TOUS POUR UN

L'Informateur - - ACTUALITÉS -

Il y a des gens qui, à leur fa­çon, changent le monde. Chaque pe­tit geste fait la dif­fé­rence. Ces hé­ros lo­caux tra­vaillent sou­vent dans l’ombre et nous avons dé­ci­dé de

leur rendre hom­mage. Dé­cou­vrez-les dans nos pages tout

au long de l’an­née. C’est un ren­dez-vous chaque se­maine ! La Ligue des Bons Amis re­groupe une qua­ran­taine de joueurs qui s’adonnent à leur pas­sion tous les di­manches : le hockey. Le 27 mars der­nier, on est en sé­rie. C’est le match de de­mi­fi­nale. Mi­chel Cam­peau, 47 ans, s’échappe avec la ron­delle. L’as mar­queur file à toute va­peur vers le fi­let quand tout à coup, il pose le pa­tin sur le bâ­ton d’un joueur qui tente de l’in­ter­cep­ter. C’est la perte d’équi­libre. L’at­ta­quant chute et s’écrase vio­lem­ment contre la bande. « Il est res­té al­lon­gé », se sou­vient Yves Ju­bin­ville, un co­équi­pier. C’est le trans­port en am­bu­lance, l’opé­ra­tion de toute ur­gence puis le ter­rible ver­dict qui tombe: moelle épi­nière sec­tion­née. Mi­chel Cam­peau ne mar­che­ra plus. « Ça a fait l’ef­fet d’une bombe dans l’équipe. On ne dor­mait plus, re­late Yves Ju­bin­ville. On ne fai­sait que pleu­rer en pen­sant à notre chum Mi­chel. » Se­coués, les joueurs se réunissent quelques jours plus tard dans un res­tau­rant pour ven­ti­ler leurs émo­tions. Pour par­ler de leur chum. « Pour prendre la pa­role, nous de­vions te­nir un bâ­ton. C’était le bâ­ton de hockey de Mi­chel », confie M. Ju­bin­ville. « C’est ce jour-là que les gars ont lan­cé le pro­jet de mai­son adap­tée. » Mi­chel Cam­peau et sa conjointe, Ma­ga­li Pi­card, doivent en ef­fet vendre ra­pi­de­ment leur mai­son de Saint-Constant qui, avec ses trois étages, ne peut ré­pondre aux be­soins de ce­lui qui de­vra dé­sor­mais se dé­pla­cer en fau­teuil rou­lant. Alors que Mi­chel est hos­pi­ta­li­sé, Ma­ga­li dé­niche une mai­son qui né­ces­site d’im­por­tantes trans­for­ma­tions. Or, l’af­freux coup du des­tin qui a frap­pé le couple n’est pas sans avoir un im­pact sur sa si­tua­tion fi­nan­cière. C’est là que les «Bon Amis» dé­cident d’y al­ler d’un for­mi­dable geste de so­li­da­ri­té. Plom­be­rie, élec­tri­ci­té, cé­ra­mique, toi­ture : plu­sieurs tra­vaillent dans le sec­teur de la ré­no­va­tion. À la fin avril, ils in­ves­tissent les lieux. En­tre­pre­neur gé­né­ral, Yves Ju­bin­ville su­per­vise le chan­tier. Ça tra­vaille bé­né­vo­le­ment sept jours se­maine pour re­faire la cui­sine, la salle de bains, le sous-sol, ins­tal­ler un as­cen­seur, ré­amé­na­ger les ac­cès ex­té­rieurs. Ça scie et ça cloue tous les soirs, la fin de se­maine, le jour, quand c’est pos­sible. «Tous les joueurs de la ligue ont tra­vaillé, sou­ligne M. Ju­bin­ville. Tout le monde s’est mo­bi­li­sé. » Ils four­nissent gra­tui­te­ment les ma­té­riaux. Les conjointes mettent la main à la pâte. Ayant en­ten­du par­ler du pro­jet, des amis des joueurs, qui n’ont pour­tant ja­mais ren­con­tré Mi­chel Cam­peau, dé­cident eux aus­si de prendre part à cet ex­tra­or­di­naire élan du coeur. À un mo­ment, le temps com­mence à pres­ser et les res­sources à man­quer. Il faut un peu plus d’huile de bras et d’ar­gent pour tout ter­mi­ner avant que Mi­chel n’ob­tienne son congé du centre de ré­adap­ta­tion. On dé­cide donc de frap­per à la porte des pro­duc­teurs de l’émis­sion de té­lé Don­nez au sui­vant, qui ac­ceptent d’em­bar­quer dans l’aven­ture. Le pro­jet a fait l’ob­jet d’une émis­sion, qui se­ra dif­fu­sée en sep­tembre. Les tra­vaux sont fi­na­le­ment com­plé­tés le 29 juin, tout juste la veille du re­tour de Mi­chel. Ins­pi­rés par le cou­rage de Mi­chel Cam­peau, ses co­équi­piers, leurs conjointes et leurs amis ont vé­cu une ex­pé­rience qui les a fait gran­dir. De so­lides ami­tiés se sont nouées. «Il s’est créé une chi­mie, des liens. On s’est fait des amis in­croyables», constate Yves Ju­bin­ville.

An­dré Des­roches andre.des­roches@trans­con­ti­nen­tal.ca

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.