Mon­tréal veut aug­men­ter le cou­vert boi­sé de l’île

Le dixième des arbres plan­tés d’ici dix ans le se­ront dans l’ar­ron­dis­se­ment RDP-PAT

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Sa­muel Le­duc-fre­nette

Adop­té en juin der­nier, le Plan d’ac­tion ca­no­pée 2012-2021 vise à faire pas­ser l’indice de ca­no­pée (le cou­vert ar­bo­res­cent) sur l’île de Mon­tréal de 20 % à 25 % d’ici 2025. Des 300 000 arbres qui de­vront être plan­tés pour at­teindre cet ob­jec­tif dans les 19 ar­ron­dis­se­ments mon­tréa­lais et les autres mu­ni­ci­pa­li­tés de l’île, en­vi­ron 30 000 de­vront l’être dans l’ar­ron­dis­se­ment Ri­vière- des- Prai­ries— Poin­teaux-Trembles (RDP-PAT), et ce, prin­ci­pa­le­ment sur des do­maines ré­si­den­tiels et in­dus­triels.

C’est à par­tir de l’indice de ca­no­pée (voir en­ca­dré) de l’île de Mon­tréal, qui a été éva­lué à 20,3 % exac­te­ment à l’aide de pho­to­gra­phies aé­riennes prises en 2007, qu’une étude a éta­bli en 2011 qu’une hausse de cinq points de pour­cen­tage était né­ces­saire. Ce­la équi­vaut à plan­ter en 10 ans au­tant d’arbres (300 000) que pour­raient en conte­nir 65 parcs La Fon­taine.

« Les arbres ra­fraî­chissent et as­sai­nissent l’air, lut­tant ain­si contre cer­taines maladies, in­ter­ceptent les eaux de ruis­sel­le­ment, di­mi­nuant du coup les risques de sa­tu­ra­tion des ca­na­li­sa­tions d’égout, re­porte la mi­né­ra­li­sa­tion du ter­ri­toire et donnent une plus-va­lue aux pro­prié­tés », rap­pellent les au­teurs du Plan d’ac­tion.

« Où sont les îlots de cha­leur, il y a ab­sence de vé­gé­ta­tion. Ce n’est pas com­pli­qué », af­firme de son cô­té Da­niel Des­jar­dins, chef de la di­vi­sion ar­bo­ri­cul­ture à la Di­rec­tion des grands parcs et du ver­dis­se­ment de la Ville de Mon­tréal.

Di­vers par­te­na­riats

Une pre­mière phase de plan­ta­tion de 200 000 arbres de­vrait avoir lieu de 2012 à 2017. Elle se­ra sui­vie d’une deuxième phase de plan­ta­tion de 100 000 arbres de 2018 à 2021. Cette der­nière phase de­vrait aus­si per­mettre aux res­pon­sables du Plan de ré­éva­luer les ob­jec­tifs au be­soin.

Cette par­tie ne de­vrait pas s’avé­rer trop dif­fi­cile pour Mon­tréal et les autres villes de l’île. « On voit qu’après le ver­glas de 1998, les ar­ron­dis­se­ments ont plan­té beau­coup, ra­conte M. Des­jar­dins. De 700 à 800 arbres par sai­son. Et là c’est à peu près ce que l’on de­mande. »

Les autres arbres (180 000) se­ront plan­tés sur des ter­rains pri­vés, ré­si­den­tiels, com­mer­ciaux ou in­dus­triels, ou ins­ti­tu­tion­nels. La Ville de Mon­tréal a confié la tâche de sen­si­bi­li­ser au Plan d’ac­tion les ac­teurs pri­vés et ins­ti­tu­tion­nels à la So­cié­té de ver­dis­se­ment du Mon­tréal Mé­tro­po­li­tain ( SOVERDI), un or­ga­nisme à but non lu­cra­tif. D’autres pour­raient ve­nir épau­ler la SOVERDI dans son man­dat.

Pour M. Des­jar­dins, cette deuxième par­tie se­ra plus ar­due que la pre­mière. « Ce qui est am­bi­tieux, c’est la par­tie sur le do­maine pri­vé. Ce n’est pas simple. Il faut mo­bi­li­ser, dit-il. On va voir en 2013 comment ça va se tra­duire. Pour l’ins­tant, sur le do­maine pu­blic, on part tout de suite. »

Il est à no­ter que les 300 000 arbres in­cluent ceux qu’au­raient plan­tés la Ville et les mu­ni­ci­pa­li­tés de l’île sans ce plan dé­cen­nal.

La Ville-centre as­sure qu’elle fi­nan­ce­ra en­vi­ron le tiers (98 000) des arbres plan­tés. Les autres mu­ni­ci­pa­li­tés de l’île s’en­gagent quant à elles à fi­nan­cer 22 000 arbres.

RDP-PAT : Un ar­ron­dis­se­ment moyen

Les ef­forts de­vront être no­tables dans l’ar­ron­dis­se­ment RDP-PAT, as­sure M. Des­jar­dins. L’étude du ter­ri­toire a dé­mon­tré que l’ar­ron­dis­se­ment se clas­sait neu­vième sur 19 quant à son indice de ca­no­pée de 18 %, deux points de pour­cen­tage sous la moyenne in­su­laire. RDPPAT se classe même au 20e rang sur 34 lors­qu’on ajoute les mu­ni­ci­pa­li­tés au pal­ma­rès.

« Il y a beau­coup de mai­sons neuves et il y a eu beau­coup, beau­coup de constructions dans les der­nières an­nées, af­firme M. Des­jar­dins. Le programme de plan­ta­tion de la Ville [ré­gu­lier] n’a pas suf­fi, je pense, à ren­con­trer l’ac­cé­lé­ra­tion qu’il y a eu dans le do­maine ré­si­den­tiel. »

Comme l’in­dique l’étude de 2011, le « sec­teur ré­si­den­tiel de RDP-PAT oc­cupe plus du tiers du ter­ri­toire, mais contient seule­ment 28 % de la ca­no­pée de l’ar­ron­dis­se­ment. Les in­dices de ca­no­pée pour tous les types de mi­lieux ré­si­den­tiels sont pré­oc­cu­pants, puis­qu’ils os­cil­lent entre 11 % et 15 %. »

D’ailleurs, 20 000 arbres sur les 30 650 pro­je­tés dans l’ar­ron­dis­se­ment de­vront être plan­tés sur le do­maine pri­vé ré­si­den­tiel.

L’autre ob­jec­tif se­ra de convaincre les in­dus­triels de boi­ser da­van­tage leurs pro­prié­tés, sou­vent de grandes sources d’îlots de cha­leur. « Le sec­teur in­dus­triel oc­cupe 13 % du ter­ri­toire, mais com­porte moins de 2 % de la ca­no­pée. L’indice cible pour les quar­tiers in­dus­triels est de 15 %, est-il écrit dans l’étude. Un par­te­na­riat avec les en­tre­prises pri­vées est une ave­nue à ex­plo­rer. »

Tou­jours sur les 30 650 arbres qui se­ront plan­tés d’ici 2021, 8350 le se­ront sur le do­maine in­dus­triel.

(Pho­to : Pa­trick Des­champs)

Ri­vière-des-Prai­ries est ré­pu­té être un quar­tier mon­tréa­lais où les chan­tiers de cons­truc­tion ré­si­den­tielle pul­lulent. Ce­la fait sou­vent en sorte que les jeunes arbres (de pe­tite taille) offrent un faible taux de ca­no­pée. Sur la pho­to, la rue Syl­via-Daoust, dans le nou­veau quar­tier ré­si­den­tiel du pro­jet Le Va­len­cia.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.