La ba­taille de la cou­lée Grou

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Sources: dis­po­nibles à la SHRDP Hu­bert Le­wis

Àla pointe de l’île se trouve la cou­lée Grou. On ap­pe­lait cou­lées ces grands fossés ser­vant à drai­ner les terres au prin­temps. La cou­lée qui lon­geait la terre de Jean-Grou existe tou­jours. C’est là, en juillet 1690, qu’eut lieu ce choc tra­gique entre une cen­taine d’Iro­quois et quelque 25 co­lons des en­vi­rons.

Nous ne fe­rons pas état de toutes les cir­cons­tances qui en­tourent cette ba­taille san­glante. Nous y re­vien­drons dans un fu­tur ar­ticle. Di­sons ce­pen­dant que ce drame suc­cé­dait au ter­rible mas­sacre sur­ve­nu à La­chine, l’an­née pré­cé­dente, en août 1689.

On ima­gine le cli­mat de ter­reur qui ré­gnait d’un bout à l’autre de l’île de Mon­tréal, spé­cia­le­ment le long des cours d’eau d’où sur­gis­saient les ca­nots des On­neyouts, cette na­tion iro­quoise dé­ci­dée à se ven­ger des exac­tions du gou­ver­neur fran­çais De­non­ville.

Des ri­va­li­tés mul­tiples ont en­gen­dré ces conflits. En ré­su­mé, il s’agit d’un épi­sode d’une lutte pour la pos­ses­sion d’un conti­nent.

Tou­jours est-il que la ba­taille du 2 juillet 1690 se solde par la mort d’une di­zaine d’hommes et la cap­ture de six autres dont celle de Jean Grou. Ces der­niers sont em­me­nés à La­che­naie pour y être brû­lés vifs.

Beau­coup de ques­tions res­tent sans ré­ponses concer­nant cette tra­gé­die. Les ré­cits doivent être ma­niés avec pru­dence, car plu­sieurs sources sont né­bu­leuses. Cer­tains ac­teurs dis­pa­raissent sans lais­ser de traces. Il faut dire que les re­gistres des sé­pul­tures de la pa­roisse de Saint-Jo­seph de Ri­vière-des-Prai­ries ont pé­ri pen­dant cette pé­riode. Nous connais­sons mieux les veuves et les en­fants des dis­pa­rus. « La fa­mille Des­noyers dit La­jeu­nesse », se­lon un texte des Édi­tions Beauchemin, da­té de 1943, est is­sue du ma­riage de Jacques Des­noyers dit La­jeu­nesse et de la veuve de Jean Grou, Ma­rie-Anne Go­guet. Leurs des­cen­dants sont nom­breux et bien iden­ti­fiés. Un autre des­cen­dant cé­lèbre est le cha­noine Lio­nel Groulx, prêtre et his­to­rien na­tio­na­liste. Son hom­mage à son an­cêtre, pu­blié en sep­tembre 1939, fut, pa­raît-il, vi­brant d’émo­tion. Ce té­moi­gnage ma­gni­fique n’est pas plus va­lide pour au­tant.

En conclu­sion, la ba­taille de la cou­lée Grou s’ins­crit dans un contexte guer­rier tout à fait connu. Le com­bat lui-même est hau­te­ment vrai­sem­blable même si cer­tains dé­tails res­tent à connaître.

En 1971, la Com­mis­sion des Lieux et Mo­nu­ments his­to­riques du Ca­na­da a éle­vé un mo­nu­ment et une plaque. Le texte gra­vé fut re­for­mu­lé en 1982 te­nant compte du ré­sul­tat de cer­taines re­cherches. Mal­heu­reu­se­ment, des van­dales ont dé­ro­bé cette plaque et le lieu, de­puis, est or­phe­lin.

Trois siècles plus tard, Jean Grou au­rait droit au re­pos.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.