Ma­rie-Vic­to­rin re­çoit l’Or­chestre Mé­tro­po­li­tain

L’en­semble so­liste Quar­tan­go joue­ra du tan­go ac­com­pa­gné de dan­seurs

L'Informateur - - CULTURE - Sa­muel Le­duc-Fre­nette sa­muel.le­duc-fre­nette@trans­con­ti­nen­tal.ca

L’Or­chestre Mé­tro­po­li­tain (OM) et l’en­semble so­liste Quar­tan­go, di­ri­gés par le chef d’or­chestre Alain Tru­del, joue­ront un « Tan­go­pho­nique » le 26 no­vembre, à 20 h, à la salle Dé­si­lets du cé­gep Ma­rie-Vic­to­rin.

Une soixan­taine de mu­si­ciens bat­tront le rythme avec la sym­pho­nie no 4 du com­po­si­teur et chef d’or­chestre mexi­cain Car­los Chá­vez et la Sin­fo­niet­ta no 1 (A memó­ria de Mo­zart) du com­po­si­teur bré­si­lien Hei­tor VillaLo­bos. Cette double pres­ta­tion de­vrait du­rer en­vi­ron 40 mi­nutes.

Cha­cune des deux par­ties se­ra com­plé­tée par une ap­pa­ri­tion d’une ving­taine de mi­nutes du quar­tette (de­ve­nu quin­tette) Quar­tan­go. Ac­com­pa­gnés du couple de dan­seurs ar­gen­tins de tan­go Roxa­na et Fa­bian Bel­monte, les Sté­phane Au­bin (pia­no), An­toine Ba­reil (vio­lon), Re­né Gos­se­lin ( contre­basse), De­nis Plante (ban­do­néon) et Chan­tal Si­mard (per­cus­sions) joue­ront des pièces clas­siques du tan­go aux ar­ran­ge­ments très sin­gu­liers.

Par clas­sique, l’en­semble en­tend par exemple des mi­lon­gas, dont le tem­po est très ra­pide, ou el cho­clo, l’un des tan­gos les plus po­pu­laires en Ar­gen­tine. Quar­tan­go s’in­té­resse aus­si au tan­go nue­vo du com­po­si­teur et ban­do­néo­niste ar­gen­tin, As­tor Pia­zol­la.

Les pia­nistes Richard Hunt (qui n’est plus dans l’en­semble) et Sté­phane Au­bin ont aus­si fait des com­po­si­tions ori­gi­nales. M. Hunt est aus­si ré­pu­té pour les or­ches­tra­tions et les ar­ran­ge­ments qu’il a ef­fec­tués pour le compte de Quar­tan­go.

« On va ajou­ter des clins d’oeil à la mu­sique, af­firme Re­né Gos­se­lin, le contre­bas­siste du groupe. Tu vas re­trou­ver du Bee­tho­ven, du Cho­pin dans les ar­ran­ge­ments.

« On est un des rares en­sembles sur la scène in­ter­na­tio­nale à se pro­duire avec un or­chestre sym­pho­nique. » M. Gos­se­lin est d’ailleurs l’un des membres fon­da­teurs du qua­tuor, mis au monde en 1984. Le groupe a voya­gé dans beau­coup de pays pour pré­sen­ter ses oeuvres ori­gi­nales au cours des an­nées.

L’Or­chestre Mé­tro­po­li­tain pour tous

« C’est pour ame­ner la culture là où les gens sont » que l’or­chestre a été fon­dé, croit M. Gos­se­lin, qui fait lui-même par­tie des pre­miers mu­si­ciens re­cru­tés par l’OM.

Le spec­tacle fait par­tie de la sé­rie clas­sique 2011- 2012 de l’OM of­ferte à Ri­vière- desP­rai­ries.

(Pho­to : pa­co­pho­to)

Re­né Gos­se­lin est contre­bas­siste pour l’Or­chestre Mé­tro­po­li­tain de­puis 1981.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.