Show de­vant !

L'Informateur - - LA UNE - Sa­muel Le­duc-Fre­nette sa­muel.le­duc-fre­nette@trans­con­ti­nen­tal.ca

Sept jeunes de Ri­vière-des-Prai­ries tra­vaillent d’ar­rache-pied de­puis plu­sieurs mois pour or­ga­ni­ser un spec­tacle qui au­ra lieu le 10 août au parc Ar­mand-Bom­bar­dier. Leur but est de faire dé­cou­vrir au pu­blic prai­ri­vois de jeunes ta­lents en de­ve­nir.

Le spec­tacle, re­bap­ti­sé cette an­née « Alors on bouge! »—lui qui était jus­qu’alors connu sous le nom de « Show Bé­lu­ga »—fait par­tie de la pro­gram­ma­tion de l’Été show. Les sept membres du co­mi­té évé­ne­ments de Bos­co­ville 2000, âgés entre 15 et 25 ans, ont cha­peau­té l’or­ga­ni­sa­tion du spec­tacle, du dé­but à la fin.

« Le dé­fi, c’est qu’ils aient le plus de dé­fis pos­sibles, qu’ils dé­cident le plus pos­sible, dit Ch­ris­tine Ber­nier, l’agente de dé­ve­lop­pe­ment char­gée de leur su­per­vi­sion. J’ai sou­vent mon­té des spec­tacles, et c’est main­te­nant à eux de le faire. »

Mais le but ul­time du pro­jet est de faire dé­cou­vrir de jeunes ta­lents du quar­tier à ses ré­si­dents. Les membres du co­mi­té le disent eux-mêmes : ceux-ci manquent cruel­le­ment de pla­te­formes pour s’épa­nouir. « Sou­vent, quand on en­tend par­ler d’un spec­tacle, on s’at­tend à voir des plus vieux dan­ser et chan­ter, et les jeunes sont sou­vent ou­bliés », dit Wy­lène Paul, 15 ans, sou­li­gnant l’ab­sence des plus jeunes dans les spec­tacles et les évé­ne­ments d’en­ver­gure.

C’est pour cette rai­son que « le chant, le danse, l’hu­mour » sont mis de l’avant dans la pro­gram­ma­tion d’« Alors on bouge! ». « C’est vrai­ment tout ce qui est re­lié aux arts », as­sure Lens­ky Ge­lin, 25 ans, l’aî­né du groupe.

« C’est de pré­fé­rence des jeunes du quar­tier, de l’ar­ron­dis­se­ment, dit-il. Mais on est

aus­si al­lés faire des re­cherches de jeunes à tra­vers la ville. » Le but étant d’of­frir une place « au plus de jeunes pos­sibles », peu im­porte le mi­lieu du­quel ils pro­viennent.

Le pro­ces­sus est presque ar­ri­vé à son terme. « Ils viennent pas­ser l’au­di­tion, dit Ma­rie­flo­rante d’Haï­ti, 18 ans, et après on dé­cide c’est qui les groupes qu’on va prendre. »

En tout, ce sont sept groupes d’ar­tistes qui vien­dront ri­va­li­ser de ta­lent en dan­sant ou en chan­tant.

Loin d’être une si­né­cure, le spec­tacle exige des par­ti­ci­pants une pré­sen­ta­tion de très grande qua­li­té. Les cri­tères de sé­lec­tions sont de fait très stricts. « D’abord, comme texte ou pro­pos, il y avait la qua­li­té de l’en­semble des termes, donc dans l’en­semble, on ne peut pas dire n’im­porte quoi, dit Ma­rie­flo­rante d’Haï­ti, la plus lo­quace du groupe. C’est sûr qu’il y a la po­lice qui va être là, donc on ne va pas prendre des textes qui ont des mots vul­gaires. C’est un spec­tacle fa­mi­lial, les en­fants vont être là. »

« Pour l’in­ter­pré­ta­tion, ajoute-t-elle, on a re­gar­dé aus­si la ma­nière de se pré­sen­ter. C’est vrai que tu peux avoir du ta­lent, mais il y a des gens qui ne savent pas com­ment le mon­trer sur scène. » La pré­sence sur scène, la mu­sique, l’ori­gi­na­li­té du texte ou l’adap­ta­tion de l’oeuvre sont aus­si pris en consi­dé­ra­tion.

Pour les jeunes, par les jeunes

En plus d’être d’of­frir la chance aux jeunes ta­lents de se faire connaître, le co­mi­té évé­ne­ment « Alors on bouge! » met à leur dis­po­si­tion des en­traî­neurs en chant et en danse. Ils au­ront aus­si l’oc­ca­sion d’ac­com­plir leur per­for­mance en pré­sence de Young Krow et de DJ Moh­to­rious, les deux ar­tistes in­vi­tés.

« C’est pas seule­ment un show, c’est aus­si un concours, dit Lens­ky Ge­lin. Ils vont ga­gner un prix vrai­ment as­sez in­té­res­sant de la part de la mai­son de la culture. » Ce prix, at­tri­bué par un ju­ry de cinq per­sonnes, consiste à pré­sen­ter la pre­mière par­tie d’un spec­tacle pré­vu l’an pro­chain.

Au dire des membres du co­mi­té événe- ment, le but du spec­tacle n’est pas seule­ment de faire va­loir cer­tains ta­lents cachés. Il s’agit aus­si de dé­mon­ter cer­tains pré­ju­gés âgistes. « On veut mon­trer que ce ne sont pas juste des traî­neux de rue. On veut mon­trer qu’ils ont du ta­lent, qu’ils sont ca­pables de nous en mon­trer, af­firme Mish Cu­pi­don, âgée de 19 ans. Parce que les jeunes du quar­tier Ri­vière-des-Prai­ries sont sou­vent vus comme des va­ga­bonds ou des gens sans im­por­tance. »

Mais au-de­là des ta­lents, il y aus­si le grand dé­voue­ment des or­ga­ni­sa­teurs, qui planchent sur ce pro­jet de­puis le dé­but du mois de juin. Et ceux-ci s’en­or­gueillissent au­jourd’hui d’en avoir ac­com­pli au­tant à un si jeune âge. « Quand on pense aux jeunes, on pense tou­jours qu’ils sont mal or­ga­ni­sés, qu’ils sont im­ma­tures, qu’ils ne sont pas au­to­nomes, lance Wool­dy Faus­tin, 18 ans. [Alors que] nous, on fait des évé­ne­ments, on fait des spec­tacles, on fait des concours, on fait plu­sieurs af­faires. Quand on en­tend qu’il y a un concert, on ne va ja­mais pen­ser que c’est les jeunes qui vont faire ça. C’est tou­jours les adultes. Pour moi, c’est un moyen de mon­trer que non… et j’ai seule­ment 18 ans. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.