Scène po­li­cière PDQ 45

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Sa­muel Le­duc-Fre­nette

Os­se­ments hu­mains sur les berges de RDP

Une bonne quan­ti­té d’os­se­ments hu­mains ont été dé­cou­verts sur les berges de Ri­vière-desP­rai­ries, les 18 et 19 juillet, près du bou­le­vard Gouin et de la 101e Ave­nue. Pour le mo­ment, on ne connaît ni l’iden­ti­té du dé­funt ni les causes de son dé­cès.

Tout a com­men­cé lors­qu’un ci­toyen mar­chant sur les berges a aper­çu ce qui pour­rait être un crâne hu­main, le 18 juillet. Il a im­mé­dia­te­ment ap­pe­lé les po­li­ciers.

Dé­pê­chés sur les lieux, ceux-ci n’ont pas tar­dé à dé­cou­vrir d’autres os­se­ments. La di­vi­sion des crimes ma­jeurs du Ser­vice de po­lice de la Ville de Mon­tréal (SPVM) a aus­si en­va­hi les berges.

Les re­cherches ont ces­sé pour la nuit et re­pris le len­de­main, le 19 juillet. Une bat­tue a alors été co­or­don­née par la di­vi­sion des crimes ma­jeurs. Un tech­ni­cien en re­cons­ti­tu­tion de scène ain­si qu’un tech­ni­cien de l’iden­ti­té ju­di­ciaire étaient pré­sents.

Le pé­ri­mètre en­tiè­re­ment scru­té a per­mis aux po­li­ciers de dé­cou­vrir d’autres os­se­ments. Ceux-ci ont été ache­mi­nés au la­bo­ra­toire ju­di­ciaire si­tué au quar­tier gé­né­ral de la Sû­re­té du Qué­bec.

Les po­li­ciers ignorent tou­jours l’iden­ti­té de la per­sonne dé­cé­dée. Ils ignorent aus­si s’il s’agit d’une mort ac­ci­den­telle, d’un sui­cide ou d’un ho­mi­cide. Les ré­sul­tats en la­bo­ra­toire de­vraient per­mettre de ré­pondre à cer­taines ques­tions.

En rai­son de la ca­ni­cule, les cours de la ré­gion de Mon­tréal sont à des ni­veaux très bas. Ce­ci pour­rait ex­pli­quer cette dé­cou­verte, puisque les os­se­ments étaient à des en­droits nor­ma­le­ment re­cou­verts par les eaux de la ri­vière des Prai­ries.

In­ci­vi­li­té dans les parcs

Les po­li­ciers du poste de quar­tier 45 rap­pellent qu’il est for­mel­le­ment in­ter­dit de se re­trou­ver dans les parcs après leur fer­me­ture, à 23 h.

Or, ils dé­notent la pré­sence de nom­breux jeunes qui viennent tout de même y flâ­ner ou y boire de l’al­cool. Des bou­teilles jonchent par­fois le sol le ma­tin ve­nu.

Cette pré­sence peut éga­le­ment se faire sen­tir dans les parcs mu­nis d’une pis­cine pu­blique. Les po­li­ciers font la tour­née des parcs après 23 h et sont au­to­ri­sés à re­mettre des contra­ven­tions (118 $ pour les mi­neurs et 146 $ pour les adultes) à ceux qui contre­vien­draient à ce rè­gle­ment.

No­tons par ailleurs qu’il est in­ter­dit de se bai­gner après la fer­me­ture d’une pis­cine.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.