Le se­cret...

L'Informateur - - ACTUALITÉS -

plein temps sur le cam­pus du cé­gep, font la tour­née des vil­lages où des jeunes passent un test avant d’être ac­cep­tés.

Mais même avec beau­coup de vo­lon­té, il ar­rive qu’un peu plus de la moi­tié d'entre eux aban­donnent le pro­gramme en cours de route. « Il y a beau­coup de ten­ta­tion, comme la pré­sence de l’al­cool », in­dique M. Pru­neau, qui doit aus­si gé­rer les nom­breux pro­blèmes psy­cho­so­ciaux que les Inuits trainent avec eux.

« C’est dif­fi­cile pour eux de par­tir du Nu­na­vik et de faire une for­ma­tion to­ta­le­ment ailleurs. La va­leur des études, c’est pas quelque chose qui est an­cré de­puis long­temps chez eux. »

Mal­gré les quelques dé­fec­tions en­re­gis­trées, le pro­gramme ne de­meure pas moins très utile à ceux qui en suivent une par­tie.

« In­dé­pen­dam­ment de la réus­site ou pas des cours, on se concentre sur ce qu’ils vont ap­prendre », ad­met M. Pru­neau, qui fait re­mar­quer que les pro­fes­seurs sont très dé­voués et très pa­tients avec leurs étu­diants. « Même ceux qui ne ter­minent pas leurs études ont de bonnes op­por­tu­ni­tés d’em­ploi. »

« Le mi­nis­tère a re­con­nu que c’est une va­leur im­por­tante pour que les Inuits aient ac­cès aux études col­lé­giales et qu’ils puissent dé­ve­lop­per des ha­bi­le­tés », dit-il. Le mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion, re­con­naît of­fi­ciel­le­ment le pro­gramme de­puis 2007.

(Pho­to : Gra­cieu­se­té)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.