Marie-victorin et son « Plan Nord »

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Sa­muel Le­duc-fre­nette

Deux ans après avoir im­plan­té un pro­gramme qui vise à for­mer des in­ter­ve­nants au­près des tra­vailleurs so­ciaux au Nu­na­vik (le Nord du Qué­bec), le cé­gep Marie-victorin récidive : il a mis sur pied le 1er avril son pre­mier pro­gramme de for­ma­tion des­ti­né aux Inuits qui oeuvrent dans le mi­lieu de la psy­choé­du­ca­tion.

Cette for­ma­tion se­ra dis­pen­sée à ceux qui, no­tam­ment, in­ter­viennent dans les centres de ré­adap­ta­tion et les centres d’ac­cueil du ter­ri­toire. Le tout, af­firme Mi­chel Pru­neau, conseiller pé­da­go­gique au cé­gep Ma­rieVic­to­rin, « pour faire en sorte qu’il y ait de meilleurs ser­vices qui se donnent en pro­tec­tion de la jeu­nesse ».

Les en­sei­gnants, tous du Sud, ont des contrats d’une an­née. Ils sont pré­sents une se­maine sur deux dans l’une ou l’autre des 14 com­mu­nau­tés inuites pré­sentes au­tour de la baie d’un­ga­va ou de la baie d’hud­son.

Ceux-ci sont spé­cia­le­ment en­ga­gés par la Ré­gie ré­gio­nale de la san­té et des ser­vices so­ciaux du Nu­na­vik. Ils sont sé­lec­tion­nés au­tant pour leurs connais­sances en édu­ca­tion spé­cia­li­sée que pour celles liées aux réa­li­tés au­toch­tones.

En gé­né­ral, les for­ma­tions sont don­nées par thèmes, c’est-à-dire que leur conte­nu peut va­rier d’une vi­site des en­sei­gnants à une autre. Les classes re­groupent sou­vent cinq ou six élèves. Elles peuvent se réunir un peu par­tout sur le ter­ri­toire ou, comme c’est sou­vent le cas, à Kuu­j­juaq, la ca­pi­tale ad­mi­nis­tra­tive et la plus grande ville du Nu­na­vik, où des membres de deux ou trois com­mu­nau­tés de l’ex­té­rieur se ren­contrent pour l’oc­ca­sion.

(Pho­to : Pa­trick Des­champs)

Un Inuk­shuk trône au mi­lieu d’un bas­sin d’eau, sur le cam­pus du cé­gep Ma­rieVic­to­rin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.