La pri­son RDP en­gor­gée : un pro­blème de sé­cu­ri­té ?

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Jo­sianne Des­jar­dins

Dor­mir sur des lits d’ap­point près de la cu­vette ou en­core dans un gym­nase est de­ve­nu chose com­mune au centre de dé­ten­tion Ri­vière-desP­rai­ries (RDP), faute d’es­pace. Une si­tua­tion que re­doute le Syn­di­cat des agents cor­rec­tion­nels du Qué­bec, pré­oc­cu­pé par la sé­cu­ri­té de ses membres.

« Si on pou­vait prendre des pho­tos, vous ver­riez que c’est le tiers-monde. Je sais que je ne fe­rai pas pleu­rer per­sonne en di­sant ça, mais c’est dan­ge­reux de fonc­tion­ner comme ça », ré­vèle Sté­phane Lemaire, pré­sident du syn­di­cat.

Se­lon les plus ré­centes don­nées du mi­nis­tère de la Sé­cu­ri­té pu­blique, la pri­son RDP af­fiche un taux d’oc­cu­pa­tion de 110 %. En date du 11 juillet, elle hé­ber­geait 542 dé­te­nus ou pré­ve­nus, alors qu’il de­vrait y en avoir que 477 pour fonc­tion­ner de fa­çon ré­gu­lière.

Il y au­rait donc 65 pri­son­niers en trop, se­lon M. Lemaire.

C’est pour­quoi les deux gym­nases du centre ont été conver­tis en dor­toir, et que des dé­te­nus dorment sur des lits d’ap­point dans des cel­lules, où se trouvent dé­jà deux ou trois autres pri­son­niers.

« Ça aug­mente les ten­sions entre les dé­te­nus. Ce ne sont pas des gens très pa­ci­fiques. Ils peuvent être ir­ri­tables fa­ci­le­ment », s’in­quiète M. Lemaire.

Ce­lui-ci in­dique que cette si­tua­tion, qui dure dé­jà de­puis plu­sieurs mois, pour­rait même fa­vo­ri­ser les abus sexuels sur des dé­te­nus.

Al­ler « au trou » se­rait même de­ve­nu une ré­com­pense au centre : « Cer­tains sont heu­reux d’y al­ler parce qu’ils peuvent être seuls et avoir un vrai lit », af­firme le pré­sident du syn­di­cat.

Ap­pe­lé à ré­agir sur le su­jet, le mi­nis­tère de la Sé­cu­ri­té pu­blique es­time pour sa part qu’il n’y a pas à craindre pour la sé­cu­ri­té du per­son­nel, ni des dé­te­nus. « (…) le MSP fait en sorte que toutes les me­sures sont mises en place pour as­su­rer no­tam­ment la sé­cu­ri­té du per­son­nel et des per­sonnes in­car­cé­rées dans tous les éta­blis­se­ments de dé­ten­tion sous sa res­pon­sa- bi­li­té », nous-a-t-on ré­pon­du par cour­riel.

Le MSP pour­suit en di­sant que « dif­fé­rents moyens sont mis en place pour gé­rer la sur­po­pu­la­tion » au quo­ti­dien, comme en ef­fec­tuant le « trans­fert des per­sonnes in­car­cé­rées dans d’autres éta­blis­se­ments, le clas­se­ment des per­sonnes in­car­cé­rées ain­si que la ges­tion des sen­tences ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.