Go­bé nom­mé pré­sident de l’as­so­cia­tion adé­quiste de La­Fon­taine

L’an­cien dé­pu­té n’est pas contre l’idée d’unir le par­ti à ce­lui de Fran­çois Le­gault

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Fre­nett■Sa­muel Le­duc- e sa­muel.le­duc-fre­nette@trans­con­ti­nen­tal.ca

Après avoir été nom­mé en avril porte-pa­role pour la ré­gion mé­tro­po­li­taine et pré­sident de la table ré­gio­nale de l’est par l’ac­tion dé­mo­cra­tique du Qué­bec (ADQ), l’an­cien dé­pu­té de La­fon­taine (1985-2003) Jean-claude Go­bé est de­puis oc­tobre pré­sident de l’as­so­cia­tion adé­quiste de cette cir­cons­crip­tion qui en­globe Ri­vière-des-prai­ries. M. Go­bé n’a pas en­core ex­clu l’idée de se por­ter can­di­dat lors des pro­chaines élec­tions provinciales.

« Pour moi, dans ma tête, c’était sym­bo­lique. Ça m’a fait plai­sir. Sur le coup, on a hé­si­té, parce que ça fai­sait beau­coup de cha­peaux », dit ce­lui qui a été évin­cé au pro­fit de To­ny To­mas­si lors des élec­tions de 2003.

La confiance que le chef du par­ti Gé­rard Del­tell lui ac­corde ne l’a tou­te­fois pas fait dou­ter long­temps de son uti­li­té comme pré­sident de l’as­so­cia­tion de La­fon­taine, une cir­cons­crip­tion qu’il connaît comme le fond de sa poche.

Ses ob­jec­tifs sont mul­tiples : re­cru­ter de nou­veaux membres, al­ler à la ren­contre des ci­toyens et ef­fec­tuer des ac­ti­vi­tés de fi­nan­ce­ment. Mais il s’agit sur­tout de pré­pa­rer le ter­rain pour des élec­tions qui de­vraient être dé­clen­chées dans moins d’un an.

Son but de­meure donc de « re­struc­tu­rer » les 14 cir­cons­crip­tions qui se trouvent dans l’est de l’île. Il vou­drait aus­si que d’autres pré­si­dents d’as­so­cia­tions de com­tés soient nom­més. « Ça va al­ler en cres­cen­do », laisse-t-il tom­ber comme pour illus­trer l’ef­fet « do­mi­no » que de­vrait cau­ser son ar­ri­vée au par­ti.

Rap­pe­lons que L’ADQ n’a ja­mais réus­si à faire élire un de ses can­di­dats sur l’île de Mon­tréal de­puis sa fon­da­tion en 1994. Can­di­dat adé­quiste lors des élec­tions de 2003, l’an­cien maire de Mon­tréal Pierre Bourque s’était cas­sé les dents dans Bour­get face à Diane Lemieux.

Mais M. Go­bé ne s’in­quiète pas outre me­sure. « J’ima­gine qu’une par­tie de notre pro­gramme cor­res­pond aux pré­oc­cu­pa­tions des gens de Mon­tréal. Il y a des gens qui vont se re­con­naître là- de­dans, croit- il. Dans La­fon­taine, comme dans Pointe- auxT­rembles, il s’agit d’avoir un pro­gramme que les gens vont re­gar­der, dans le­quel ils vont se re­con­naître et de sor­tir de ce fa­meux cli­vage où les gens ne re­gardent plus les pro­grammes et votent qua­si­ment aveu­glé­ment, par ha­bi­tude, ou même ne vont plus vo­ter. »

M. Go­bé es­père créer une « sy­ner­gie » entre les dif­fé­rents quar­tiers de la mé­tro­pole et les villes li­mi­trophes. « On gère ça comme une ville de 100 000 ha­bi­tants avec des villes au­tour qu’il ne faut pas lais­ser en­trer. Comme au Moyen-âge, où on met­tait des péages au­tour des villes. »

Et pour ce faire, l’homme mar­tèle qu’il veut en fi­nir avec le cli­vage entre fé­dé­ra­listes et sou­ve­rai­nistes. L’ADQ de­meure, se­lon lui, la seule al­ter­na­tive au dé­bat consti­tu­tion­nel.

Et la Coa­li­tion pour l’ave­nir du Qué­bec?

M. Go­bé ne ferme pas non plus la porte à la Coa­li­tion pour l’ave­nir du Qué­bec (CAQ), ani­mée par l’an­cien mi­nistre du Par­ti qué­bé­cois Fran­çois Le­gault.

« On a des idées qui sont pas mal sem­blables, re­con­naît-il. On a peut-être des moyens dif­fé­rents d’y ar­ri­ver, mais si la po­pu­la­tion sou­haite une union des forces et si ça crée une sy­ner­gie le fait d’être en­semble, […] eh bien, ça se­rait une bonne chose.

« La donne peut chan­ger ra­di­ca­le­ment dans les pro­chains mois. »

L’ADQ et la CAQ en sont seule­ment à l’étape des dis­cus­sions. Rien n’est en­core of­fi­ciel.

Une can­di­da­ture po­ten­tielle

Une fu­ture can­di­da­ture sous la ban­nière de L’ADQ n’est tou­jours pas ex­clue. « On me le sug­gère à l’oc­ca­sion » , in­dique- t- il, avant d’ajou­ter qu’au­cune de­mande for­melle ne lui a été trans­mise.

« Je ne suis pas ren­du à cette dé­ci­sion-là sin­cè­re­ment. Il y a des gens qui me le disent, il y a des gens qui m’en parlent. Au ni­veau du par­ti, cer­tai­ne­ment que ça pour­rait être sou­hai­té. »

Âgé de 62 ans, il de­vra tout de même dé­ter­mi­ner s’il se sent prêt à ac­com­plir un man­dat du dé­but à la fin. « C’est sûr qu’il faut être ca­pable de le te­nir l’en­ga­ge­ment en­vers la po­pu­la­tion », dit-il.

Pen­sion­né par l’as­sem­blée na­tio­nale, il dit ne pas re­ce­voir de sa­laire pour les postes qu’il oc­cupe au sein de L’ADQ. Il se sent donc à l’aise de conti­nuer dans cette voie, sans re­tour­ner sous les feux de la rampes comme il l’a été pen­dant presque deux dé­cen­nies.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.