Mar­cher pour que cesse la vio­lence

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Fre­nett■Sa­muel Le­duc- e sa­muel.le­duc-fre­nette@trans­con­ti­nen­tal.ca

En­vi­ron 150 per­sonnes étaient at­ten­dues à une marche pour la non-vio­lence à l’école se­con­daire Jean-Grou le jeu­di 29 sep­tembre.

Le groupe a quit­té l’école peu après mi­di, lorsque le di­rec­teur de l’école, Sté­phane Gemme, a fi­ni son dis­cours. Une cen­taine de ses élèves pre­naient part au groupe.

La marche, qui de­vait du­rer en­vi­ron une heure, a dé­bu­té de­vant l’école se­con­daire du bou­le­vard Rodolphe-For­get, s’est pour­sui­vie dans les rues tout au­tour, et s’est ter­mi­née à son point de dé­part.

Pour Jean-Grou et l’école pri­maire MarcAu­rèle-For­tin, il s’agis­sait d’une deuxième marche an­nuelle. En ef­fet, cette der­nière a or­ga­ni­sé sa propre marche la veille. À l’ins­tar des écoles qui se sont ajou­tées cette an­née, soit Si­mone-Des­jar­dins, De­nise-Pel­le­tier, No­treDame-de-Fa­ti­ma et Fer­nand-Gauthier, qui ont elles aus­si or­ga­ni­sé leur propre marche pour la non-vio­lence.

Des ban­nières si­gnées par les élèves de cha­cune de ces écoles ou­vraient d’ailleurs la marche de Jean-Grou. Elles sont, se­lon la di­rec­trice de Tan­dem Ri­vière-des-Prai­ries —Pointe-aux-Trembles Jo­hanne Daigle, une forme de contrat fai­sant de ses si­gna­taires des am­bas­sa­deurs de la non-vio­lence.

« Chaque élève la voit, et prend un en­ga­ge­ment en la si­gnant, in­dique-t-elle. La ban­nière va être af­fi­chée dans les écoles. […] Ce qui est le fun c’est que les en­sei­gnants et le per­son­nel de l’école l’ont si­gné aus­si.

« Chaque fois qu’il y a un geste [de vio­lence], on est ca­pable de se ré­fé­rer à notre en­ga­ge­ment.

« Le fait de sor­tir et de mar­cher ça de­vient plus que de la sen­si­bi­li­sa­tion, ça de­vient de l’en­ga­ge­ment. […] C’est pour que tout le quar­tier s’en­gage pour la non-vio­lence. On veut vivre dans un quar­tier sé­cu­ri­taire. »

« Le fait de sor­tir et de mar­cher ça de­vient plus que de la sen­si­bi­li­sa­tion, ça de­vient de l’en­ga­ge­ment. »

-Jo­hanne Daigle, di­rec­trice de Tan­dem RDP-PAT

À leur re­tour, les élèves ont eu droit à un dî­ner spa­ghet­ti. La marche a été or­ga­ni­sée par l’école en col­la­bo­ra­tion avec l’or­ga­nisme de prévention et de sé­cu­ri­té Tan­dem. Les par­te­naires du pro­jet sont Bos­co­ville 2000, l’ar­ron­dis­se­ment, Équipe RDP et le ser­vice à la vie spi­ri­tuelle et à l’en­ga­ge­ment com­mu­nau­taire.

Mme Daigle sou­ligne aus­si l’en­goue­ment gé­né­ra­li­sé qu’a sus­ci­té le pro­jet dans la com­mu­nau­té. Les pa­rents ont en­cou­ra­gé leurs en­fants. Ceux-ci ont pris de nom­breuses ini­tia­tives dans le sens de la non-vio­lence. Tout le monde s’en­gage, parce que tout le monde trouve ce­la im­por­tant, af­firme-t-elle.

Afin de per­pé­tuer cette idée tout au long de l’an­née sco­laire, une tren­taine de « lea­ders » par­mi les élèves les plus âgés ont été choi­sis à l’école Jean-Grou. « Toute l’an­née, ils vont sou­te­nir toutes sortes d’ac­ti­vi­tés liées à la non­vio­lence à l’école, dit-elle. Ils font un peu de la mé­dia­tion. Ce sont des mo­dèles. »

C’est d’ailleurs eux qui, vê­tus de dos­sards jaunes, ont es­cor­té le convoi.

Une ini­tia­tive sem­blable a aus­si été im­plan­tée dans les écoles pri­maires par­ti­ci­pantes, où de « jeunes ci­toyens » jouent le même rôle que les « lea­ders ».

C’est une belle conti­nui­té entre le pri­maire et le se­con­daire, croit-elle.

Une marche ré­gio­nale a par ailleurs été or­ga­ni­sée le di­manche 2 oc­tobre au parc Le Ca­ri­gnan de Mon­tréal-Nord, à 14h30.

(Pho­to : Pa­trick Des­champs)

En­vi­ron 150 per­sonnes ont pris part à la marche pour la non-vio­lence.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.