Par­tir ou agran­dir?

L'Informateur - - PASSION MAISON - (Source : La ban­nière Ré­no-Maître de l’APCHQ)

La co­quette mai­son, qui jusque-là com­blait am­ple­ment vos be­soins, de­vient sou­dai­ne­ment trop exigüe? Voi­ci quelques so­lu­tions à votre manque d’es­pace.

L’ar­chi­tec­ture de votre mai­son vous plaît, vous ai­mez le quar­tier, vous êtes si­tué à deux pas de l’école pri­maire mais, pour une rai­son ou une autre, vous manquez cruel­le­ment d’es­pace. Avant de mettre la clé sous la porte, avez-vous son­gé à re­con­fi­gu­rer les es­paces in­té­rieurs ou à agran­dir le car­ré de votre de­meure?

Iden­ti­fiez vos be­soins

Lorsque vient le temps d’ac­cueillir un nou­vel en­fant, de créer un bu­reau à do­mi­cile ou de ré­no­ver la cui­sine, cer­tains pro­prié­taires frappent lit­té­ra­le­ment un mur... Parce qu’ils au­ront mal éva­lué leurs be­soins, ou sim­ple­ment parce qu’ils au­ront vu trop grand, ils risquent de voir leur rêve se trans­for­mer en cau­che­mar.

Pour évi­ter les dé­cep­tions coû­teuses, il est im­por­tant de gar­der les pieds bien sur terre et de ci­bler, dès le dé­part, les zones sur les­quelles vous sou­hai­tez in­ter­ve­nir. Be­soin d’une chambre sup­plé­men­taire? Elle peut fa­ci­le­ment être amé­na­gée au sous-sol. La salle de bains freine vos élans de pro­pre­té? Don­nez-lui un peu d’ai­sance en sa­cri­fiant une pen­de­rie. Vous rê­vez de­puis long­temps d’un walk-in? Em­pié­tez sur la chambre que le pe­tit der­nier vient de li­bé­rer.

Les grands tra­vaux

Lorsque la ré­gle­men­ta­tion mu­ni­ci­pale l’au­to­rise, la ré­no­va­tion de la cui­sine, ou en­core l’ac­cueil de pa­rents vieillis­sants, peut jus­ti­fier l’agran­dis­se­ment du car­ré de la mai­son. Comme la plu­part des mu­ni­ci­pa­li­tés in­ter­disent d’agran­dir vers l’avant, ces tra­vaux se dé­rou­le­ront ha­bi­tuel­le­ment à l’ar­rière de la mai­son.

Le cas échéant, deux so­lu­tions s’offrent à vous. Soit que vous fas­siez cou­ler une nou­velle fon­da­tion de bé­ton, qui com­mu­ni­que­ra avec l’exis­tante et ser­vi­ra d’as­sise à votre an­nexe, soit que vous fas­siez construire une plate-forme sur pieux vis­sés qui se­ra rat­ta­chée au car­ré de la mai­son. L’exer­cice est ce­pen­dant coû­teux : vous de­vrez comp­ter en­vi­ron 25 $ du pied car­ré pour la première op­tion ou 300 $ par pieu pour la se­conde.

Cer­taines mai­sons an­ciennes se ca­rac­té­risent par de nom­breux re­coins et es­paces per­dus. Il est pos­sible d’en ou­vrir les pièces en re­con­fi­gu­rant l’aire ha­bi­table. Tou­te­fois, si vous de­vez faire abattre des murs por­teurs, la fac­ture risque d’être sa­lée. Vous de­vrez no­tam­ment vous en re­mettre à un in­gé­nieur, qui s’as­su­re­ra de bien étayer la struc­ture par un jeu de poutres et de co­lonnes afin d’évi­ter d’éven­tuelles dé­faillances struc­tu­rales.

Les pro­chaines étapes

Une fois vos be­soins clai­re­ment iden­ti­fiés, vous de­vrez faire ap­pel à un pro­fes­sion­nel du bâ­ti­ment pour coucher sur pa­pier votre pro­jet. Im­pos­sible de cou­per court à cette étape : la Ville exi­ge­ra un plan de votre agran­dis­se­ment pour l’émis­sion de votre per­mis. Une fois votre plan en main, vous pour­rez vous lan­cer à la re­cherche de l’en­tre­pre­neur qui don­ne­ra forme à votre pro­jet.

« Le plan four­nit toutes les in­for­ma­tions né­ces­saires à l’éla­bo­ra­tion de la sou­mis­sion, note Serge Mi­chaud, pré­sident de Ré­fec­tion S. Mi­chaud, une en­tre­prise membre de la ban­nière Ré­no-Maître. Plus il est dé­taillé, plus la sou­mis­sion se­ra pré­cise et moins le client n’au­ra à dé­bour­ser pour des extras. Un en­tre­pre­neur, s’il est le moin­dre­ment sé­rieux, l’exi­ge­ra avant de lan­cer des prix en l’air. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.