Pour une meilleure in­té­gra­tion des jeunes

Le fo­rum Jeunes au Coeur, à l’école se­con­daire Jean-Grou

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Sa­muel Le­duc-Fre­nette sa­muel.le­duc-fre­nette@trans­con­ti­nen­tal.ca

Bos­co­ville 2000 et plu­sieurs or­ga­nismes par­te­naires ont or­ga­ni­sé le fo­rum Jeunes au Coeur toute la jour­née du 24 oc­tobre à l’école se­con­daire Jean-Grou. Une cen­taine de per­sonnes se sont dé­pla­cées pour par­ti­ci­per à des ate­liers vi­sant à amé­lio­rer la com­pré­hen­sion des in­ter­ac­tions entre les jeunes et les adultes.

Cette vaste ré­flexion, ba­sée sur les conclu­sions d’une étude me­née en 2009 sur l’at­trait qu’exercent les gangs de rue sur les jeunes prai­ri­vois, vi­sait à trou­ver des moyens concer­tés entre les adultes et les jeunes afin de mieux in­té­grer ces der­niers.

Pour ce faire, les or­ga­ni­sa­teurs ont mis sur pied deux ate­liers au cours de la jour­née ayant cha­cun pour titre « Nos pré­ju­gés et leurs ef­fets né­fastes sur nos in­ter­ac­tions in­ter­per­son­nelles et in­ter­groupes » ain­si que « Comment dé­pas­ser nos pré­ju­gés pour mieux al­ler à la ren­contre de l’autre ».

Di­vi­sés en six groupes, les par­ti­ci­pants pro­ve­nant au­tant des or­ga­nismes com­mu­nau­taires que des écoles ou de l’ar­ron­dis­se­ment ont dis­cu­té des en­jeux liés aux pré­ju­gés ra­ciaux, à la cri­mi­na­li­té, à l’in­té­gra­tion et à la stig­ma­ti­sa­tion so­ciale des mi­no­ri­tés vi­sibles et, sur­tout, à celle des jeunes.

Une spé­cia­liste en ges­tion de la di­ver­si­té et en re­la­tions in­ter­cul­tu­relles a été in­vi­tée pour l’oc­ca­sion. Gua­da­lupe Ven­to a pro­non­cé une confé­rence en plus de su­per­vi­ser les dis­cus­sions qui ont eu cours du­rant la jour­née.

La pro­gram­ma­tion a été ponc­tuée par un sketch, un tour de ma­gie et la pré­sen­ta­tion d’une vi­déo réa­li­sée lors du re­pas an­nuel de fèves au lard plus tôt cet au­tomne à la ré­si­dence pour per­sonnes âgées Ci­té Rive. À cette oc­ca­sion, des élèves de Jean-Grou d’ori­gine haï­tienne, ap­pe­lés « jeunes lea­ders », ont ser­vi les re­pas aux ré­si­dents.

Ce fut l’oc­ca­sion pour eux de le­ver cer­tains ta­bous à l’ef­fet que les per­sonnes âgées de race blanche se­raient plus crain­tives par rap­port aux jeunes de race noire. Au dire des or­ga­ni­sa­teurs, cette pro­jec­tion a été un mo­ment fort de la jour­née.

En at­tente de ré­sul­tats

Nou­té­pé Ta­go­doé, qui est en charge du pro­jet de fo­rum de­puis fé­vrier 2011 et agent de dé­ve­lop­pe­ment à Bos­co­ville 2000, croit que les échanges entre les jeunes et les adultes ont été très construc­tifs.

« Les jeunes qui sont ve­nus sont vrai­ment im­pli­qués. Ils sont res­tés jus­qu’à la fin. Mme Ven­to a dit que c’est la première fois qu’elle voyait ça.

« Je suis sa­tis­fait parce que les com­men­taires qu’on a re­çus étaient bons, ajoute-t-il. On nous a dit que c’était très bien or­ga­ni­sé, que les échanges entre les jeunes et les adultes étaient très bons, que les échanges étaient construc­tifs. »

En plus du tour de ma­gie et de la pré­sen­ta­tion de la vi­déo, M. Ta­go­doé croit que les dis­cus­sions de l’après-mi­di ont plus par­ti­cu­liè­re­ment por­té leurs fruits.

« La plé­nière de l’après-mi­di, comme c’était des so­lu­tions, il y avait beau­coup de par­ti­ci­pa­tion, in­dique-t-il. Là, on a vu des jeunes par­ler, eux qui n’avaient pas en­core pris pa­role. »

De ces dis­cus­sions de­vraient res­sor­tir cer­taines pistes de so­lu­tion ou plans d’ac­tion au cours des pro­chains mois.

« C’est clair qu’une des suites qu’on veut don­ner au fo­rum, […] c’est éta­blir un plan d’ac­tion qui va faire en sorte que chaque or­ga­nisme qui tra­vaille avec les jeunes trouve des moyens pour ré­duire les pré­ju­gés afin d’amé­lio­rer les in­ter­ac­tions, men­tionne-t-il.

« Pour ça, il y a un co­mi­té de jeunes qui est en train d’être mis sur pied pour faire le sui­vi des ac­tions des pro­jets et des ins­ti­tu­tions qui sont en place. » Un pre­mier plan d’ac­tion se­ra éla­bo­ré par un co­mi­té d’adultes. Les jeunes en fe­ront en­suite le sui­vi. Mais pour y ar­ri­ver, les syn­thèses des échanges sur­ve­nus lors du fo­rum de­vront être ter­mi­nées. « Dans un an, on veut faire un autre fo­rum pour pré­sen­ter ce qui a été fait au­jourd’hui, pour­suit-il. C’est clair qu’il ne faut pas at­tendre, parce que les gens vont se dire “en­core un évé­ne­ment où on a at­ten­du et où on n’a rien fait”. »

(Pho­to : Pa­trick Des­champs)

Une cen­taine de per­sonnes ont as­sis­té au fo­rum Jeunes au Coeur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.