À ce pa­pa que je n’ou­blie pas

L'Informateur - - CHANGEONS LE MONDE ! -

Ça y est, nous y sommes à nou­veau. La fête des Pères ap­proche à grands pas. Mal­heu­reu­se­ment, cette fête an­nuelle s’ac­com­pagne pour cer­tains d’un grand sen­ti­ment de vide. En ef­fet, pour bien des gens, la fête des Pères re­pré­sente l’oc­ca­sion de fes­toyer et de cé­lé­brer avec son père, en fa­mille. Pour d’autres ce­pen­dant, c’est le rap­pel sou­vent dif­fi­cile que pa­pa n’est plus par­mi eux et qu’il leur manque énor­mé­ment. Si la tris­tesse semble vou­loir prendre toute la place au mo­ment de cette fête qui ja­dis se dé­rou­lait dans la bonne hu­meur, pre­nez­la de front. Uti­li­sez vos plus beaux sou­ve­nirs avec votre père pour contrer cette tris­tesse. Qu’il s’agisse de la su­perbe bi­cy­clette qu’il vous a of­ferte, des nom­breuses bai­gnades à la plage, de cette fois où il vous a prê­té les clés de sa voi­ture neuve ou de votre pre­mière bière avec lui sur le bal­con de la mai­son, ces mo­ments sont à vous et à vous seuls. Il n’y a donc au­cune rai­son de pas­ser sous si­lence la fête des Pères parce que votre pa­pa est dé­cé­dé. C’est même une rai­son de plus pour lui rendre hom­mage. Sor­tez de vos boîtes à sou­liers pous­sié­reuses ces vieilles pho­tos de lui. Pro­fi­tez-en, avec les autres membres de la fa­mille, pour vous re­mé­mo­rer les his­toires dont il fai­sait par­tie ain­si que celles qu’il se plai­sait à ra­con­ter. Faites en sorte qu’il prenne toute la place. De cette fa­çon, il se fe­ra à nou­veau pré­sent par­mi vous et vous pour­rez lui dire : «Cher pa­pa, je ne t’ou­blie pas». Si la tris­tesse prend toute la place lors de cette fête, uti­li­sez vos sou­ve­nirs pour la contrer.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.