Le pa­tri­moine...

L'Informateur - - ACTUALITÉS -

Qui plus est, l’église doit pos­sé­der un bon fonds de li­qui­di­té, car l’or­ga­nisme ne fait pas de chèque en blanc. Il rem­bourse plu­tôt 70 % du mon­tant de toutes les fac­tures four­nies par la pa­roisse.

Le Conseil du pa­tri­moine re­li­gieux du Qué­bec sou­met aus­si l’église à cer­taines normes sé­vères. Ain­si, une firme d’ar­chi­tectes de­vra être em­bau­chée afin de faire les plans et de­vis. Le style de la toi­ture de­vra aus­si res­pec­ter en tous points le style d’ori­gine. La vieille tôle à la ca­na­dienne se­ra rem­pla­cée par de la neuve.

Des fi­nances pré­caires

Les fi­nances de l’église, qui ne sont plus tri­bu­taires de la dîme—sorte d’im­pôt sur le re­ve­nu ja­dis pré­le­vé par l’Église—, sont main­te­nant dé­pen­dantes de la gé­né­ro­si­té des pa­rois­siens.

La quête heb­do­ma­daire per­met à l’église de ré­col­ter de 650 $ à 700 $. « On a à peu près 3% de la po­pu­la­tion qui vient le di­manche, donc c’est sûr que c’est pas juste par là qu’on va re­joindre les gens, in­dique-t-il. Si tout le monde s’y met­tait, ça se­rait une pea­nut 3 $ par per­sonne. »

« Avant ça, tu fai­sais un sou­per pa­rois­sial et tout le monde s’y ga­ro­chait, lance-t-il. Ceux qui viennent aux cé­lé­bra­tions ont l’oc­ca­sion de faire des of­frandes se­maine après se­maine. Mais on ne peut pas faire vivre la pa­roisse avec uni­que­ment les fu­né­railles et les ma­riages. »

C’est pour cette rai­son que le cu­ré et cer­tains des pa­rois­siens lancent une cam­pagne de fi­nan­ce­ment ex­cep­tion­nelle. « On es­père tou­jours que ça va mar­cher, dit-il. Ça dé­pend des mi­lieux. Il y a des mi­lieux où ça ré­pond gé­né­reu­se­ment. Ça fait un an que je suis ici, et c’est la première fois que je dois par­ler d’ar­gent. »

Du­rant la fin de se­maine des 5 et 6 no­vembre, une ban­de­role du Conseil du pa­tri­moine de­vrait être ex­po­sée sur le fron­ton de l’église.

« On a aus­si un ther­mo­mètre qu’on va fa­bri­quer, d’ajou­ter M. le cu­ré. À me­sure que les fonds vont ren­trer, on va faire rou­gir le ther­mo­mètre. »

Le feuillet pa­rois­sial, sorte de bul­le­tin d’in­for­ma­tion sur les ac­tua­li­tés pa­rois­siales, pour­rait même être ti­ré à plus grande échelle. M. Beau­lieu songe à en dis­tri­buer une par­tie aux portes des Prai­ri­vois.

« Je ne vou­drais pas que le pro­jet avorte parce qu’on n’est pas ca­pables de payer notre par­tie, évoque-t-il avec crainte. À par­tir du mo­ment où l’édi­fice prend l’eau, ce n’est pas long que ça dé­pé­rit. »

Il a tout de même es­poir que son église pou­vant ac­cueillir 350 fi­dèles puisse sur­vivre à cette tem­pête. Une tem­pête qui n’est pas prêt de s’es­tom­per, puisque les fe­nêtres, qui sont au­tant si­non plus abî­mées que la toi­ture, de­vront tôt ou tard être rem­pla­cées.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.