Île La­pierre: mé­sen­tente au con­seil de ville

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Sa­muel Le­duc-Fre­nette sa­muel.le­duc-fre­nette@trans­con­ti­nen­tal.ca

Moins d’une se­maine après la dif­fu­sion d’un re­por­tage de Ra­dio-Ca­na­da dans le­quel il est ré­vé­lé que l’île La­pierre, si­tuée dans la ri­vière des Prai­ries près du pont de l’au­to­route 25, a été ven­due par son pro­prié­taire pour près de 14 mil­lions $, la Ville de Mon­tréal et les par­tis d’op­po­si­tion ne s’en­tendent tou­jours pas sur la va­leur pé­cu­niaire et en­vi­ron­ne­men­tale de ce « don éco­lo­gique ».

Ain­si, se­lon la Ville de Mon­tréal, les deux avis qui concluaient à la faible va­leur de l’île n’étaient pas per­ti­nents lors­qu’il a été conve­nu d’ac­qué­rir l’île, étant don­né que Louis-Guy Hé­nault, l'au­teur de l'un de ces avis, s'était en­tre­temps ré­trac­té. Or, cet avis contraire n’au­rait pas en­core été dé­voi­lé à l’op­po­si­tion.

« Alan DeSou­sa [vice-pré­sident du co­mi­té exé­cu­tif] ne nous l’a pas dé­po­sé, et si cet avis-là existe, ça veut dire qu’il y a eu une in­frac­tion à la loi d’ac­cès à l’in­for­ma­tion, parce que lorsque la jour­na­liste a fait ses re­cherches et a mis la main sur cet avis-là, lo­gi­que­ment elle au­rait dû ob­te­nir dans ce cas-là le deuxième avis, dit Ca­ro­line Bour­geois, conseillère dans l’ar­ron­dis­se­ment Ri­vière-des-Prai­ries—Pointe-aux-Trembles. Si le fonc­tion­naire a in­di­qué une chose et s’est ré­trac­té par la suite eh bien ça veut dire que cet avis-là au­rait lui aus­si dû être trans­mis. »

Du cô­té de la mai­rie, on af­firme qu’il n’y a eu au­cune « ca­chette » faite à l’op­po­si­tion lorsque la dé­ci­sion d’ac­qui­si­tion a été prise le 24 no­vembre 2008

« Lui [M. Hé­nault] une fois qu’il avait pris connais­sance de la vé­ri­fi­ca­tion faite par l’ar­ron­dis­se­ment si le pro­jet était en confor­mi­té, une fois qu’il a eu un avis lé­gal, il était ar­ri­vé à la même conclu­sion que nous, que oui, c’est un pro­jet qui a du sens et qu’en consé­quence la va­leur mar­chande qui a été éta­blie était en confor­mi­té », avait te­nu à rap­pe­ler M. DeSou­sa, lorsque ques­tion­né en con­seil par la lea­der de l’op­po­si­tion of­fi­cielle Anie Sam­son le 21 no­vembre.

Pour son île, le pro­mo­teur Al­fon­so Ar­gen­to avait re­çu 4 mil­lions $ de la part de la Ville de Mon­tréal et près de 10 mil­lions $ sous forme de cré­dit d’im­pôt. Le pro­mo­teur par­ti­ci­pait ain­si au pro­gramme fé­dé­ral de dons éco­lo­giques qui fa­vo­rise la ces­sion de ter­rains afin d’en faire des aires pro­té­gées.

L’op­po­si­tion pré­tend que M. Ar­gen­to, qui de­vait construire quatre im­meubles re­grou­pant un to­tal de 700 uni­tés d’ha­bi­ta­tions après avoir ac­quis l’île en 1981, a ob­te­nu un prix beau­coup trop éle­vé.

La Ville, qui consi­dère le zo­nage de l’île adap­tée à ces quatre tours, a éva­lué le prix de l’île à plus de 5 mil­lions $.

Or, l’op­po­si­tion af­firme que l’île va­lait plu­tôt 368 000 $, car le zo­nage ré­vi­sé en 1994 pré­voyait seule­ment la construc­tion d’un bâ­ti­ment d’un à trois lo­ge­ments.

Deux vi­sions de la beau­té de l’île

Le doute per­siste quant à la va­leur éco­lo­gique de l’île La­pierre. Quatre mille ca­mions sont ve­nus rem­blayer son sol lorsque M. Ar­gen­to a vou­lu construire ses tours d’ha­bi­ta­tion. Seuls les arbres cein­tu­rant l’île n’au­raient pas été tou­chés. « J’ai eu l’oc­ca­sion de vi­si­ter l’île La­pierre, j’ai eu l’oc­ca­sion de voir qu’est-ce que ça ajoute, j’ai eu l’oc­ca­sion de mar­cher sur l’île, et lais­sez-moi vous dire, c’est quelque chose, a lan­cé M. DeSou­sa à Mme Bour­geois lors du con­seil du 21 no­vembre. Je n’ai au­cun re­gret quant à la dé­ci­sion qui a été prise par ce con­seil. » Ce­lui-ci croit que l’île s’in­té­gre­ra à mer­veille au parc-na­ture du Ruis­seau-De Mon­ti­gny. Il n’est tou­te­fois pas pos­sible de connaître l’am- pleur ni les coûts de la ré­ha­bi­li­ta­tion de l’île. Jo­sée Du­ples­sis, qui est conseillère dans l’ar­ron­dis­se­ment du Pla­teau-Mont-Royal et membre de Pro­jet Mon­tréal, s’est de­man­dé lors du con­seil du 22 no­vembre pour­quoi la Ville ne s’était pas ser­vi des 4 mil­lions $ payés pour l’île pour y ef­fec­tuer des tra­vaux de re­vi­ta­li­sa­tion.

(Pho­to : gra­cieu­se­té)

Des tonnes de gra­vats ont été trans­por­tés dans l’île La­pierre afin de rem­blayer sa sur­face.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.