Le jour­nal du coeur

Des ci­toyens s’im­pliquent dans un jour­nal com­mu­nau­taire

L'Informateur - - VIE DE QUARTIER - Fre­nett■Sa­muel Le­duc- e sa­muel.le­duc-fre­nette@trans­con­ti­nen­tal.ca

De­puis un an, des mères au foyer se réunissent chaque se­maine à la Mai­son de la fa­mille Coeur à Ri­vière pour pré­pa­rer un jour­nal qui sor­ti­ra deux fois du­rant l’an­née. Le but de l’en­tre­prise est de leur per­mettre de dé­ve­lop­per leurs ha­bi­le­tés en in­for­ma­tique et de s’im­pli­quer au sein de l’or­ga­nisme com­mu­nau­taire.

Réunies en co­mi­té-jour­nal, trois mères— elles étaient une de­mi-dou­zaine l’an der­nier— se ren­contrent deux heures par se­maine. Ain­si, entre sep­tembre et dé­cembre, elle se se­ront vues une di­zaine de fois. Le pre­mier jour­nal sor­ti­ra du­rant la pé­riode des fêtes et le deuxième juste avant les va­cances d’été.

« On vient, on dis­cute de ce sur quoi on ai­me­rait écrire cette ses­sion, de quoi est-ce qu’on va par­ler, quels genres d’ar­ticles on veut avoir, qui va faire quoi, ex­plique Éli­za­beth Du­lièpre, qui est mère de trois en­fants. On aime bien lire les autres jour­naux alors pour­quoi ne pas en faire un aus­si et faire pro­fi­ter les autres de nos idées? »

Les jour­na­listes en herbe au­ront donc tout l’au­tomne pour peau­fi­ner ar­ticles, chro­niques et autres textes. Le nom du jour­nal est l’In­ter­Dit. In­ter pour le groupe, et Dit pour ce que le groupe a à dire.

Le co­mi­té est bien en­ten­du for­mé de mères du quar­tier. « Ce sont des gens qui veulent s’im­pli­quer peut-être un peu plus que les autres, parce que ça de­mande quand même du tra­vail, men­tionne Clau­dia La­val­lée, l’ins­ti­ga­trice du pro­jet et in­ter­ve­nante à la Mai­son de la fa­mille. C’est une grosse charge. Donc ça peut ar­ri­ver qu’ils ne puissent pas ve­nir ou qu’ils aient un em­pê­che­ment. »

« Je le prends comme un loi­sir, c’est comme mon pe­tit temps à moi », ajoute Mme Du­lièpre qui, comme ses com­parses, n’oc­cupe pas d’em­ploi à l’ex­té­rieur de la mai­son.

Le jour­nal, qui te­nait en 24 pages lors de sa der­nière pa­ru­tion, est très co­lo­ré. Un des­sin illustre la page cou­ver­ture. En­vi­ron 70 co­pies sont dis­tri­buées à la Mai­son de la fa­mille. « Les gens aiment le lire, ils le de­mandent », dit Mme La­val­lée.

Il re­groupe des textes aux thèmes très va­riés se­lon qu’ils s’agissent de conseils pra­tiques pour la mai­son, de pen­sées, de re­cettes ou d’évé­ne­ments à ve­nir.

Cer­tains textes se rap­prochent beau­coup du jour­na­lisme tra­di­tion­nel. « J’ai in­ter­viewé le pro­fes­seur de ma fille de ma­ter­nelle, parce que pour moi c’était une grosse étape l’en­trée à l’école et j’avais des ques­tions, des craintes, af­firme Mi­reille Co­meau, elle aus­si mère de trois en­fants. J’étais sûre que les autres mères qui vi­vaient la même si­tua­tion que moi, elles aus­si avaient des ques­tions, mais elles étaient peut-être gê­nées d’al­ler les po­ser au pro­fes­seur. Moi je l’ai fait. »

De l’in­for­ma­tique au jour­na­lisme

Au dé­part, Mme La­val­lée don­nait des cours d’in­for­ma­tique à ces mères. « Mais c’est sûr que comme ce sont des pa­rents, ils n’ont pas tou­jours le temps de pra­ti­quer à la mai­son. Donc l’idée c’était d’avoir quelque chose de concret pour qu’ils puissent pra­ti­quer sur le vif. » D’où la mise sur pied du co­mi­té en sep­tembre 2010.

« Avec un co­mi­té-jour­nal, na­tu­rel­le­ment, ça leur donne la place pour dire ce qu’ils veulent dire, pour faire des re­cherches, es­ti­met-elle. En plus d’ap­prendre l’in­for­ma­tique, de se dé­brouiller, de se faire un cour­riel. C’était ça l’idée fi­na­le­ment. »

Une idée que par­tage Ma­rie Bé­lec, qui a deux en­fants, et qui a par­ti­ci­pé aux édi­tions pré­cé­dentes. « Avec les ren­sei­gne­ments qu’elle nous a don­nés, on a pu mon­ter le jour­nal avec les connais­sances qu’on a ap­prises », lance-telle.

« Ça per­met une meilleure im­pli­ca­tion, un jour­nal, qu’un ate­lier où tu fais juste don­ner de l’in­for­ma­tion, ajoute Mme La­val­lée. Je trouve que c’est plus dy­na­mique à tra­vers un co­mi­té­jour­nal. Tout le monde, ou à peu près, a quelque chose à dire. »

Un bel exemple, se­lon elle, d’édu­ca­tion po­pu­laire.

(Pho­to : Pa­trick Des­champs)

Les mères planchent tout l’au­tomne sur le jour­nal l’In­ter­Dit.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.