Marc Tan­guay, le pré­sident du Par­ti li­bé­ral, brigue La­fon­taine

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Sa­muel Le­duc-fre­nette

Le Par­ti li­bé­ral du Qué­bec (PLQ) n’au­ra pas lais­sé pla­ner le doute long­temps sur ce­lui qui al­lait de­ve­nir can­di­dat lors de la pro­chaine élec­tion par­tielle du 11 juin dans la cir­cons­crip­tion de La­fon­taine. Six jours après la dé­mis­sion du dé­pu­té sor­tant, To­ny To­mas­si, le pré­sident du PLQ, Marc Tan­guay, se pré­sente comme le can­di­dat de l’éco­no­mie, un sec­teur qui l’anime tout par­ti­cu­liè­re­ment.

Ce­lui qui était avo­cat spé­cia­li­sé en li­tige avant de de­ve­nir pré­sident du par­ti il y a trois ans a d’ailleurs dû se dé­fendre, en confé­rence de presse, d’avoir été pa­ra­chu­té dans une cir­cons­crip­tion por­tant en­core la marque de son pré­dé­ces­seur, M. To­mas­si, qui est ac­tuel­le­ment ac­cu­sé de fraude et d’abus de confiance.

Su­jet dé­li­cat s’il en est, le can­di­dat n’a pas vou­lu se pro­non­cer sur son an­cien co­par­ti­ci­pant li­bé­ral. Il se contente d’af­fir­mer que M. To­mas­si a bé­né­fi­cié de la confiance de la po­pu­la­tion à trois élec­tions consé­cu­tives, soit en 2003, 2007 et 2008.

Se­lon M. Tan­guay, la com­mu­nau­té ita­lienne, très en­ra­ci­née à Ri­vière-des-prai­ries, ne tien­dra pas ri­gueur au PLQ pour la conduite de M. To­mas­si. Au­cune com­mu­nau­té, croit le nou­veau can­di­dat, ne de­vrait être as­so­ciée à ce type de crime.

« Je pense que c’est un faux dé­bat et un faux pos­tu­lat de sé­gré­guer les gens de la sorte, dit-il. J’au­rai l’oc­ca­sion de par­ler à tous les ci­toyens, tous les Ca­na­diens et Ca­na­diennes, Qué­bé­cois, dans le com­té, de toutes les ori­gines. »

À ceux qui l’ac­cu­se­raient d’être néo­phyte, il ré­pète que son tra­vail de pré­sident ne s’est pas dé­rou­lé en vase clos et qu’il a ren­con­tré beau­coup de gens par­tout au Qué­bec.

S’il dit ne pas connaître à fond La­fon­taine, il se laisse du temps du­rant la cam­pagne pour al­ler à la ren­contre des Prai­ri­vois. « L’oc­ca­sion qui est pré­sen­tée est ex­trê­me­ment im­por­tante et belle. J’au­rai l’oc­ca­sion lors de la pro­chaine cam­pagne élec­to­rale de faire par­tie et de faire corps avec les ci­toyens et ci­toyennes de La­fon­taine », in­dique ce­lui qui vit sur la Ri­veSud de Mon­tréal.

« Les gens se doivent et mé­ritent d’avoir une per­sonne pré­sente, à l’écoute, qui est dis­po­nible, et en ce sens-là, ce sont des qua­li­tés es­sen­tielles qui, moi, m’animent. »

Lorsque ques­tion­né à sa­voir qui de lui ou du PLQ a dé­ci­dé de sa can­di­da­ture, M. Tan­guay ré­pond que cette dé­ci­sion est le fruit d’un « échange de bons consen­te­ments ».

Tra­vailler d’ar­rache-pied pour La­fon­taine

M. Tan­guay se pré­sente comme le can­di­dat de l’écoute et du tra­vail, deux ca­rac­té­ris­tiques qui collent bien, se­lon lui, à un bon dé­pu­té.

« J’as­pire à don­ner une voix forte aux gens d’ici lors des dé­bats de so­cié­té que l’on vit pré­sen­te­ment et j’as­pire éga­le­ment à mé­ri­ter leur pleine confiance, lance-t-il. Ça, en­core une fois, ça passe par le tra­vail, tra­vail, tra­vail, et l’écoute. Ce que je pro­pose en somme aux gens de La­fon­taine, c’est d’être présent. »

L’éco­no­mie se­ra évi­dem­ment l’un des che­vaux de ba­taille des li­bé­raux. La­fon­taine ne se­ra pas en reste, puisque les nom­breuses jeunes fa­milles qui com­posent la cir­cons­crip­tion doivent tra­vailler.

« Ce qui nous anime nous comme li­bé­raux, c’est créer de la ri­chesse, faire en sorte qu’éco­no­mi­que­ment, on puisse plei­ne­ment se dé­ve­lop­per, créer de l’em­ploi », dé­clare l’homme de 39 ans.

Les autres dé­fis im­por­tants concernent le trans­port et la san­té. En ma­tière de trans­port, d’abord, il dé­sire tra­vailler sur le dos­sier du Train de l’est, dont l’inau­gu­ra­tion a été à de mul­tiples re­prises re­por­tée.

En ce qui a trait à la san­té, en­suite, il veut s’as­su­rer qu’il y ait plus de places dans les centres pour per­sonnes se­mi-au­to­nomes. Un hô­pi­tal gé­né­ral dans Ri­vière-des-prai­ries pour­rait aus­si être un en­jeu qu’il abor­de­rait à titre de dé­pu­té.

« Comme can­di­dat à une élec­tion par­tielle, j’au­rai l’oc­ca­sion de pré­ci­ser ma po­si­tion, mais clai­re­ment, c’est un pro­jet qui de­vra avoir un sui­vi sé­rieux et ri­gou­reux. »

Il n’em­pêche que M. Tan­guay es­saie­ra d’abord, au cours de cette cam­pagne de 33 jours, de se faire connaître au­près des élec­teurs. « On ne prend rien pour ac­quis, fi­nit-il par men­tion­ner. On va tra­vailler très, très, très fort. »

(Pho­to : pa­co­pho­to)

Marc Tan­guay, l’ac­tuel pré­sident du Par­ti li­bé­ral du Qué­bec, se porte can­di­dat dans la cir­cons­crip­tion de La­fon­taine. Jus­qu’au 3 mai, cette der­nière était oc­cu­pée par le dé­pu­té in­dé­pen­dant To­ny To­mas­si.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.