur. Sou­vent, les gens qui ont des per­cep­tions né­ga­tives sont ceux qui n’y ont ja­mais mis les pieds. On veut mon­trer aux gens que l’est de Montréal est non seule­ment un en­droit où on peut fa­ci­le­ment tra­vailler, mais aus­si y vivre agréa­ble­ment. »

Une cen­taine d’em­plois dis­po­nibles à RDP-PAT-ME

Se­lon la di­rec­trice gé­né­ral de la SODEC, quelque 100 em­plois se­raient ac­tuel­le­ment dis­po­nibles à RDP-PAT-ME.

Cette cen­taine de postes de­meurent va­cants non seule­ment en rai­son de l’ac­ces­si­bi­li­té du ter­ri­toire, mais éga­le­ment parce qu’il s’agit d’em­plois spé­cia­li­sés, où la main-d’oeuvre se fait tout sauf abon­dante.

Un des sec­teurs en de­mande est ce­lui de l’in­for­ma­tique. Le pré­sident de Com­plys (ser­vices in­for­ma­tiques aux en­tre­prises), Serge Mi­che­lin, avait sou­le­vé le pro­blème, le 18 mai, à l’oc­ca­sion du Sa­lon de l’em­ploi et de l’achat lo­cal de PAT-ME.

« On cherche des ad­mi­nis­tra­teurs ré­seau et des tech­ni­ciens en sup­port in­for­ma­tique, mais on ne trouve pas. En in­for­ma­tique, les jeunes vont de plus en plus vers les Tech­niques d’in­té­gra­tion mul­ti­mé­dia, pour tra­vailler à des en­droits comme Ubi­soft. Ils sont moins nom­breux à se di­ri­ger en Tech­niques de l’in­for­ma­tique, ce qui fait qu’il y a un manque de maind’oeuvre », avait-il dé­plo­ré.

(Pho­to : Think­stock)

L’un des sec­teurs en de­mande de main d’oeuvre se­rait ce­lui des ser­vices in­for­ma­tiques aux en­tre­prises.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.