Les voi­sins du Su­per C mé­con­tents

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Sa­muel Le­duc-fre­nette

Au pre­mier coup d’oeil, le der­rière du Su­per C du bou­le­vard Mau­rice-Du­ples­sis semble propre. Au­cun dé­chet n’y jonche le sol et au­cune odeur for­te­ment nau­séa­bonde n’est dé­ce­lable. Sauf que cer­tains ré­si­dents de l’ave­nue Jo­liotCu­rie, qui passent der­rière le com­merce, se plaignent du lais­ser-al­ler du pro­prié­taire : en plus des mau­vaises odeurs, ils en ont as­sez des pi­geons qui s’y re­groupent, des dé­chets lais­sés par des voi­sins tout près du com­pac­teur ex­té­rieur et des pa­niers d’épi­ce­rie lais­sés par les clients.

« L’hi­ver c’est moins pire. Mais l’été c’est dé­gueu­lasse », laisse en­tendre Mike D’Ope­ra, qui ha­bite en droite ligne avec le conte­nant qui ré­cu­père le gras de pou­let. « On ne peut pas s’as­seoir en avant! »

Cette odeur irait même conta­mi­ner les égouts, se ré­pan­dant du même coup par le drain de son ga­rage.

Plus loin sur la droite se trouve une im­mense benne à or­dure, un com­pac­teur pour être plus pré­cis, dans le­quel les em­ployés ache­minent de l’in­té­rieur du ma­ga­sin les pro­duits qui ne sont plus bons pour la vente.

Se­lon M. D’Ope­ra, ce conte­neur, tout comme ce­lui conte­nant le gras de pou­let, em­peste le voi­si­nage lors­qu’il fait chaud.

« L’odeur est pour­rie, c’est pas vi­vable l’été », confirme Ma­rie-Maude Ba­ro­sy, une voi­sine qui par­tage une clô­ture avec le Su­per C. Tous deux af­firment que le su­per­mar­ché Me­tro, qui oc­cu­pait les lieux il y a quelques

D’autres pro­blèmes

an­nées, fai­sait plus at­ten­tion à la pro­pre­té que le Su­per C.

Les deux se sont plaints à plu­sieurs re­prises. « Quand ils net­toient, c’est juste pour quelques jours, dit Mme Ba­ro­sy. Après, ça re­de­vient comme avant. »

« J’ai été en per­sonne 20 fois en trois se­maines », sou­tient M. D’Ope­ra, mais chaque fois en vain. Les pro­blèmes ne s’ar­rê­te­raient pas à l’odeur, se­lon les ré­si­dents ren­con­trés. Ain­si, un voi­sin de M. D’Ope­ra au­rait vu sa voi­ture frap­pée par un pa­nier d’épi­ce­rie lais­sé à l’aban­don tout près du com­pac­teur. Coût des ré­pa­ra­tions : 150 $.

La si­tua­tion ne se­rait pas meilleure vi­suel­le­ment. Des flaques de gras s’ac­cu­mu­le­raient sur l’as­phalte en aval du conte­neur à gras de pou­let.

Plus loin, entre le Su­per C et le com­pac­teur, des ré­si­dents vien­draient fré­quem­ment dé­po­ser des sacs de dé­chets.

En­fin, des pi­geons au­raient élu do­mi­cile au-des­sus des en­trées de mar­chan­dise par où les ca­mions viennent li­vrer les den­rées. Avant, il y avait des ef­fi­gies de hi­boux pour ef­frayer les pi­geons, se sou­vient M. Ope­ra. Main­te­nant, il n’y a rien, et les vo­la­tiles viennent dé­po­ser leurs dé­jec­tions sur ma toi­ture, de l’autre cô­té de la rue.

Tout est en ordre, sou­tient la di­rec­tion du ma­ga­sin

« J’ai fait une tour­née ce ma­tin et il n’y a pas de dé­chet en ar­rière », ré­pond spon­ta­né­ment le di­rec­teur du ma­ga­sin en rem­pla­ce­ment, Serge Jo­seph, lorsque mis au fait des pré­oc­cu­pa­tions du voi­si­nage.

M. Jo­seph as­sure que le site est propre et qu’il fait en sorte qu’il le de­meure. Il in­vite les voi­sins mé­con­tents à ve­nir le voir si les mau­vaises odeurs per­sis­taient.

Il ne se fait ce­pen­dant pas d’illu­sions. « C’est l’été, c’est sûr que ça sent mau­vais, pré­vient-il. On met des pou­belles, on ne met pas des fleurs en ar­rière. […] On jette de la viande, des fruits et des lé­gumes et du pain pour­ris. »

Quant aux cou­lées du conte­nant de gras de pou­let, il as­sure qu’il n’en a pas vu l’exis­tence. Dès que c’est plein, l’en­tre­prise Sa­ni­max vient nous en dé­bar­ras­ser, ex­plique-t-il. Les em­ployés du Su­per C s’as­surent aus­si qu’au­cun dé­chet ne se trouve entre le com­pac­teur et le com­merce.

En ce qui concerne les pi­geons, M. Jo­seph avoue ne pas sa­voir s’il s’agit d’une réelle nui­sance. « Je ne passe pas ma jour­née de­hors, alors je ne sais pas », se dé­fend-il. Il ignore aus­si si des ef­fi­gies de hi­boux ont dé­jà été ins­tal­lées avant d’être re­ti­rées.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.