Chan­tal Rou­leau sa­lue les mo­di­fi­ca­tions ap­por­tées à la com­mis­sion d’en­quête

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Sa­muel Le­duc-Fre­nette sa­muel.le­duc-fre­nette@trans­con­ti­nen­tal.ca

« Je ne sais pas où Jean Cha­rest va al­ler, je ne sais pas qu’est-ce qu’il va faire. Ça semble être ex­trê­me­ment la­bo­rieux », s’ex­clame Chan­tal Rou­leau lorsque ques­tion­née à pro­pos de la der­nière mou­ture de la com­mis­sion d’en­quête pu­blique. Car mal­gré la der­nière volte-face du pre­mier mi­nistre Cha­rest, la mai­resse de l’ar­ron­dis­se­ment Ri­vière-des-Prai­ries-Pointe-aux-Trembles n’est tou­jours pas plei­ne­ment sa­tis­faite.

Le 19 oc­tobre, le pre­mier mi­nistre an­non­çait qu’il or­don­nait une com­mis­sion d’en­quête pu­blique sur l’in­dus­trie de la cons­truc­tion et sur le pro­ces­sus d’oc­troi des contrats pu­blics. Cette pro­po­si­tion, dé­crite comme « émas­cu­lée » par cer­tains mé­dias, « man­quait de dents » se­lon Mme Rou­leau.

Or, main­te­nant que la juge France Char­bon­neau peut choi­sir de se mettre sous la Loi sur les com­mis­sions d’en­quête et ain­si contraindre cer­taines per­sonnes à ve­nir té­moi­gner, Mme Rou­leau se de­mande si cette der­nière em­prun­te­ra cette voie.

« On y ar­rive, mais ça semble très la­bo­rieux parce qu’on donne le choix à la juge de contraindre ou pas, et d’être en­ca­dré par les lois des en­quêtes pu­bliques. Si­non, ça de­meure un dé­cret, juge-t-elle.

Elle ignore éga­le­ment si M. Cha­rest, qui a fait sa plus ré­cente an­nonce lors du 31e Congrès du Par­ti li­bé­ral du Qué­bec le 23 oc­tobre, mo­di­fie­ra à nou­veau les pa­ra­mètres de la com­mis­sion. « Je ne le sais pas où il va al­ler, je ne sais pas qu’est-ce qu’il va faire, dit-elle. Ça semble être ex­trê­me­ment la­bo­rieux. C’est ce qu’on voit. »

Elle s’ex­plique aus­si dif­fi­ci­le­ment cette vol­te­face au­tre­ment qu’à cause des nom­breuses cri­tiques qu’il a re­çues de­puis le 19 oc­tobre. « Le bâ­ton­nier du Qué­bec qui re­pré­sente tous les avo­cats du Qué­bec a dit que ce n’était pas une com­mis­sion d’en­quête. Sans le pou­voir de contrainte, la juge ne pou­vait opé­rer. Alors je pense que ç’a fait pen­cher la ba­lance un peu. »

La mai­resse de­meure tout de même confiante : sa sor­tie contre le pro­ces­sus d’oc­troi pu­blique le 29 sep­tembre sur les ondes de Ra­dio- Ca­na­da ne de­vrait pas res­ter lettre morte.

« On ver­ra. Tout se fait à la pièce de­puis le dé­but, confie-t-elle. Tout le monde dit qu’il faut faire confiance et moi je suis de na­ture confiante, je ne sais pas ce qu’on peut faire de plus. C’est la juge qui va dé­ci­der. »

Ques­tion­née à sa­voir si le pre­mier mi­nistre l’avait ap­pe­lé de­puis qu’elle lui a fait par­ve­nir une lettre le 7 oc­tobre, Mme Rou­leau reste stoïque. « S’il veut m’ap­pe­ler, je se­rai ho­no­rée de son ap­pel », dé­clare-t-elle avant de clore l’en­tre­tien

Vi­sion Mon­tréal re­met une contri­bu­tion

Vi­sion Mon­tréal, le par­ti de la mai­resse Rou­leau, a re­tour­né une contri­bu­tion de 1000 $ de Do­me­ni­co Ar­cu­ri, de Cons­truc­tion Mi­ra­beau. Dans un re­por­tage de Ra­dioCa­na­da dif­fu­sé le 29 sep­tembre, il était in­di­qué que M. Ar­cu­ri avait ob­te­nu plu­sieurs contrats avec l’ar­ron­dis­se­ment Ri­vière-desP­rai­ries-Pointe-aux-Trembles.

« On a fait dif­fé­rentes vé­ri­fi­ca­tions et on s’est ren­du compte de ça, af­firme Marc-An­toine Pou­liot, porte-pa­role de Mme Rou­leau. Et dès lors la dé­ci­sion a été prise de re­tour­ner le mon­tant pour s’as­su­rer que les exi­gences des ci­toyens en ma­tière d’éthique soient res­pec­tées. »

M. Pou­liot pré­cise que les dons sont tou­jours ef­fec­tués au par­ti, et non à ses membres. Qui plus est, Mme Rou­leau n’était pas en­core en poste lorsque le don a été ef­fec­tué, au dé­but de 2010.

« Elle ne le sa­vait pas du tout avant il y a quelques se­maines, même quelques jours », si­gnale M. Pou­liot.

(Pho­to : Pa­trick Des­champs)

La mai­resse Chan­tal Rou­leau ira té­moi­gner de­vant la juge France Char­bon­neau si on le lui de­mande.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.