Un at­ta­quant tra­vaillant

L'Informateur - - VIE DE QUARTIER - Au­drey Gau­thier au­drey.gau­thier@trans­con­ti­nen­tal.ca

Ni­cho­las Parissella est l’un des trois meilleurs at­ta­quants de son équipe. Mal­gré ses 20 points en 20 ren­contres, le Prai­rie­vois est in­sa­tis­fait de sa sai­son.

« Je suis loin des ré­sul­tats de ma der­nière sai­son. Je dois ten­ter da­van­tage de tirs au but, mieux réus­sir mes mises en échec et amé­lio­rer mon po­si­tion­ne­ment lorsque je n’ai pas la ron­delle », af­firme l’ath­lète de 18 ans.

L’an­cien joueur de La­val- Mon­tréal au Mid­get AAA avait réus­si 24 buts et 34 aides en 41 par­ti­ci­pa­tions lors de la sai­son 2010-2011. Cette an­née, il a ré­col­té six buts et 14 aides en 20 matchs.

La rai­son de sa baisse de ren­de­ment se­rait due à son re­jet de la ligue de ho­ckey ju­nior ma­jeur du Qué­bec ( LHJMQ), sup­pose Parissella. « Je me pré­pa­rais pour la LHJMQ. Ça al­lait bien. Mais j’ai été cou­pé de l’Ar­ma­da de Blain­ville-Bois­briand. J’étais très dé­çu et ça m’a dé­mo­ti­vé. Là, je dois me re­le­ver. »

Lors de son en­tre­vue avec l’In­for­ma­teur, le nu­mé­ro trois des Ran­gers a ré­pé­té à plu­sieurs re­prises l’im­por­tance de l’ef­fort. « Je dois en faire plus. Je dois faire un deuxième ef­fort. Je dois don­ner mon 100 % à chaque ren­contre. Je dois tout faire pour ai­der mon équipe. »

La mau­vaise sé­quence des Ran­gers ne dé­cou­rage pas le ho­ckeyeur. « Nous sommes dans une dé­pres­sion pro­fonde, mais ça va dé­blo­quer. Nous sommes ca­pables de re­mon­ter, car nous avons une bonne équipe », as­su­ret-il.

La pé­riode d’échange dé­bute le 15 dé­cembre dans la ligue ju­nior AAA. Un mo­ment qui le rend ner­veux. « J’ai peur, mais j’es­saie de ne pas y pen­ser. Ce se­rait bien si une équipe de la LHJMQ me re­pê­chait. Si ça n’ar­rive pas, je vou­drais res­ter avec mon équipe. Je suis un Ran­gers », avoue Parissella.

Une pause d’études

L’at­ta­quant a pris une pause de ses études en vue de sa pos­sible par­ti­ci­pa­tion au World Ju­nior A Chal­lenge, en no­vembre. Il n'a fi­na­le­ment pas at­teint la der­nière qua­li­fi­ca­tion.

« Je ne suis pas content de ma pause. Les études c’est im­por­tant, car c’est utile toute ta vie. Je ne lâ­che­rai pas », an­nonce-t-il.

L’ath­lète a com­men­cé ses dé­marches pour être ad­mis à l’Ins­ti­tut de pro­tec­tion contre les in­cen­dies du Qué­bec (IPIQ). « J’ai dé­jà pas­sé l’en­tre­vue. Je dois prendre ren­dez-vous pour le test phy­sique. Le mé­tier de pom­pier m’in­té­resse, car c’est un em­ploi qui aide les gens et qui est dy­na­mique », avoue ce­lui qui avait aus­si en­vi­sa­gé de de­ve­nir po­li­cier.

Même si être pom­pier l’at­tire, de­ve­nir joueur pro­fes­sion­nel de ho­ckey est tou­jours son but ul­time. « Je veux faire car­rière dans le ho­ckey, mais il faut tou­jours un plan B », in­dique l’at­ta­quant. Il n’y a pas une phrase, un dic­ton ou un pro­verbe qui mo­tive le nu­mé­ro trois des Ran­gers. Pas­sion­né du sep­tième art, c’est da­van­tage les films de sport qui le font avan­cer. « Les films comme Ro­cky et Any gi­ven Sun­day me poussent à al­ler m’en­traî­ner », confie le Prai­ri­vois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.