Pont A25 : jus­qu’à 7,40 $ pour un pas­sage

Les non-abon­nés paient 5 $ de plus que les autres

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Sa­muel Le­duc-Fre­nette sa­muel.le­duc-fre­nette@trans­con­ti­nen­tal.ca

Double conten­tieux

Plu­sieurs au­to­mo­bi­listes ont eu une bonne sur­prise lorsque le conflit de la poste s’est ter­mi­né. Ceux qui avaient tra­ver­sé le pont de l’au­to­route 25 sans trans­pon­deur ont re­çu une fac­ture de 5 $ pour des frais ad­mi­nis­tra­tifs en plus des frais ré­gu­liers qui peuvent s’éle­ver à 2,80 $. L’Of­fice de la pro­tec­tion du consom­ma­teur (OPC) a ou­vert une en­quête.

Syl­vain Chi­roux, qui ré­side à Mon­tréalNord, a eu en­vie un sa­me­di après-mi­di de tra­ver­ser le nou­veau pont qui en­jambe la ri­vière des Prai­ries. Il ac­cepte de payer les frais de base. Mais lors­qu’il ap­pelle l’en­tre­prise qui gère le pont pour sa­voir ce qu’est un péage élec­tro­nique, il ap­prend qu’il de­vra payer ces 5 $.

« Je trouve ça sim­ple­ment mal­hon­nête, lâche-t-il au bout du fil. Il faut être au cou­rant du sys­tème. Tous ceux qui viennent des ré­gions ne sont pas sen­sés le sa­voir. […] J’ai rou­lé pas mal en Amé­rique du Nord et en Eu­rope, et ça ne vaut pas ça pour la gran­deur de pont. »

M. Chi­roux n’est pas le seul dans la même si­tua­tion. À l’OPC, on af­firme que de nom­breuses plaintes ont été por­tées à ce su­jet. « Il y a des consom­ma­teurs qui ont re­çu 20, 30 en­ve­loppes dans les­quelles il y avait, pour cha­cun de ces pas­sages-là, des frais de 5 $, dit Réal Coal­lier, di­rec­teur ré­gio­nal de l’or­ga­nisme gou­ver­ne­men­tal pour la ré­gion de Mon­tréal, La­val et la Mon­té­ré­gie. Nous, à la suite de ce tsu­na­mi d’ap­pels-là, on s’est dit qu’il fau­drait al­ler voir sur place. »

Un en­quê­teur est ef­fec­ti­ve­ment al­lé sur les lieux afin de dé­ter­mi­ner si la si­gna­li­sa­tion an­non­çant les frais de 5 $ était bel et bien pré­sente. Ce­lui-ci de­vrait émettre un rap­port sur la si­tua­tion et le re­mettre à l’OPC. L’Of­fice de­vait ren­con­trer ré­cem­ment à ce su­jet des re­pré­sen­tants de l’en­tre­prise pri­vée en charge du pont Conces­sion A25. L’OPC s’est pen­ché sur un double conten­tieux. À sa­voir, dans un pre­mier temps, s’il est pos­sible pour un au­to­mo­bi­liste de dé­ci­der de ne pas prendre le pont après avoir été clai­re­ment mis au fait des frais qu’il de­vra dé­bour­ser et, dans un deuxième temps, si les frais d’ad­mi­nis­tra­tion de 5 $ sont clai­re­ment af­fi­chés. Il est à no­ter que ces frais sont seule­ment exi­gés des usa­gers qui ne pos­sèdent pas de trans­pon­deur. Cet ap­pa­reil est une sorte de vi­gnette élec­tro­nique que les abon­nés pos­sèdent et qui per­met à la Conces­sion d’al­ler pui­ser l’ar­gent di­rec­te­ment dans leur compte.

À Conces­sion A25, on ré­pond que l’en­tre­prise est en dis­cus­sion avec l’Of­fice de­puis dé­jà plu­sieurs se­maines. Les deux en­ti­tés es­saie­raient ain­si de trou­ver des so­lu­tions aux pro­blèmes de ser­vice à la clien­tèle de la pre­mière. Mais se­lon un porte-pa­role de l’en­tre­prise, il n’y a au­cun double conten­tieux comme le sug­gé­re­rait M. Coal­lier.

Il y a des pan­neaux qui in­diquent aux au­to­mo­bi­listes nos frais bien avant d’en­trer sur le pont, af­firme Pierre Brien, di­rec­teur des com­mu­ni­ca­tions. « Vous le sa­vez que vous en­trez dans une zone, vers un pont à péage, vous avez une in­di­ca­tion des prix, on a des pan­neaux aus­si qui in­diquent qu’on a des frais de trans­pon­deur. »

Des re­cours pos­sibles

S’il ad­ve­nait que l’en­tre­prise fût fau­tive, et qu’elle n’ap­pli­quât pas les re­com­man­da­tions de l’Of­fice, « les consom­ma­teurs au­raient des re­cours de­vant les tri­bu­naux ». Mais de l’avis de M. Coal­lier, il est peu pro­bable que les deux par­ties en viennent jusque là. « C’est une jeune en­tre­prise, in­dique-t-il. Ils ne de­mandent pas mieux que d’écou­ter les do­léances ou les re­com­man­da­tions de l’Of­fice. »

M. Brien est même prêt à cré­di­ter les frais d’ad­mi­nis­tra­tion de ceux qui s’achè­te­ront un trans­pon­deur avant la fin du mois de sep­tembre. Il ne pré­voit tou­te­fois pas rem­bour­ser les autres, ce que dé­plore M. Coal­lier.

Sur­tout que « ce qu’ils ont dé­cla­ré comme re­ve­nu au cours des trois der­niers mois c’est trois mil­lions de dol­lars en frais d’ad­mi­nis­tra­tion. Trois mil­lions en frais d’ad­mi­nis­tra­tion. C’est de l’ar­gent ça, mon­sieur », s’ex­cla­met-il.

Une don­née que tient à pré­ci­ser M. Brien. « Pour nous, ce n’est pas un pro­fit. Des frais d’ad­mi­nis­tra­tion pour nous c’est un coût d’opé­ra­tions réel. »

Quant à M. Chi­roux, il ne compte plus em­prun­ter le pont de l’au­to­route 25. « Si c’était 1,80 $, oui, je le pren­drai plus sou­vent », mais comme il ne veut pas de trans­pon­deur, il de­vra se ra­battre sur le pont Pie-IX.

Se­lon M. Coal­lier, l’OPC ou Conces­sion A25 de­vrait pré­ci­ser la si­tua­tion dans les pro­chaines se­maines.

(Pho­to : ar­chives)

Des frais ad­mi­nis­tra­tifs de 5 $ sont exi­gés aux au­to­mo­bi­listes cir­cu­lant sur le pont A25 qui ne sont pas équi­pés d’un trans­pon­deur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.