Fer­me­ture de la mai­son du Bon Temps

Un bud­get ser­ré pro­longe la dé­lo­ca­li­sa­tion des ac­ti­vi­tés

L'Informateur - - LA UNE - Fre­nett■Sa­muel Le­duc- e sa­muel.le­duc-fre­nette@trans­con­ti­nen­tal.ca

La mai­son du Bon Temps, si­tuée sur le bou­le­vard Gouin au nord du parc Ar­mand-bombardier, ne rou­vri­ra pas de si­tôt : les pré­vi­sions bud­gé­taires de 2012 de l’ar­ron­dis­se­ment main­tiennent la di­mi­nu­tion des heures de ser­vice ob­ser­vée de­puis la mi-juin dans cette an­tenne de la mai­son de la culture de Ri­vière-des-prai­ries.

En somme, l’ar­ron­dis­se­ment re­tran­che­ra dix heures à la mai­son. Ces coupes bud­gé­taires ap­pa­raissent tou­te­fois bien théo­riques, puisque l’éta­blis­se­ment n’offre plus d’ac­ti­vi­tés aux ci­toyens dans ses lo­caux de­puis la mi-juin. Ceux­ci doivent dé­sor­mais se ra­battre sur la salle d’ex­po­si­tion de la bi­blio­thèque du quar­tier. Cette dé­lo­ca­li­sa­tion est cau­sée par des tra­vaux de ré­fec­tion qui au­ront no­tam­ment lieu sur la toi­ture.

Quant aux em­ployés, on at­tend tou­jours de sa­voir s’ils se­ront re­lo­ca­li­sés. Ces tra­vaux, qui de­vaient dé­bu­ter cet au­tomne, sont re­por­tés à une date in­con­nue.

Des coupes né­ces­saires

« La fer­me­ture à court terme n’a pas d’im­pacts sur les ser­vices, étant don­né la pré­vi­sion des tra­vaux qui de­vaient être faits, confirme Claude Tou­pin, res­pon­sable de la culture à l’ar­ron­dis­se­ment. C’est sûr qu’à Ri­vière-des-prai­ries, l’im­pact est moins grand parce qu’il y a moins de choses. »

En ef­fet, de l’autre cô­té de l’au­to­route 40, à Pointe-aux-trembles, le Vieux-mou­lin, la mai­son Beau­dry et la mai­son de la culture su­bi­ront les mêmes coupes.

« L’en­ve­loppe 2012 qui nous a été confiée était in­fé­rieure à celle de 2011 d’une part, et d’autre part on fait face à des aug­men­ta­tions des coûts, dit-il. À l’étape où on est main­te­nant, il n’y pas d’autres al­ter­na­tives. »

Ef­fec­tives de jan­vier à dé­cembre 2012, ces fer­me­tures per­met­tront à l’ar­ron­dis­se­ment d’épar­gner 20 500 $. Si au­cune ta­ri­fi­ca­tion n’est pré­vue dans le plan, M. Tou­pin af­firme que cette so­lu­tion pour­rait être en­vi­sa­geable à long terme. En au­tant que les ci­toyens ne soient pas pé­na­li­sés.

Ce­lui-ci se veut d’ailleurs ras­su­rant. « Ça n’im­plique au­cune di­mi­nu­tion d’ac­ti­vi­tés, mar­tèle-t-il plus d’une fois. Ce que ça im­plique, c’est que l’ar­ron­dis­se­ment va se re­ti­rer gra­duel­le­ment. »

« Le tra­vail en ce mo­ment est de faire en sorte que les ac­ti­vi­tés ne soient pas éli­mi­nées, ajoute-t-il aus­si­tôt. Ce qu’on es­saie de faire, c’est prendre la moins mau­vaise de dé­ci­sion. »

Les em­ployés per­ma­nents des lieux se­ront re­lo­ca­li­sés au be­soin. Seuls quelques postes com­blés par des étu­diants per­dront des heures de tra­vail.

Rap­pe­lons qu’à la mai­son du Bon Temps, on a en­re­gis­tré au cours des der­nières an­nées une moyenne de 2025 en­trées. En date du 30 sep­tembre 2011, cette af­fluence a été ré­duite à 750 en­trées.

Des consul­ta­tions pu­bliques sur le pro­jet d’une nou­velle mai­son de la culture à Ri­viè­redes-prai­ries et de deux nou­velles bi­blio­thèques dans l’ar­ron­dis­se­ment ont dé­bu­té cet été et se ter­mi­ne­ront cet au­tomne. Les ré­sul­tats de cette en­quête se­ront dé­po­sés en conseil d’ar­ron­dis­se­ment au mois de fé­vrier. Les élus se pro­non­ce­ront sur le su­jet en mars.

(Pho­to : Pa­trick Des­champs)

La mai­son du Bon Temps ne rou­vri­ra pas de si­tôt.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.