L'ave­nir est au taxi col­lec­tif

L'Informateur - - ACTUALITÉS -

Elle af­firme qu’elle avait dé­jà de­man­dé à la So­cié­té de trans­port de Mon­tréal (STM) le pro­lon­ge­ment de cer­taines lignes d’au­to­bus, mais en vain, puisque ce­la au­rait pour consé­quence d’af­fec­ter une bonne par­tie des usa­gers qui veulent se rendre ra­pi­de­ment au mé­tro.

Cette mo­tion fait suite à un rap­port de la Com­mis­sion sur l’in­dus­trie du taxi à Mon­tréal qui sou­ligne que le taxi col­lec­tif pour­rait mieux ré­pondre aux be­soins des usa­gers en mi­lieu peu denses. Le rap­port sou­ligne éga­le­ment que le but n’est pas de rem­pla­cer l’au­to­bus, mais de lui of­frir un ser­vice com­plé­men­taire.

« Les taxis, ça leur per­met de di­ver­si­fier leur clien­tèle. Le ser­vice de trans­port, ça lui per­met de ré­duire ses coûts et d’of­frir un meilleur ser­vice, dit-elle. Il y a quand même des éco­no­mies im­por­tantes sur des lignes qui sont moins acha­lan­dées. »

Elle donne en exemple le fait qu’un taxi en ser­vice coûte 35 $ de l’heure à la STM, tan­dis qu’un au­to­bus coûte 100 $.

Le taxi col­lec­tif, ça fonc­tionne comment?

Le concept du taxi col­lec­tif est simple. « C’est la STM qui sub­ven­tionne des en­tre­prises de taxi pour per­mettre d’uti­li­ser des lignes de trans­port qui existent ac­tuel­le­ment pour des­ser­vir des zones qui sont moins bien ser­vies en trans­port col­lec­tif » , ex­plique Mme Bour­geois.

« C’est un taxi nor­mal, donc ça peut quand même ac­cueillir plu­sieurs pas­sa­gers. Mais au lieu d’avoir un au­to­bus à l’heure, dans le­quel il y a trois per­sonnes de­dans, qui n’est pas ren­table, eh bien là vous pou­vez avoir un taxi qui per­met un ser­vice plus ap­pro­prié qui coûte pas mal moins cher, pour­suit-elle.

« Le pas­sa­ger paie le même prix qu’un billet de trans­port en com­mun, un billet de la STM. Mais il doit al­ler sur un iti­né­raire pré­cis. Ce n’est pas comme un taxi or­di­naire où vous dites je veux al­ler du point A à tel autre point. Il y a dé­jà un tra­cé. Vous de­vez ap­pe­ler 30 mi­nutes à l’avance. »

Ques­tion­née à sa­voir quels se­ront les axes prio­ri­sés dans Ri­vière- des- Prai­ries, Mme Bour­geois dit lais­ser le soin de faire ce choix à la STM. Rap­pe­lons qu’il existe dé­jà dix lignes de taxis col­lec­tifs dans l’ouest de l’île.

Au mo­ment de mettre sous presse, il n’a pas été pos­sible d’ob­te­nir plus de dé­tails de la part de la STM.

(Pho­to : Pa­trick Des­champs)

Les taxis col­lec­tifs et les au­to­bus agi­ront en com­plé­men­ta­ri­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.